[PHOTOS] En courant ou en marchant :

Odysséa: la vague rose déferle contre le cancer du sein


Publié / Actualisé
Les coureurs et marcheurs d'Odysséa se rassemblent ce samedi 06 novembre 2021 pour soutenir la lutte contre le cancer du sein. Tous vêtus de rose, il s'apprêtent à s'élancer pour une course chronométrée de 10 km ou une course-marche de 5 km dans la forêt de l'Etang-Salé. Après une précédente édition sous la forme d'un "challenge connecté", l'évènement caritatif est de retour en présentiel. L'option d'une participation connectée a toutefois été conservée avec une mobilisation via l'application mobile de l'association qui a démarré ce samedi 30 octobre 2021. (Photo: www.ipreunion.com)
Les coureurs et marcheurs d'Odysséa se rassemblent ce samedi 06 novembre 2021 pour soutenir la lutte contre le cancer du sein. Tous vêtus de rose, il s'apprêtent à s'élancer pour une course chronométrée de 10 km ou une course-marche de 5 km dans la forêt de l'Etang-Salé. Après une précédente édition sous la forme d'un "challenge connecté", l'évènement caritatif est de retour en présentiel. L'option d'une participation connectée a toutefois été conservée avec une mobilisation via l'application mobile de l'association qui a démarré ce samedi 30 octobre 2021. (Photo: www.ipreunion.com)

Plus de 5500 participants, tous vêtus de rose, s'apprêtent à prendre le départ des courses et marches organisées par l'association ce samedi 6 et dimanche 7 novembre 2021. Deux formules sont par ailleurs proposées pour cette première journée avec d'abord, un parcours de 5 km, à libre allure, puis une course chronométrée de 10 km dans la forêt de l'Etang-Salé. L'objectif: collecter des dons pour soutenir la lutte contre le cancer du sein.

Une estimation du nombre d'inscrits à laquelle il faut ajouter le nombre de coureurs connectés : "Nous avons comptabilisé 7500 inscriptions pour le challenge connecté, la majeure partie d'entre eux se joindra à l'évènement de ce week-end, en présentiel" explique Luc Bizouerne, le directeur d’Odysséa Réunion. Cette double option inédite pour l'association devrait permettre une collecte de fonds plus importante que celle obtenue lors de la précédente édition:" Nous aurons probablement plus de dons qu'en 2020 et moins qu'en 2019, mais l'essentiel, c'est qu'on puisse aider les malades en 2022" précise-t-il.

En raison de la crise sanitaire, l'édition de l'année 2020 s'était en effet déroulée uniquement sous la forme d'une course connecté. Odysséa Réunion avait à ce titre adressé une demande de subvention exceptionnelle à la Région pour pallier le manque de dons, une nécessité pour le financement des produits de confort en pharmacie ou encore des soins de support (réflexologie, ostéopathie, naturopathie…) pris en charge par l'association.

Cette 14ème édition relève elle aussi de nombreux défis pour composer avec les mesures sanitaires en vigueur. " Le contexte n'est pas simple, nous avons dû prévoir un dispositif particulier pour le respect des mesures sanitaires, nous avons par exemple sollicité une société de sécurité pour permettre le contrôle du pass sanitaire" a annoncé Luc Bizouerne.

Pour surmonter ces difficultés organisationnelles, l'association peut compter sur l'appui de près de 300 bénévoles. Ils se relaieront jusqu'à 10h15 dimanche matin, heure de clôture de l'évènement. L'association annoncera alors le montant des fonds collectés. Elle espère passer la barre des 100 000 euros.

En 2021, une femme sur huit risque d’être touchée par le cancer du sein, qui tue plus de 12 000 femmes en France chaque année. Les dons pour soutenir la lutte contre cette forme de cancer peuvent être réalisés à l'occasion d'évènements caritatifs ou bien spontanément, tout au long de l'année. Ils sont essentiels aux progrès de la recherche.

À ce titre, la mobilisation des donateurs et la détermination des chercheurs a favorisé l’émergence de progrès diagnostiques et thérapeutiques déterminants au cours de ces dernières années, notamment dans le domaine des thérapies ciblées et de l’immunothérapie. Ce vendredi 5 novembre 2021, les autorités sanitaires françaises ont approuvé l'usage d'un nouveau traitement, le Keytruda, contre une forme particulièrement agressive du cancer du sein, dite "triple négatif".

mt/www.ipreunion.com / [email protected]
 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !