Saint-Denis :

Incendie de Montgaillard : les travaux de sécurisation de la résidence ont commencé


Publié / Actualisé
La SIDR annonce que le 5 janvier 2022 a débuté une première phase de travaux de déblaiement dans la résidence La Marina suite à l'incendie du 13 décembre dernier, qui a tué cinq personnes dont quatre enfants. La SIDR invite au strict respect des règles de sécurité et de prudence pendant ces opérations. Nous publions ici le communiqué de la SIDR. (Photo rb/www.ipreunion.com)
La SIDR annonce que le 5 janvier 2022 a débuté une première phase de travaux de déblaiement dans la résidence La Marina suite à l'incendie du 13 décembre dernier, qui a tué cinq personnes dont quatre enfants. La SIDR invite au strict respect des règles de sécurité et de prudence pendant ces opérations. Nous publions ici le communiqué de la SIDR. (Photo rb/www.ipreunion.com)

- Une opération complexe, technique et urgente -

Mandatée par la SIDR, la société Sud Terrassement assure, à compter du 5 janvier 2022, la dépose des tôles des coursives du bâtiment B, impacté par l’incendie.

Ces travaux se dérouleront cette semaine et devraient se prolonger la semaine prochaine. Chaque locataire de la résidence a personnellement été informé par la SIDR.

L’opération doit permettre par anticipation de sécuriser le site dont les tôles peuvent potentiellement être soumises aux aléas des vents forts, fréquents en cette saison.

Des travaux de déblai et de nettoyage du site sont également prévus durant cette période. Ils concernent les débris générés par l’incendie, ainsi que les réfrigérateurs et congélateurs contenant des denrées périssables pouvant occasionner notamment des odeurs désagréables.

Les autorités judiciaires, la Préfecture et la Mairie ont été informées du démarrage de ces travaux que la période cyclonique rendait urgents. Face à cette nécessité impérieuse, une technique d’intervention par le sol, proposée par Sud Terrassement, a finalement été retenue, les demandes d’intervention par les airs déposées fin décembre auprès de la Préfecture et de la DGAC n’ayant pas obtenu de réponse positive.

La SIDR exhorte ses locataires, tous les riverains et les passants en général, à la prudence lors de cette opération qui pourrait susciter la curiosité du public, et invite chaque personne présente alentours à respecter les règles de sécurité mises en place et notamment à ne pas s’approcher du bâtiment concerné.

- Un site sécurisé toujours difficile d’accès -

Le bâtiment incendié reste inaccessible et la SIDR est consciente des conséquences pour les familles. Cependant, elle s’est déjà organisée, la semaine dernière, pour permettre à certaines familles de récupérer en urgence des papiers d’identité dans leur appartement, lorsque les conditions de sécurité le permettaient.

Avancée majeure : à compter du vendredi 7 janvier, sous réserve d’évolution favorable de l’opération en cours, de premiers allers-retours dans les logements les moins exposés pourraient avoir lieu afin de permettre aux familles de récupérer leurs effets les plus " personnels et impérieux ". Les familles concernées seront personnellement informées par la SIDR, les mouvements seront programmés heure par heure, ils ne pourront être réalisés qu’individuellement et seront strictement encadrés par un dispositif mis en place par la SIDR.

Quant aux derniers véhicules encore présents, ils seront évacués des sous-sols la semaine du 10 janvier, entrainant une condamnation définitive des accès souterrains. C’est la société " Risk Partenaires ", via son ingénieur expert du bâtiment, accompagné de la société " Maitrise Ultra-Marine " CSPS, spécialiste en sécurité du patrimoine, qui conseillent la SIDR sur les conditions de retour à l’immeuble, définissant notamment la liste des logements accessibles.

L’accès au site reste pour l’heure strictement interdit au public. Il est surveillé 24h/24 par une société de gardiennage mandatée par la SIDR.

- Et ensuite ? -

Des expertises complémentaires devraient être conduites la semaine du 10 janvier pour valider définitivement le mode opératoire d’enlèvement des derniers déblais et les conditions de la mise en place d’un nouveau périmètre de sécurité du site à prévoir pour y parvenir. Cette opération, particulièrement complexe et inédite, nécessite des moyens spécifiques, une surveillance journalière des conditions climatiques à venir et prendra quelques semaines.

- Point relogement -

Si tous les locataires bénéficient d’une solution de relogement depuis le 18 décembre 2021, chaque famille fera l’objet d’une attention particulière et personnalisée. A la demande de la SIDR, une MOUS (Maîtrise d’Ouvre Urbaine et Sociale) a été mise en place. Chaque famille sera personnellement contactée et rencontrée afin de définir ses attentes et demandes. D’ici un mois, les conclusions de la MOUS devraient offrir une image précise de l’évolution du relogement, famille par famille. Toutes ces évolutions feront l’objet d’une prochaine communication presse.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !