Rencontre avec Sébastien Lecornu :

Soutien de la filière canne-sucre : une réponse de l'Etat promise avant fin février


Publié / Actualisé
Les professionnels de la filière canne sucre se sont entretenus avec le ministre des Outre-mer ce lundi 14 février 2022 à l'occasion de sa visite à La Réunion. Celui-ci "s'est engagé à ce que l'État apporte une réponse sur le niveau de soutien supplémentaire à la filière avant la fin du mois de février". Nous publions ci-dessous le communiqué du Comité paritaire interprofessionnel de la canne et du sucre (CPCS) (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Les professionnels de la filière canne sucre se sont entretenus avec le ministre des Outre-mer ce lundi 14 février 2022 à l'occasion de sa visite à La Réunion. Celui-ci "s'est engagé à ce que l'État apporte une réponse sur le niveau de soutien supplémentaire à la filière avant la fin du mois de février". Nous publions ci-dessous le communiqué du Comité paritaire interprofessionnel de la canne et du sucre (CPCS) (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Les professionnels de la filière canne-sucre se sont entretenus avec le ministre des Outre-mer, ses services et le conseiller Outre-mer du Premier ministre pendant plusieurs heures. Lors de cette rencontre, le ministre a reconnu que l’État avait bien conscience du caractère structurant de la filière canne-sucre et des enjeux pour le territoire.

Il a également reconnu que le maintien des aides au niveau actuel n’était en effet plus suffisant. Il s’est notamment inquiété de la baisse importante des revenus des planteurs. Le ministre a par ailleurs indiqué que les acteurs de la filière avaient besoin de visibilité sur le long-terme, a minima sur toute la période de la prochaine convention canne 2022-2028.

Les professionnels de la filière et l’État doivent rapidement vérifier toutes les hypothèses et les éléments techniques afin que la décision politique puisse être prise. Le ministre s’est engagé à ce que l’État apporte une réponse d’ici la fin du mois de février sur les besoins d’accompagnement supplémentaires, c’est-à-dire 20 millions d’euros pour les planteurs et 15 millions d’euros pour les industriels.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !