Nouveauté péi :

Un rhum arrangé au flamboyant pour les fêtes de Noël


Publié / Actualisé
A l'approche de Noël, la marque Rhum Métis propose une nouveauté qui a de quoi attirer l'oeil : un rhum arrangé au flamboyant. Muni de son étiquette rouge vif, le breuvage se veut festif, adapté aux fêtes de fin d'année. Victime de son succès, le rhum arrangé est déjà en rupture de stock alors son patron réfléchit à de nouvelles saveurs, qui permettront d'exploiter sa nouvelle trouvaille. (Photo DR)
A l'approche de Noël, la marque Rhum Métis propose une nouveauté qui a de quoi attirer l'oeil : un rhum arrangé au flamboyant. Muni de son étiquette rouge vif, le breuvage se veut festif, adapté aux fêtes de fin d'année. Victime de son succès, le rhum arrangé est déjà en rupture de stock alors son patron réfléchit à de nouvelles saveurs, qui permettront d'exploiter sa nouvelle trouvaille. (Photo DR)

Son nom était sans doute prédestiné… pourtant Cédric Charlette ne se contente pas de vendre du rhum pur, il s'applique à rechercher des saveurs les plus originales possibles pour agrémenter ses bouteilles.

Responsable de sa marque "Rhum Métis", il possède quatre boutiques sur l'île depuis 2016 désormais. Et à l'approche de Noël il a eu envie de nouveautés… "En rejoignant Le Tampon, j'étais focalisé sur les jacarandas et les flamboyants que l'on voit autour de la quatre voies. Alors j'ai réalisé que je n'avais jamais cherché à savoir si ces fleurs étaient comestibles. Eh bien non seulement les fleurs de flamboyant se mangent, mais c'est très bon !" nous dit-t-il.

Couleur rouge vif, parfaite pour les fêtes de fin d'année, la fleur de flamboyant a un goût "de bonbon, sucré et très doux", nous explique Cédric Charlette. Son rhum arrangé de Noël était donc tout trouvé.

   

Photos : Cédric Charlette

Parfumé au flamboyant, légèrement rosé, il ne fait que 23 degrés et se rapproche donc davantage de la charge en alcool d'une liqueur. Après avoir effectué ses premiers tests, Cédric Charlette profite d'un voyage d'affaires en Métropole pour présenter sa bouteille pour la première fois. "Ça s'est vendu comme des petits pains !" raconte-t-il.

De retour à La Réunion, le succès fut tout aussi fulgurant. Début décembre, le patron de Rhum Métis était déjà en rupture de stock… "A la fin, les gens ne venaient que pour ça." Cédric Charlette réfléchit donc déjà à de futures saveurs et travaille actuellement sur un accord letchi-flamboyant.

- A la recherche de mélanges inédits -

Autre bouteille qui ne manque pas d'originalité : son rhum citron et sel de Saint-Leu, avec son effet sucré-salé. L'entrepreneur péi ne s'arrête pas, il cumule à son actif plusieurs innovations dont il est fier : crème de rhum goyavier qui peut se boire en kir péi, punch orange combava cannelle qui marche lui aussi très bien pour les fêtes, rhum mangue josé, caramel ou encore patate douce. "Nous avons aussi lancé un sirop de rhum curcuma et cannelle qui ne contient que 2% d'alcool, ça peut se boire pour se soigner ou en cocktail !"

Rhum Métis est une affaire de famille : 16 personnes y travaillent, quasiment toutes reliées à la même famille. "Il y a ma femme, mon beau-frère, mon beau-père, mon père dans le magasin de Sainte-Marie, mon frère et ma belle-sœur en Alsace… Ma belle-famille est agricultrice, si je veux faire un mélange à base d'ananas, je vais chercher les fruits dans le camp d'à côté !" raconte-t-il.

Et cette entreprise familiale a le vent en poupe. Cédric Charlette se targue d'avoir "le rhum le plus médaillé au monde" avec 350 médailles. Aujourd'hui son rhum se vend à La Réunion et en Métropole, mais s'exporte aussi au Luxembourg, en Allemagne ou encore en Thaïlande.

mm/www.ipreunion.com / [email protected]

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer à modération

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !