Entretien avec l'historienne :

Céline Ramsamy-Giancone : "la culture créole est un lieu qui rassemble"


Publié / Actualisé
Captivée par l'histoire de son île, avide de rencontres et à l'affût de savoirs nouveaux qui nourrissent sa curiosité, Céline Ramsamy-Giancone est un véritable électron libre. En 2012, cette historienne réunionnaise intègre avec fracas l'univers de la recherche avec une thèse sur le sujet très controversé et propice aux polémiques du catholicisme et de l'indouisme, parmi les communautés indiennes de La Réunion. Elle ne cesse dès lors d'étudier les mutations de sa société au fil des siècles. A l'occasion de la semaine créole qui suit son cours au sein des établissements scolaires de l'île, la docteure en Histoire moderne et professeure de Lettres a tenu à participer à la valorisation du patrimoine culturel réunionnais. Depuis ce lundi 24 octobre, elle implique ses élèves du secondaire dans divers projets liés à la langue créole. L'historienne s'est également investie auprès du musée Stella Matutina de Sain-Leu pour mettre à l'honneur un patrimoine vivant : celui de la canne à sucre (Photo DR)
Captivée par l'histoire de son île, avide de rencontres et à l'affût de savoirs nouveaux qui nourrissent sa curiosité, Céline Ramsamy-Giancone est un véritable électron libre. En 2012, cette historienne réunionnaise intègre avec fracas l'univers de la recherche avec une thèse sur le sujet très controversé et propice aux polémiques du catholicisme et de l'indouisme, parmi les communautés indiennes de La Réunion. Elle ne cesse dès lors d'étudier les mutations de sa société au fil des siècles. A l'occasion de la semaine créole qui suit son cours au sein des établissements scolaires de l'île, la docteure en Histoire moderne et professeure de Lettres a tenu à participer à la valorisation du patrimoine culturel réunionnais. Depuis ce lundi 24 octobre, elle implique ses élèves du secondaire dans divers projets liés à la langue créole. L'historienne s'est également investie auprès du musée Stella Matutina de Sain-Leu pour mettre à l'honneur un patrimoine vivant : celui de la canne à sucre (Photo DR)

-Un patrimoine à transmettre aux nouvelles générations-

"La culture créole c'est un lieu qui rassemble, un lieu de contact pour ces cultures venues d'ailleurs, qui se sont réinventées et recrées en arrivant à la Réunion" confie Céline Ramsamy-Giancone. A l'occasion de la semaine créole qui a débuté ce lundi 24 octobre, l'historienne et professeure de Lettres Modernes au collège Célimène Gaudieux de Saint-Paul s'est attachée à faire découvrir à ses élèves des textes créoles, à leur permettre de s'approprier les expressions, les mots et jeux de mots qui "attisent l'imaginaire et donne à réfléchir à l'univers de nos ancêtres".

-Retour sur son parcours-

Cette "créolité", Céline Ramsamy-Giancone la défend depuis toujours. Elle grandit à Sainte-Suzanne dans une famille d'origine indienne. Ses parents sont commerçants et travaillent beaucoup, c'est donc sa grand-mère qui lui consacre le plus de temps. "Nous étions très proche et je lui posais beaucoup de questions" relate-t -elle. Les chansons, la cuisine, les usages, les superstitions, "c'est elle qui m'a transmis tout ce patrimoine culturel" explique-t-elle. Plus tard, c'est par le biais de l'étude de l'Histoire qu'elle choisit de nourrir cette insatiable curiosité.

Après que ses fils aient quitté le domicile familial, Céline entreprend des études doctorales en Histoire contemporaine et soutient sa thèse sur le sujet du catholicisme et de l’indouisme parmi les communautés indiennes de La Réunion. Elle ne cesse depuis de multiplier les travaux d'études liés à l'Histoire de l'île

-La canne à sucre, une culture d'hier, d'aujourd'hui et de l'avenir-

A l'occasion de cette semaine créole, c'est un autre héritage culturel que la chercheuse a contribué à valoriser : Elle participe avec le musée Stella Matutina de Saint-Paul à la mise à l'honneur de la canne à sucre, un patrimoine constitutif de l'histoire des Réunionnais. "Les savoir-faire traditionnels, l'industrie, tout a tourné autour du sucre pendant des générations et des générations" explique-t-elle.

La thématique sera exposée tout au long d'une journée pluridisciplinaire ce dimanche 31 octobre. Elle permettra également d'aborder un thème cette fois tourné vers l'avenir, celui de l'agriculture réunionnaise. La filière canne à sucre représente la première source de revenus à l’exportation après le tourisme. Elle est aussi la première industrie agro-alimentaire de l’île. Une culture d'hier, d'aujourd'hui et de l'avenir " qui sera dictée par l'urgence climatique".

Une intervention de Sheela Narayanin est aussi au programme de cet évènement scientifique et culturel. Sur demande du musée, la doctorante en Histoire s'exprimera au sujet des femmes dans les plantations sucrières, en apportant des précisions sur leurs origines, leur mode de vie…Un thème encore peu traité qui résonne avec les valeurs de Céline Ramsamy-Giancone. Mobilisée depuis plusieurs années pour la représentation des femmes dans les études de ses contemporains, elle défend aussi la visibilité des travaux dirigées par les femmes dans le domaine universitaire.

-Engagées auprès des femmes dans le domaine universitaire-

L’historienne participe en effet à l’évolution du regard que portent la société et les cercles universitaires sur les recherches de ses homologues féminines. "Nombreuses sont celles qui abandonnent au bout de quelques années. Cela s’explique non seulement par le doute permanent qui traverse les thésardes mais aussi, par la difficulté d’allier tous les aspects de leur vie personnelle à la persévérance que demande la rédaction d’une thèse" raconte-t-elle.

Lorsqu’elles parviennent à mener leurs travaux à terme, ces derniers souffrent d’un manque de crédit et de visibilité criant par rapport aux recherches dirigées par des hommes. Une situation à laquelle Céline s’attaque de front. Elle s’investit dans la création d’un réseau d’entraide féminin, organise des rencontres, des conférences et des colloques pour la mise en exergue du travail des femmes dans tous les domaines.

mt/www.ipreunion.com / [email protected]
 

   

1 Commentaire(s)

Nina, Posté
Trop de fautes!!