Ils sont reçus en préfecture ce mercredi :

Salles de réception : les professionnels de l'événementiel veulent la réouverture des pistes de danse


Publié / Actualisé
L'Association des professionnels de l'événementiel de La Réunion (Aper) s'exprimera ce mercredi 15 décembre au cours d'un audience en préfecture. L'Aperva tenter d'obtenir une réouverture des pistes de danse, des salles de réception pour la période de fête. Malgré la situation sanitaire qui continue de se dégrader, le nombre de cas de covid-19 augmente et le taux d'incidence dépasse les 380 pour 100 000 habitants, selon les derniers chiffres de Santé publique France, Frédéric Dijoux, président de l'Aper, va demander à la préfecture de "revoir sa copie".
L'Association des professionnels de l'événementiel de La Réunion (Aper) s'exprimera ce mercredi 15 décembre au cours d'un audience en préfecture. L'Aperva tenter d'obtenir une réouverture des pistes de danse, des salles de réception pour la période de fête. Malgré la situation sanitaire qui continue de se dégrader, le nombre de cas de covid-19 augmente et le taux d'incidence dépasse les 380 pour 100 000 habitants, selon les derniers chiffres de Santé publique France, Frédéric Dijoux, président de l'Aper, va demander à la préfecture de "revoir sa copie".

Crise sanitaire oblige, la situation financière des professionnels du milieu de l'événementiel est compliquée depuis plus de 2 ans. Le lundi 6 décembre Premier ministre, Jean Castex, a  annoncé la fermeture des discothèques et de toutes les pistes de danse au moins pour quatre semaines sur l'ensemble du territoire national et donc à La 'Réunion . Une "douche froide" pour les professionnels de La Réunion, commente Fréderic Dijoux

Globalement "les Réunionnais ont respecté les restrictions et les règles sanitaires lors des mariages et des autres fêted" estime, en substance, le président de l'Aper. Dès lors "certes les cas augmentent mais on ne s'attendait pas à ces annonces en cette période de la part du gouvernement" ajoute Fréderic Dijoux en se disant "très en colère".

Il rappelle que son secteur d'activité est sinistré. "En 2019, le chiffre d'affaires global du secteur était de 85 millions d'euros, il est désormais de 5 millions d'euros". Fréderic Dijoux juge "légitime" sa demande de réouverture des pistes de danse en salles de réception. "Faites nous confiance" lance-t-il à la préfecture. "Si le Sakifo, qui s'est très bien passé et je félicite Jérome Galabert (directeur du festival - ndlr) , a été capables de contrôler 17.000 personnes, (en termes de règles sanitaires - ndlr), nous, nous sommes capables d'en  contrôler 300"

L'Aper sera fixée sur le sort réservée à sa demande par la préfecture dès ce mercredi soir

www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Mathy, Posté
Ils auraient dû se servir de ce temps d'inactivité pour se reconvertir ....
Yann, Posté
Il faut être quelque peu en chaleur pour vouloir ouvrir les pistes de danse en ces temps de COVID aiguë ! Monsieur le préfet, fermez tout svp pour limiter la propagation de ce virus qui tue en masse