Au lycée Léon Lepervanche :

La Sapmer sensibilise les futurs marins à la pêche responsable


Publié / Actualisé
Une équipe de la Sapmer s'est rendue au lycée Léon Lepervanche du Port dans la classe CAP Maritime pour sensibiliser les élèves à la pêche responsable, durable et respectueuse de l'environnement; Cette action s'inscrit dans le cadre de la semaine de la pêche responsable qui a lieu jusqu'au 20 février 2022. Une semaine pendant laquelle les entreprises, pêcheurs, éleveurs, aquarium et associations se mobilisent pour échanger autour de la pêche durable. Nous publions ci-dessous le communiqué de la Sapmer. (Photos : Sapmer)
Une équipe de la Sapmer s'est rendue au lycée Léon Lepervanche du Port dans la classe CAP Maritime pour sensibiliser les élèves à la pêche responsable, durable et respectueuse de l'environnement; Cette action s'inscrit dans le cadre de la semaine de la pêche responsable qui a lieu jusqu'au 20 février 2022. Une semaine pendant laquelle les entreprises, pêcheurs, éleveurs, aquarium et associations se mobilisent pour échanger autour de la pêche durable. Nous publions ci-dessous le communiqué de la Sapmer. (Photos : Sapmer)

Le sujet de la durabilité est ancré dans l’ADN de Sapmer et de ses équipes depuis la création de la société en 1947. Depuis sa première campagne de pêche, de la langouste au large des iles Saint-Paul et Amsterdam, la Sapmer utilise des techniques de pêche respectueuses de l’écosystème.

"Nous devons ménager la ressource afin qu’elle se reproduise et évolue convenablement pour favoriser une pêche pérenne", explique simplement Lindley Cally, marin à bord du palangrier Mascareignes 3 depuis près de 10 ans. C’est devant un public d’adolescents captivés que ce  Chef Mécanicien passionné a expliqué son métier, les conditions de travail parfois rudes dans ces mers hostiles et l’intérêt de maintenir de bonnes pratiques de pêche pour assurer la durabilité de la pêcherie et garantir l’emploi."

"Forcément ça m’intéresse car je veux devenir pêcheur. Il faut que ceux qui pêchent aujourd’hui le fassent en respectant l’environnement et les poissons. Comme ça, quand arrivera mon tour, j’aurai de quoi pêcher et j’aurai un travail utile", continue simplement Thomas, qui souhaite devenir marin pêcheur.

Effectivement, promouvoir des pratiques vertueuses est essentiel aujourd’hui. "La surexploitation des ressources marines est un sujet majeur mais ça n’est surement pas une fatalité. La durabilité se définit par un équilibre entre les enjeux environnementaux, sociétaux et économiques. Nous disposons de cette expérience chez Sapmer avec une équipe dédiée aux politiques environnementales et des équipages très sensibilisés et expérimentés qui n’hésitent pas à aller au-delà de la réglementation pour améliorer les pratiques. Ce travail de fond a été récompensé par la certification pêche durable de nos 2 pêcheries australes dès 2013", précise Adrien de Chomereau, PDG de Sapmer.

Une vidéo a été tournée avec les élèves. Regardez

- MSC : Un label reconnu -

Selon l’Organisation Mondiale de l’ONU pour l’Alimentation et l’Agriculture, 33,1 % des stocks mondiaux de poissons sauvages sont exploitées de manière intensive sur l’ensemble des océans, soit trois fois plus qu’il y a 40 ans ! Plus de 50 % des produits de la mer destinés à la consommation humaine proviennent de l’aquaculture. Les citoyens de tous les pays se déclarent inquiets des conséquences de l’intensification des pêches qui répond à une population mondiale en croissance. Un phénomène amplifié au niveau mondial par la recrudescence des pratiques de pêches illégales.

Les consommateurs ont désormais conscience que leurs choix ont un impact sur l’environnement. Ils sont prêts à s’engager : 8 Français sur 10 reconnaissent que la sauvegarde des océans, par des pratiques plus responsables et réglementées passe par une consommation de produits de la mer durable et ils sont plus nombreux (74 % en 2018 contre 69 % en 2016) à se dire prêts à changer leurs habitudes d’achat en faveur d’une alternative durable (étude GlobeScan 2018).

"Aujourd'hui, les Français font de plus en plus attention à l'impact environnemental de leur consommation. C’est un signal fort qui encourage les progrès de tous les acteurs, pêcheurs, entreprises, ONG qui agissent pour la durabilité. Ces engagements sont essentiels si nous voulons préserver les ressources marines pour les générations à venir.", déclare Margaux Favret, ingénieure halieute, directrice du Marine Stewardship Council (MSC) France.

"Cette semaine dédiée aux pratiques durables répond aux besoins d’agir des citoyens engagés. Nous sommes fiers de l’organiser pour la sixième année consécutive et de montrer comment chacun peut devenir un acteur du changement.", poursuit-elle.

Aussi, la pêche française et ses pêcheurs entendent depuis des années être les moteurs et défenseurs d’un modèle de pratiques plus durables. Depuis nombre d’années, ils sont engagés dans des démarches concrètes afin de préserver la ressource.

Leur conviction : Plus les choix des consommateurs seront éclairés, expliqués, certifiés plus ils s’orienteront vers des produits de la mer responsables. Du coup, après cette opération de sensibilisation, les élèves CAP Maritime ont encore plus conscience que les efforts aujourd’hui sont importants pour eux, professionnels de demain.

Après une belle cession pédagogique et ludique, ils se sont prêtés au jeu de la récolte des impressions en vidéo. Cerise sur le gâteau, un lot de pailles en bambou, pour ne plus utiliser de paille plastique, néfastes pour les océans et les animaux qui y vivent a été remis à chaque élèves en guise de cadeau.

   

1 Commentaire(s)

LAPOLETCHI, Posté
la peche au thon à la senne tournante est un désastre écologique , qui va à l'encontre de la notion "durable" . La Sapmer , qui est acteur important de la durabilité , dans les mers australe , esst l'un des premiers armateurs Francais à la senne tournante au thon tropical . comprenne qui pourra