Trois pour Emmanuel Macron, un pour Valérie Pécresse :

Présidentielle : quatre parrainages réunionnais validés par le Conseil constitutionnel


Publié / Actualisé
Au mardi 15 février 2022, le Conseil constitutionnel a validé quatre parrainages réunionnais dans le cadre de l'élection présidentielle. Trois parrainages ont été accordés au Président Emmanuel Macron - qui n'a toujours pas déclaré sa candidature, de la part de la sénatrice Nassimah Dindar, du maire de Sainte-Rose Michel Vergoz, et du maire de l'Entre-Deux Bachil Valy. Le conseiller régional Jean-Jacques Morel a, de son côté, apporté son soutien à la candidate LR Valérie Pécresse. D'autres soutiens ne devraient cependant pas tarder à être validés : la députée Karine Lebon a indiqué avoir envoyer son parrainage au candidat LFI Jean-Luc Mélenchon, et le président du Département Cyrille Melchior a de son côté annoncé, étonnement, son soutien à Emmanuel Macron, tout comme le sénateur Michel Dennemont et le président de l'association des maires Serge Hoareau (Photo d'illustration AFP)
Au mardi 15 février 2022, le Conseil constitutionnel a validé quatre parrainages réunionnais dans le cadre de l'élection présidentielle. Trois parrainages ont été accordés au Président Emmanuel Macron - qui n'a toujours pas déclaré sa candidature, de la part de la sénatrice Nassimah Dindar, du maire de Sainte-Rose Michel Vergoz, et du maire de l'Entre-Deux Bachil Valy. Le conseiller régional Jean-Jacques Morel a, de son côté, apporté son soutien à la candidate LR Valérie Pécresse. D'autres soutiens ne devraient cependant pas tarder à être validés : la députée Karine Lebon a indiqué avoir envoyer son parrainage au candidat LFI Jean-Luc Mélenchon, et le président du Département Cyrille Melchior a de son côté annoncé, étonnement, son soutien à Emmanuel Macron, tout comme le sénateur Michel Dennemont et le président de l'association des maires Serge Hoareau (Photo d'illustration AFP)

La course aux parrainages va en tout cas de bon train. Pour l’heure, si certains candidats comme Eric Zemmour se targuent d’avoir "500 promesses de parrainages", il n’y a en réalité que quatre candidats dont les 500 signatures ont été validées par le Conseil constitutionnel.

• Valérie Pécresse

La candidate LR, vainqueur de la primaire de droite, a validé pour l’heure 1.824 parrainages, se plaçant en tête dans la course aux signatures. Certains sondages estiment actuellement qu’elle pourrait bien passer au deuxième tour.

• Emmanuel Macron

Le Président sortant continue d’entretenir le doute quant à sa candidature, mais il est en tout cas prêt pour la lancer : au 15 février, Emmanuel Macron avait validé 1.260 parrainages. Il est par ailleurs donné favori du premier tour par les instituts de sondage.

• Anne Hidalgo

La maire PS de Paris, qui se bat en duel avec une flopée d’adversaires de sa classe politique, est pour l’heure l’unique candidate de gauche "modérée" à cumuler les parrainages nécessaires. 1.007 signatures ont été validées par le Conseil constitutionnel. Elle ne dépasse cependant pas les 5% d’intentions de vote.

• Nathalie Arthaud

Le parti de Lutte ouvrière, représenté par Nathalie Arthaud, n’a pas dépassé les 5% des voix depuis 2002. Il est cependant toujours présent dans la bataille, et est l’unique parti d’extrême-gauche à avoir pour l’heure dépassé les 500 parrainages. Nathalie Arthaud avait exactement 509 signatures au 15 février.

Les autres

Fabien Roussel, chef de fil du PCF, cumule pour l’heure 492 parrainages, suivi par Jean Lassale, qui a validé 471 signatures. Le candidat EELV Yannick Jadot a de son coté 450 parrainages, suivi par Nicolas Dupont-Aignan qui en a validé 360.

Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen (RN) sont au coude à coude, avec respectivement 332 et 331 parrainages. Seul le premier bénéficie pour l’heure d’un parrainage réunionnais en attente de validation, tandis que la candidate d’extrême-droite n’a pas encore reçu le soutien, pourtant promis, du maire de la Plaine-des-Palmistes Johnny Payet. Eric Zemmour, de son côté, n’a pour l’heure validé que 250 parrainages.

Le reste des candidats n’ayant pas validé les 500 signatures ne sont donnés par aucun sondage  comme étant susceptible de passer le premier tour; malgré leur présence médiatique : Philippe Poutou (188), Anasse Kazib (116) ou encore…Christine Taubira (73).

Tous les candidats ont jusqu'au 4 mars pour atteindre la barre des 500 signatures.

www.ipreunion.com / [email protected]

   

4 Commentaire(s)

Jojo 97410 , Posté
On s'en souviendra de ces traîtres. Je pense qu'il vont les payer très cher lors des prochaines élections.
Missouk, Posté
RATENON, BELLO et HOARAU (LE PORT, pas la girouette de PETITE ILE) n'ont toujours pas signé pour MELENCHON ''''' Et LEBRETON ne va quand même pas signer pour HIDALGO, ce serait un comble!
Quota de pêche , Posté
Pour avoir son quota de pêche.... pauvre boug !
Roussel, Posté
Fabien Roussel intéressant à écouter.