Censure 20 ans plus tard :

Fight club : la fin du film mythique coupée et réécrite en Chine


Publié / Actualisé
La plateforme chinoise Tencent Video a totalement réécrit la fin du film "Fight club", pourtant essentielle au scénario. Vingt ans plus tard, la scène finale durant laquelle le personnage principal regarde les immeubles du centre d'affaires de Los Angeles exploser - symbole de l'éclatement du monde des finances - a été remplacée par un message écrit. Celui-ci indique que les bombes installées dans les gratte-ciels ont été trouvées et désactivées et les "criminels" arrêtés. Fin. (Photo : capture d'écran Fight club)
La plateforme chinoise Tencent Video a totalement réécrit la fin du film "Fight club", pourtant essentielle au scénario. Vingt ans plus tard, la scène finale durant laquelle le personnage principal regarde les immeubles du centre d'affaires de Los Angeles exploser - symbole de l'éclatement du monde des finances - a été remplacée par un message écrit. Celui-ci indique que les bombes installées dans les gratte-ciels ont été trouvées et désactivées et les "criminels" arrêtés. Fin. (Photo : capture d'écran Fight club)

C'est une réécriture qui fait déjà couler beaucoup d'encre. En Chine, une plateforme de vidéos permet enfin de visionner le film de David Fincher "Fight club", rendu célèbre notamment grâce à sa fin. 

A ce stade de l'article, arrêtez de lire si vous ne connaissez pas (encore) le film.

Adapté d'un roman éponyme de Chyck Palahniuk, le long-métrage raconte l'histoire d'un trentenaire à la vie monotone qui rencontre un certain "Tyler", homme charismatique avec lequel il monte le "fight club", qui consiste à organiser des combats violentes entre hommes.

Vériable critique de la société et du monde capitaliste, le film met en parallèle ces deux personnages que tout semble opposer. Si le twist final - que nous ne révèlerons pas - est un chef d'oeuvre en soi, la scène finale a fait la célébrité du film. On y voit le personnage principal admirer de dos l'explosion du centre d'affaires de Los Angeles. Le symbole même du business et des finances finit en cendres.

Or la plateforme chinoise Tencent Video a coupé cette fin pour la remplacer par le message suivant : "Grâce aux preuves fournies par Tyler, la police a rapidement découvert le projet, arrêté tous les criminels, et empêché les bombes d’exploser. Après un procès, Tyler a été envoyé en asile pour recevoir un traitement psychiatrique. Il a été libéré de l’hôpital en 2012". Une chute qui change drastiquement le scénario et de fait, le sens de ce film réputé anarchique. Une censure d'ores et déjà amplement dénoncée sur la toile.

www.ipreunion.com / [email protected]

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !