Cyclone Batsirai :

Madagascar : 82 décès dans le district d'Ikongo selon des médias locaux


Publié / Actualisé
Le bilan ne fait que s'alourdir depuis le passage de Batsirai sur la Grande île. Des médias locaux font état de 82 décès rien que dans le district d'Ikongo. Ce mardi 8 février 2022 au matin le bilan était d'au moins 21 morts. Le cyclone intense a dévasté des villages entiers, rasant des maisons et des rizières. Les associations s'attendent à une profonde aggravation de la crise humanitaire déjà engendrée par la pauvreté, la famine et la crise Covid. (Photo DR)
Le bilan ne fait que s'alourdir depuis le passage de Batsirai sur la Grande île. Des médias locaux font état de 82 décès rien que dans le district d'Ikongo. Ce mardi 8 février 2022 au matin le bilan était d'au moins 21 morts. Le cyclone intense a dévasté des villages entiers, rasant des maisons et des rizières. Les associations s'attendent à une profonde aggravation de la crise humanitaire déjà engendrée par la pauvreté, la famine et la crise Covid. (Photo DR)

Selon le média Midi Madagasikara, les nouveaux chiffres sont fournis par "levice-président de l’Assemblée nationale, Jean Brunelle Razafintsiandraofa" : "on recense jusqu’à présent 82 morts dans le district d’Ikongo dont 70 sont dus à l’effondrement de leurs maisons et 7 autres victimes de la montée des eaux" annonce celui-ci.

Un bilan venu "des maires, des chefs fokontany et des Ampanjaka". Les travaux de déblaiement des maisons et des rues en ruines se poursuivent.

La page pro gouvernementale Mosary Mosary annonce aussi que "le district d’Ikongo a été le plus affecté par le passage du cyclone Batsirai". Ainsi là aussi, "le chef district d’Ikongo, Derason Randrianjara rapporte 82 décès dont 8 recensés dans la commune Ikongo, 44 dans la commune Ankarombelo, et d’autres dans les communes voisines".

La Piroi (Croix-rouge française) et le BNGRC faisaient part ce mardi matin d'un bilan de 21 personnes décédées et de 70.000 sinistrés au moins. Interrogée par Imaz Press, la Piroi indique ne pas avoir de nouveau bilan consolidé à ce stade mais ne s'étonne hélas pas de son aggravation heure par heure.

On estime que plusieurs centaines de milliers de personnes auront besoin d'une aide humanitaire d'urgence à Madagascar, après le passage du cyclone intense. L'ONU pour sa part redoute également une aggravation de la crise humanitaire, alors que le "grenier à riz" du centre du pays est ravagé.

Samedi 5 février, le cyclone intense a dévasté la Grande île, avec des rafales de 235 km/h. Des dizaines de milliers d'habitants ont dû fuir leur foyer face aux risques d'inondations.

www.ipreunion.com / [email protected]

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !