Consommation :

Les prix augmentent de 0,4 % en octobre


Publié / Actualisé
En octobre 2021, les prix à la consommation augmentent de 0,4 % à La Réunion. Cette hausse est essentiellement due à la remontée des prix de l'habillement, des chaussures et des autres produits manufacturés avec la fin des soldes en septembre. Les prix dans les secteurs de l'alimentaire et de l'énergie augmentent très légèrement, tandis que ceux des services sont stables. Sur un an, les prix augmentent de 2,5 % à La Réunion et de 2,6 % en France hors Mayotte. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
En octobre 2021, les prix à la consommation augmentent de 0,4 % à La Réunion. Cette hausse est essentiellement due à la remontée des prix de l'habillement, des chaussures et des autres produits manufacturés avec la fin des soldes en septembre. Les prix dans les secteurs de l'alimentaire et de l'énergie augmentent très légèrement, tandis que ceux des services sont stables. Sur un an, les prix augmentent de 2,5 % à La Réunion et de 2,6 % en France hors Mayotte. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Les prix à la consommation des ménages augmentent de 0,4 % en octobre 2021 à La Réunion. Les prix des produits manufacturés repartent à la hausse après la période des soldes et s’accompagnent d’une très légère augmentation des prix de l’alimentaire, ainsi que de l’énergie et du tabac. Les prix des services sont stables. Sur un an, les prix augmentent de 2,5 % à La Réunion et de 2,6 % en France hors Mayotte.

Les prix des produits manufacturés augmentent de 1,3 % en octobre. Ils sont tirés par la forte hausse des prix de l’habillement et des chaussures (+ 7,3 %) après la période des soldes ; l’an dernier, à la même période, ils avaient reculé (- 1,6 %). Les prix des " autres produits manufacturés " augmentent de 0,2 %.

Si les prix des aliments pour animaux, de la vaisselle et des produits de puériculture remontent après les baisses du mois précédent, ceux des téléphones portables baissent. Par ailleurs, les prix des produits de santé reculent en octobre (- 0,2 %), dans la continuité de la baisse entamée depuis le mois de juillet.

Sur un an, les prix des produits manufacturés augmentent de 1,5 % à La Réunion et de 0,3 % en France. En particulier, ceux de l’habillement et des chaussures augmentent de 1,9 % sur un an alors qu’ils sont stables en France

Les prix de l’alimentaire augmentent très légèrement (+ 0,1 %) après trois mois de baisses consécutives liées au recul des prix des produits frais. En octobre, la baisse des prix des produits frais (- 2,7 %) – tirée par le recul des prix des légumes qui se poursuit – est compensée par la hausse des prix hors produits frais (+ 0,3 %). Sur un an, les prix de l’alimentaire augmentent de 0,3 % à La Réunion et de 0,7 % en France.

Avec + 0,1 % d’augmentation en octobre, les prix de l’énergie marquent temporairement le pas après une nette augmentation entre juillet et septembre (+ 2,2 %). Les tarifs des produits pétroliers augmentent de 0,2 %. Si les prix du gazole et de la bouteille de gaz augmentent, celui du supercarburant recule. Les tarifs de l’électricité restent stables. Sur un an, les prix de l’énergie augmentent de 14,3 % à La Réunion, passant au-dessus du niveau d’avant la crise sanitaire en février 2020, et de 20,2 % en France. Les produits pétroliers augmentent davantage : + 19,9 % à La Réunion et + 27,0 % en France.

Avec + 0,1 % en octobre, les prix du tabac sont quasi stables depuis trois mois. Sur un an, ils augmentent plus fortement à La Réunion (+ 7,2 %) qu’en France hors Mayotte (+ 4,8 %). Les prix des services sont stables en octobre. Les tarifs des services de transport augmentent de 2,8%, sous l’effet du relèvement des prix des tarifs aériens. Les prix des services de santé et des services rattachés au logement augmentent également (+ 0,2 %). À l’inverse, les prix des " autres services " reculent de 0,4 % du fait de la baisse des tarifs d’assurances. Sur un an, les prix des services augmentent de 2,2 % à La Réunion et de 1,8 % en France

• Pour rappel

La crise sanitaire de la Covid-19 a affecté la production de l’indice des prix à la consommation : les relevés de prix dans les points de vente physiques, suspendus à partir du 16 mars 2020, ont progressivement repris au cours du mois de juin ; certains points de vente étaient par ailleurs fermés et de nombreux produits n’étaient plus disponibles à l’achat. D’août à décembre 2020, moins de 2 % du panier de l’IPC ont ainsi été imputés du fait de la crise sanitaire contre 2 % en juillet et 14 % en juin. En avril et mai 2020, ces taux d’imputation étaient plus élevés et les indices n’ont pu être publiés.

Avec la fermeture de certains magasins en centres commerciaux et l’arrêt de certaines activités par décision préfectorale, les taux d’imputation varient de 3 % à plus de 5 % entre février et juin 2021. En août, les taux d’imputation plus élevés suite au confinement n’ont pas permis de diffuser les indices. En septembre , le taux d’imputation était de 14 %. En octobre, il est inférieur à 4 %.

   

1 Commentaire(s)

RIPOSTE974, Posté
Parlons en appelant un chat ... un chat, les prix à la consommation ont explosé point trait