Auprès du préfet :

Canne-sucre : une motion déposée pour le développement de la filière


Publié / Actualisé
Le vendredi 5 novembre 2021, le Bureau nouvellement élu du CPCS, Interprofession de la canne et du sucre, a rencontré le Préfet Jacques Billant pour lui remettre une motion sur l'avenir de la filière alors que doivent débuter, au premier trimestre 2022, les négociations de la prochaine convention canne. Cette motion est signée par les membres du Bureau du CPCS et par le président de la Chambre d'agriculture, tous les présidents des syndicats agricoles (UPNA, CGPER, JA, FDSEA) et par le président du Syndicat du Sucre. Les signataires demandent à ce que "le cadre économique, politique et financier indispensable au maintien et au développement de la filière soit mis en place au plus vite", alors que le secteur est toujours plus en difficulté. Nous publions le communiqué complet ci-dessous (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Le vendredi 5 novembre 2021, le Bureau nouvellement élu du CPCS, Interprofession de la canne et du sucre, a rencontré le Préfet Jacques Billant pour lui remettre une motion sur l'avenir de la filière alors que doivent débuter, au premier trimestre 2022, les négociations de la prochaine convention canne. Cette motion est signée par les membres du Bureau du CPCS et par le président de la Chambre d'agriculture, tous les présidents des syndicats agricoles (UPNA, CGPER, JA, FDSEA) et par le président du Syndicat du Sucre. Les signataires demandent à ce que "le cadre économique, politique et financier indispensable au maintien et au développement de la filière soit mis en place au plus vite", alors que le secteur est toujours plus en difficulté. Nous publions le communiqué complet ci-dessous (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Les signataires affirment partager les constats du récent rapport rendu par les Inspections générales relatifs au caractère indispensable et structurant de la filière canne-sucre-rhum-énergie pour La Réunion et à l’exposé des contraintes qui lui sont imposées notamment du fait de la réforme des quotas sucriers et de l’ouverture du marché européen à des pays non européens producteurs de sucre de canne à bas coûts. En revanche, ils contestent fermement les préconisations du rapport, déconnectées de la réalité du terrain, et affirment unanimement qu’elles conduiraient inévitablement à la disparition de la filière.

Compte tenu des enjeux économiques, sociaux et environnementaux que représente la filière canne-sucre, les signataires de la motion demandent, au contraire, que le cadre économique, politique et financier indispensable au maintien et au développement de la filière soit mis en place au plus vite. Ce cadre doit répondre aux contraintes exogènes issues de décisions nationales et européennes prises, sans aucune étude d’impact préalable, au détriment de la situation spécifique des filières canne-sucre des DROM.

Il est urgent que l’Etat prenne des engagements sur le long terme, étape préalable indispensable aux partenaires de l’Interprofession pour se projeter dans l’avenir et entamer les négociations de la Convention Canne qui doit impérativement être signée avant le démarrage de la campagne sucrière 2022.

Le Bureau du CPCS salue cette Union Sacrée de tous les acteurs du monde agricole et industriel autour de la filière canne-sucre et demande dès à présent aux élus locaux de s’associer à cette démarche pour la préservation et le développement d’une filière si structurante pour le territoire de la Réunion.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !