Restrictions et couvre-feu :

Le grand ras-le-bol des restaurateurs, des hôteliers et de tous les autres


Publié / Actualisé
Avec le retour du couvre-feu à La Réunion depuis ce samedi 1er janvier 2022, plusieurs secteurs économiques sont de nouveau impactés : hôtellerie, restauration, cinémas... Les ERP (Etablissements recevant du public) soumis au régime du couvre-feu, ne peuvent recevoir que 75% de leur capacité d'accueil habituelle. Autre coup dur pour ces secteurs, Ils ne pourront pas bénéficier du FNS (Fonds national de solidarité) car aucun régime de restriction à savoir couvre-feu ou confinement n'a eu lieu en novembre et décembre 2021. Les gérants d'ERP pourront en revanche avoir recours à l'aide aux "coûts fixes", instauré par l'Etat ces deux derniers mois et qui la reconduit pour ce mois de janvier. (Photo : rb/www.ipreunion.com)
Avec le retour du couvre-feu à La Réunion depuis ce samedi 1er janvier 2022, plusieurs secteurs économiques sont de nouveau impactés : hôtellerie, restauration, cinémas... Les ERP (Etablissements recevant du public) soumis au régime du couvre-feu, ne peuvent recevoir que 75% de leur capacité d'accueil habituelle. Autre coup dur pour ces secteurs, Ils ne pourront pas bénéficier du FNS (Fonds national de solidarité) car aucun régime de restriction à savoir couvre-feu ou confinement n'a eu lieu en novembre et décembre 2021. Les gérants d'ERP pourront en revanche avoir recours à l'aide aux "coûts fixes", instauré par l'Etat ces deux derniers mois et qui la reconduit pour ce mois de janvier. (Photo : rb/www.ipreunion.com)

"C'est un vrai ras-le-bol, ça fait deux ans que ça dure, il faut apprendre à vivre avec le virus, c’est ça la solution" martèle le vice-président du club de la restauration. "Il faut arrêter de dire que le virus circule le plus dans les établissements recevant du public, c’est dans les fêtes privées que cela se passe, pas chez nous".

Gerardo Coppola, gérant du restaurant le Mediterraneo à Saint-Denis remarque : "le fonds de solidarité nous a pas mal aidé notamment quand il y a eu des couvre-feu", mais qu'en sera-t-il désormais ? Regardez.



"L'Etat a mis en place des choses positives c'est vrai il faut le reconnaître, mais nous les restaurateurs nous sommes dépendants des aides. En ce moment nous sommes en période de vacances, les gens n'ont pas forcément envie de faire à manger le soir alors ils vont au restaurant mais avec le couvre-feu on peut faire qu'un service" explique-t-il. "On ne s'attendait pas à avoir un couvre-feu à 21h, on aurait préféré qu'il soit instauré à 23h", dit encore Gerardo Coppola. Regardez


- "Le FNS n'est pas une solution" -

Dans son communiqué de ce lundi 3 janvier 2022, l' Etat annonce des mesures pour accompagner les entreprises ultramarines des secteurs protégés (listes S1 et S1 bis) en novembre et décembre 2021. Si le gouvernement indique que l'aide "aux coûts fixes" est reconduit pour le mois de janvier 2022, les gérants des ERP (établisssements recevants du public) ne pourront pas bénéficier du FNS (Fonds national de solidarité) comme en 2021 et 2020.

C'est ce qu'explique Patrick Serveaux, président de l'UMIH (Union des métiers et des industries de l'hôtellerie). "Le FNS ne concerne pas La Réunion car il n'y a pas eu de fermeture administrative en novembre et décembre 2021". Patrick Serveaux demande notamment "une remise en route" du Fonds de solidarité. "L'aide aux coûts fixes pallie les pertes d’exploitation" précise-t-il.

Les entreprises pourront également mettre leurs employés en chomâge partiel "avec un reste à charge nul est accessible" précise le communiqué. "Le chomâge partiel nous permettra uniquement de payer nos salariés, ça nous soulagera mais ce n'est pas suffisant" explique Ludovic Gachet, vice-président du club de la restauration. 

Le couvre-feu et les restrictions sont applicables jusqu'au dimanche 23 janvier inclus. Reste à savoir si la situation sanitaire permettra leur levée.

Lire aussi -Le couvre-feu et les jauges d'accueil impactent de nouveau les restaurateurs

vl/www.ipreunion.com / [email protected]

   

5 Commentaire(s)

GERARD97460, Posté
Il faut juste savoir être patient ou apprendre à changer de métier.Pas plus difficile mes chers amis.Faîtes comme moi, vous vendez tout et vous partez en vacances définitivement sous les tropiques ailleurs qu'en FRANCE pour ne plus jamais être taxé..
Nono, Posté
Ras le bol de ces pleureuses qui n'ont qu'un objectif faire du fric en nous servant de la merde.Heureusement que l'on n'a pas compté sur eux pour manifester depuis le début de ce covid.Maintenant le robinet des aides de l'État = notre portefeuille, se restreignent alors là ils pleurent.Leur vendu de représentant acheté par les autorités du gouvernement n'a pas été d'une bonne utilité.KFC et MacDo ont bien fait leur beurre avec les largesses de cet Etat de M......
Sam, Posté
L'hôpital qui se fou de la charité !!! Vous restaurateurs vous cautionner cette situation de merde avec les passe sanitaire ... personne bouge sont cul pour revendiquer notre liberté de vivre !!! Et là vous êtes pas content de la fermeture ''' ''' Assumer votre non mouvement de mécontentement
Parce que vous Êtes gouvernés par Les Ratés En Mouvement ( LREM ), Posté
De vrais cocus de l'histoire et ils se plaignent à présent, une histoire invraisemblable : Subissez maintenant...
Incroyable, Posté
Il doit y avoir des milliers de fête privées en ce moment alors...Carré cathédrale rempli de monde,la distanciation sociale devais être de 30 à 40 cm à table quand je suis passé, aucun et je dis bien aucun masque,pareil du côté de chez rfo reunion ,les bobo n'attrape pas le covid et ne le transmet pas lorsqu'il font la fête c'est bien connue,quand les mesures seront lever je ferais des photos et les publierai