Filière canne :

Les planteurs sont en colère et veulent rencontrer le ministre des Outre-mer


Publié / Actualisé
Le Comité paritaire interprofessionnel de la canne à sucre (CPCS) n'est pas content. Il n'a pas obtenu de rendez-vous avec le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, en visite à La Réunion depuis ce dimanche 13 février 2022. Le CPCS "déplore ce manque de considération" alors que la filière cannes - sucre "est en danger" (Photo d'illustration : rb/www.ipreunion.com)
Le Comité paritaire interprofessionnel de la canne à sucre (CPCS) n'est pas content. Il n'a pas obtenu de rendez-vous avec le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, en visite à La Réunion depuis ce dimanche 13 février 2022. Le CPCS "déplore ce manque de considération" alors que la filière cannes - sucre "est en danger" (Photo d'illustration : rb/www.ipreunion.com)

"On veut que l'Etat nous prenne au sérieux", lance Pierre Emmanuel Thonon, vice-président du CPCS. La filière canne est en train de sombrer et des millliers d'emplois sont en danger, estiment les agriculteurs.

Des rencontres ainsi que des discussions entre agriculteurs, planteurs de cannes ont été menées aussi bien avec le Préfet, Jacques Billant et la DAAF depuis le mois de décembre et tout récemment le mercredi 9 février et le vendredi 11 février. "Nous avons mis sur la table les chiffres concernant la filière ; ils en ont pris conscience. Les travailleurs qui dépendent de la canne se retrouvent avec 40% de perte de revenu. C'est difficile de joindre les deux bouts maintenant", souligne le vice-président du CPCS.

Il regrette qu'aucune rencontre n'ait été prévue entre les acteurs de la fiière et le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, en visite dans notre île jusqu'au mardi 15 février.

Lire aussi Sébastien Lecornu au Tampon pour constater les dégâts de Bastsirai

"Il y a un gros souci si aucune séquence de discussion n'est prévu avec le ministre", poursuit Pierre Emmanuel Thonon. "Si rien n'est fait, on peut se mobiliser dès demain (ce lundi - ndlr). "Tout est envisageable" prévient le vice-président du CPCS avant d'ajouter "si la filière canne disparaît c'est toute une pyramide qui s'effondre...".

ef/www.ipreunion.com/ [email protected]

   

4 Commentaire(s)

Étienne , Posté
A quand la fabrication d'éthanol qui sera redistribuemee dans les stations essence de l'île '!!!Regardons le Brésil. Ils ont trouvé un business très intéressant a base de canne . Pensons indépendantmce énergétique et business local. Parlons en autour de nous et a force on va y arriver. Roulez a la canne paï !!!!! '
Sophie, depuis son mobile , Posté
Il faut diversifier ,car nos planteurs demandent sans cesse des subventions soit la canne est une bonne affaire ou au cas contraire il faut passer à d autres cultures on ne peut pas subventionner viteameternam une culture selon 'os planteurs qui rapportent pas mais on continue à étendre les surfaces donc c est rentables l état c est le contribuable avant d avoir récolte on demande des indemnités pour d éventuelles pertes il y a un gros problème
SinJo, Posté
Moi aussi, suis en colère mais contre edf.Cette semaine, une de ses équipes est entrée sans autorisation dans la propriété d'une personne âgée pour accrocher un câble qui ne la concerne pas à un pied de palmiste de son jardin. Et lui a laissé un bandeau rouge "danger de mort" attaché à l'autre bout du câble qui traîne parmi les plantes du jardin. La propriété est clôturée. Ils ont grimpé sur le mur pour accéder à l'intérieur de la propriété.C'est quoi ces méthodes de voyou' Depuis quand se sert on du pied de palmiste d'une propriété privée -in muros- comme poteau edf'
Sophie, depuis son mobile , Posté
Les planteurs réclament des dedommagements sans savoir si le cyclone vas impacter leurs livraisons cela se seras a la fin de la campagne sucrière a ce moment on estimeras les pertes il ne faut pas faire la boue avant la pluie '