Des chercheurs américains sont sur place :

Eruption aux îles Tonga : le panache du volcan étudié au Maïdo


Publié / Actualisé
L'éruption survenue près des îles Tonga dans l'océan Pacifique a eu un impact sur La Réunion : le ciel de l'île s'est drapé de teintes orangées troubles, une couleur dûe aux aérosols (particules fines et gaz) de l'éruption indiquait alors la Cité du Volcan. Une équipe de chercheurs internationale, constituée de scientifiques américains, s'est donc rendue sur place pour mener une campagne de mesure à l'observatoire du Maïdo, afin d'étudier l'atmosphère de La Réunion. Le panache provoqué par l'éruption des îles Tonga se trouvait ce week-end à 30 kilomètres au-dessus de nos têtes. (Photos : René Carayol / Université de La Réunion)
L'éruption survenue près des îles Tonga dans l'océan Pacifique a eu un impact sur La Réunion : le ciel de l'île s'est drapé de teintes orangées troubles, une couleur dûe aux aérosols (particules fines et gaz) de l'éruption indiquait alors la Cité du Volcan. Une équipe de chercheurs internationale, constituée de scientifiques américains, s'est donc rendue sur place pour mener une campagne de mesure à l'observatoire du Maïdo, afin d'étudier l'atmosphère de La Réunion. Le panache provoqué par l'éruption des îles Tonga se trouvait ce week-end à 30 kilomètres au-dessus de nos têtes. (Photos : René Carayol / Université de La Réunion)

Le panache généré par cette éruption est passé "à très haute altitude au-dessus de La Réunion" ce week-end, relaie l'Université. "Une opportunité scientifique pour l’observatoire atmosphérique du Maïdo."  Il aura donc fallu presque une semaine au panache du volcan Hunga Tonga-Hunga Ha'apai pour parvenir au-dessus de La Réunion. "La prévision de ce passage, calculée il y a quelques jours, a permis de programmer en un temps record une campagne de mesure à l’observatoire de l’atmosphère du Maïdo. L’observatoire est le seul au monde à pouvoir mesurer ce panache" indique l'Université.

- Une équipe internationale pour étudier le panache -

Le panache est étudié à La Réunion par une équipe internationale constituée de chercheurs :

- du laboratoire de l’atmosphère et des cyclones - LACy

- de l’observatoire des sciences de l’univers - OSU-R (Université de La Réunion/CNRS/ Météo France)

- de l’agence américaine d’observation océanique et atmosphérique - NOAA 

- de l’université de Houston (Etats-Unis)

- du laboratoire de physique et de chimie de l’environnement et de l’espace - LPC2E - (France)

"L’objectif de ces mesures est d’étudier l’impact des éruptions volcaniques sur le climat. Cette éruption [est] la plus violente depuis 30 ans" explique alors l'Université. Entre vendredi et dimanche, plusieurs mesures ont été effectuées de nuit, "des radiosondages grâce à des lâchers de ballons sondes et des tirs de Lidar, ce faisceau vert qu’on a maintenant l’habitude de voir dans le ciel réunionnais" détaille l'Université. "Les chercheurs américains apportent avec eux matériel et expertise de l’analyse de la composition du panache volcanique qui complètent ceux de nos chercheurs."

Les scientifiques américains ont débarqué ce vendredi 21 janvier dans la soirée, après 36 heures de voyage, "tous ont travaillé d’arrache-pied pour être prêts à un premier lâcher de ballon-sonde à 23 heures le soir-même. Les premiers résultats tombent : le panache est bien là, à 30 kilomètres au-dessus de nos têtes. Jamais les conséquences d’une éruption sur la stratosphère n’auront été observées aussi rapidement, en moins d’une semaine. Le panache du Pinatubo, dernière éruption de cette envergure en 1991, n’avait pu être mesuré qu’après plusieurs semaines".

Les recherches des scientifiques ne s'arrêtent pas à. Suite à cette campagne, l'équipe internationale "disposera encore d’une dizaine de jours avant le départ des chercheurs invités, pour confronter et analyser les résultats de cette campagne exceptionnelle" indique l'Université.

- Une éruption violente visible depuis l'espace -

L'éruption des îles Tonga a provoqué un vrai changement de couleurs dans le ciel réunionnais, créant des teintes roses et oranges troubles lors du coucher de soleil. Un spectacle visible durant plusieurs soirées.

L'éruption a également provoqué des ondes de choc telles qu'elles ont été enregistrées sur les baromètres du réseau d'observation de La Réunion. Ces ondes de choc ont fait plusieurs fois le tour du globe et ont été observées un peu partout sur les baromètres et sismomètres, relatait MétéoR.

Le volcan sous-marin est entré en éruption dans l'océan Pacifique près des îles Tonga, provoquant un important tsunami. Plusieurs pays sont passés en état d'alerte, mais la menace tsunami est désormais écartée. La Polynésie Française a été épargnée par le phénomène. Des images impressionnantes de l'éruption, prises notamment par des satellites depuis l'espace, ont inondé la toile.

www.ipreunion.com / [email protected]

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !