Cars scolaires :

Marchés résiliés au TCO : la société Transport C. Joseph se met en grève


Publié / Actualisé
L'intercommunalité du TCO a décidé de résilier ses deux marchés en vigueur avec la société de transport "Transport C.Joseph" "suite à de nombreux dysfonctionnements". Ainsi ce sont de nouveaux transporteurs qui assureront les circuits concernés dès lundi 21 février 2022 au matin. La société Transport C. Joseph, par la voix de son gérant, se dit "désagréablement surprise" et parle d'une "décision arbitraire" qui met en péril ses salariés. Le personnel a décidé de se mettre immédiatement en grève (Photo d'illustration TCO)
L'intercommunalité du TCO a décidé de résilier ses deux marchés en vigueur avec la société de transport "Transport C.Joseph" "suite à de nombreux dysfonctionnements". Ainsi ce sont de nouveaux transporteurs qui assureront les circuits concernés dès lundi 21 février 2022 au matin. La société Transport C. Joseph, par la voix de son gérant, se dit "désagréablement surprise" et parle d'une "décision arbitraire" qui met en péril ses salariés. Le personnel a décidé de se mettre immédiatement en grève (Photo d'illustration TCO)

Le TCO parle de "nombreux dysfonctionnements récurrents sur les circuits de transports scolaires" assurés par la société Transport C. Joseph, et a ainsi "pris la décision de résilier les marchés publics attribués à cette société".

Lire aussi - Le TCO met fin au contrat avec  la société Transport C. Joseph

Les problèmes pointés du doigt sont "des bus absents, en retard, en panne" gênant le transport des élèves, dont les familles "ont parfois dû assurer le transport par leurs propres moyens". Le TCO indique avoir effectué ""plusieurs mises en demeure" et notifié "de multiples pénalités" à l’entreprise concernée depuis la rentrée du 25 octobre 2021.

Un premier lot attribué à Transport C. Joseph avait déjà été résilié à sa demande, il y a quelques semaines. Les deux lots restant seront résiliés à compter du 19 février 2022.

La société de transport indique avoir été avertie "par un mail reçu le 18 février, signé du président du TCO, la Direction de la Mobilité et des Transports du TCO". Son gérant se dit "désagréablement surpris par cette nouvelle". "J’ai immédiatement informé les membres du Comité Social et Economique de notre société de cette information qui aura des conséquences désastreuses pour la survie d’une entreprise qui n’a jamais failli à ses obligations en un demi-siècle d’existence et qui, du fait de décisions similaires, se retrouve en redressement judiciaire depuis le 7 décembre 2021" ajoute-t-il.

La société, qui compte 65 bus, a également signé des marchés auprès de la Casud et la Cinor, dénonce une "manœuvre orchestrée depuis plusieurs semaines déjà" et parle de "décision arbitraire et unilatérale du TCO qui fait planer de lourdes menaces sur l’avenir de Transport C. Joseph". "Cette décision est d’autant plus incompréhensible que notre entreprise a fait preuve de bonne foi, avec 10 nouveaux véhicules achetés et mis en service, et 5 autres actuellement en commande, pour répondre aux exigences d’un service public de qualité, au meilleur coût pour la collectivité, donc pour le contribuable."

Le personnel, en réaction, a "pris la décision de se mettre en grève, en signe de protestation contre cette décision que l’on peut qualifier d’arbitraire en n’assurant pas les 28 services que nous assurons quotidiennement sur le territoire du TCO".

www.ipreunion.com / [email protected]

   

3 Commentaire(s)

Just, depuis son mobile , Posté
Faut accepter les regles. Au fair avez vous payé la toiture de votre beau supermarché a cilaos'
Couture floue n'est plus à la mode , Posté
Après si il y a de.nombreux dysfonctionnements il faut le changement.
HULK, Posté
Il ne fallait pas lui attribuer les marchés au départ en analysant mieux ses compétences. On prend le moins-disant et c'est parfois le plus nul. Le résultat est là.