Les 11 marins sauvés :

Echouement du Tresta Star : les naufragés de Batsirai


Publié / Actualisé
Grosse frayeur, jeudi 3 févier, pour les 11 marins d'un petit caboteur pétrolier mauricien en perdition, le Tresta Star, qui après avoir s'être signalé "en difficulté", puis "en détresse", dès 7 h 15, a dérivé dans une mer cyclonique aux creux énormes, avant de s'échouer sur le littoral du Tremblet, à Saint-Philippe, au niveau de la coulée 2007. Drossé sur le basalte agressif, les membres d'équipage, incapables d'abandonner leur bateau par eux-mêmes, ont cru leur dernière heure arrivée. Ils ont été heureusement sauvés par une importante opération de secours, conduite par des hommes courageux qui, dans des conditions effroyables, ont mis en place une vertigineuse tyrolienne pour leur faire quitter l'épave. (Photos rb/www.ipreunion.com)
Grosse frayeur, jeudi 3 févier, pour les 11 marins d'un petit caboteur pétrolier mauricien en perdition, le Tresta Star, qui après avoir s'être signalé "en difficulté", puis "en détresse", dès 7 h 15, a dérivé dans une mer cyclonique aux creux énormes, avant de s'échouer sur le littoral du Tremblet, à Saint-Philippe, au niveau de la coulée 2007. Drossé sur le basalte agressif, les membres d'équipage, incapables d'abandonner leur bateau par eux-mêmes, ont cru leur dernière heure arrivée. Ils ont été heureusement sauvés par une importante opération de secours, conduite par des hommes courageux qui, dans des conditions effroyables, ont mis en place une vertigineuse tyrolienne pour leur faire quitter l'épave. (Photos rb/www.ipreunion.com)

Le Tresta Star, un "Oil Products Tanker" ou "souteur", en fait un caboteur destiné au seul transport d'hydrocarbures et produits raffinés, construit il y a trois ans, d'une capacité de charge maximale de 2924 tonnes, pour un tirant d’eau de 3.9 mètres et une longueur hors tout de 74 mètres, sur 16.02 mètres, aurait quitté Port-Louis vendredi 28 janvier, s'est retrouvé 7 jours plus tard au large de La Réunion, dans le Sud, confronté à une mer difficile du fait des conditions cycloniques que l'on sait.Le Tresta Star a fini par lancer un SOS à 07h15.

Peu manœuvrant, dans l'incapacité de tenir un cap et donc dangereux pour d'autres bateaux, sa dérive l'a conduit dans la zone de responsabilité française. Le CROSS de La Réunion l'a dès lors pris en compte et appréhendé les problématiques rencontrées par le navire. Incapable d'affronter les conditions météorologiques, vent force 10 et houle cyclonique liées à la proximité du cyclone, le Tresta Star a été rapidement chassé vers les côtes réunionnaises.

Sécurité oblige, le préfet de La Réunion, délégué du gouvernement pour l’action de l’Etat en mer, a mis en demeure à 11h00 le propriétaire mauricien du bateau de faire cesser le danger. L’armateur a alors affrété un moyen de remorquage stationné à l’île Maurice et prévu d’intervenir dans la nuit du 3 au 4 février. Mais c'était un peu tard. Le remorqueur mauricien était trop loin. Et les moyens mis en œuvre par le CROSS Réunion, l'Osiris II, un patrouilleur des affaires maritimes et deux bâtiments de commerce navigant à proximité n’ont pu prendre en remorque le Tresta Star. Il s'est donc échoué sur le rivage inhospitalier du Tremblet.

Le communiqué de préfet de La Réunion explique la suite des événements : "L'opération périlleuse, très technique et inédite de sauvetage des 11 marins du navire TRESTA STAR s'est déroulée avec succès entre 2 heures et 4 heures du matin.
Elle s’est effectuée dans des conditions météorologiques très défavorables (houle, vents et pluies extrêmes) et sur une zone d’intervention particulièrement difficile (plateau friable de la coulée de lave 2007).

32 pompiers sauveteurs ont été engagés pour ramener les naufragés à terre grâce à l'établissement par l'équipe du GRIMP du SDIS d'une tyrolienne entre le navire échoué et la terre.

Les marins, épuisés, ont ensuite été pris en charge par le service médical du SDIS de La Réunion, puis accueillis par les soins de la commune de Saint-Philippe.

Le sous-préfet de Saint-Pierre et le Maire de Saint-Philippe ont été sur place pendant toute la durée des opérations. Le préfet salue l’engagement de tous les acteurs mobilisés : SDIS ; Gendarmerie nationale, Police municipale et services techniques de la Mairie, Marine Nationale et CROSS La Réunion (Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage). "

Les marins sauvés des eaux ont transférés au Port et pris en charge par la Maison du marin. Il restera désormais à régler le problème de l'épave.

plc/www.ipreunion.com / [email protected]

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !