15 jours après Batsirai :

Madagascar : inondations, habitations détruites, la crainte d'une catastrophe humanitaire


Publié / Actualisé
Emnati est passé ce mercredi 23 janvier 2022, sur les terres de Madagascar. Même si le phénomène a perdu en intensité, les dégâts sont nombreux : inondations, habitations détruites, toits emportés par le vent... L'île a été impactée de plein fouet alors qu'elle se relevait à peine du passage du cyclone Batsirai, le plus violent connu en 25 ans dans le pays selon Météo France. Les mêmes régions ont été touchées. Ce jeudi 24 février, Emnati est ressorti du pays. Alors que Batsirai avait déjà fait plus de 120 morts et des dizaines de milliers de sinistrés, le bilan humain d'Emnati risque d'être tout aussi tragique, faisant craindre une profonde crise humanitaire sur la Grande île (Photo d'archives AFP)
Emnati est passé ce mercredi 23 janvier 2022, sur les terres de Madagascar. Même si le phénomène a perdu en intensité, les dégâts sont nombreux : inondations, habitations détruites, toits emportés par le vent... L'île a été impactée de plein fouet alors qu'elle se relevait à peine du passage du cyclone Batsirai, le plus violent connu en 25 ans dans le pays selon Météo France. Les mêmes régions ont été touchées. Ce jeudi 24 février, Emnati est ressorti du pays. Alors que Batsirai avait déjà fait plus de 120 morts et des dizaines de milliers de sinistrés, le bilan humain d'Emnati risque d'être tout aussi tragique, faisant craindre une profonde crise humanitaire sur la Grande île (Photo d'archives AFP)

Maintenant classée "dépression résiduelle" par Météo France, Emnati est ressortie en mer au large des côtes sud-ouest de Madagascar dans la nuit de mercredi à jeudi. Les vents violents ne concernent plus la Grande île mais le mal est fait.

Emnati est arrivé sur Madagascar dans la nuit de mardi à mercredi au stade de cyclone dans un premier temps dans le district de Mananjary. Les habitants ont découvert l’ampleur des dégâts dès ce mercredi matin. Des rues jonchées de feuilles, branches, des vents destructeurs qui ont emporté des toitures et cassé des clôtures, comme le montre le média malgache 24/24.

Lire aussi - Madagascar : Emnati traverse la Grande île

Si le vent et la pluie s’étaient calmés dans ce secteur, le temps lui restait gris ce mercredi matin. Une atmosphère toujours cyclonique régnait, dans cette zone qui se remet petit à petit du passage d’Emnati. Les habitants commençaient déjà à nettoyer les déchets, branches et autres objets que le vent a emporté avec lui. L’eau et l’électricité n'étaient pas revenues au réveil des habitants de la région. Le réseau téléphonique, lui, est revenu progressivement dans la matinée.

La région de Manakara a elle aussi été particulièrement touchée par Emnati avec des maisons inondées, détruites, du mobilier a aussi été emporté par les eaux... Des maisons en bois sont complètement rasées. L'église a perdu une bonne partie de sa toiture, emportée par les vents forts d'Emnati. Les images sont disponibles ici.

- Un niveau de 3,95 mètres pour la rivière Manjary -

Les districts qui ont connu le passage du cyclone sont toujours sous la menace de glissements de terrains, éboulements, et effondrements de maison. Le niveau des fleuves peut quant à lui encore augmenter. C’est le cas de la rivière Mananjary dont le niveau atteignait les 3,95 mètres ce mercredi. L’alerte rouge (menace de crue) est restée en vigueur dans cette région et notamment dans les endroits formant la rivière et ceux du canal Pangalana, dans la région de Vatovavy.

A Fort Dauphin, au sud-est de Madagascar, le vent a arraché quelques panneaux, certaines rues étaient d’ailleurs inondées. Regardez :

Si Emnati est passé sur la Grande île dans la nuit de mardi à mercredi, les vents et fortes pluies s’abattaient déjà sur la région de Manakara ce mardi. La côte Est était d'ailleurs bien touchée par la dégradation de la météo.

Il s'agit du quatrième cyclone que connaît Madagascar en un mois. Il y a à peine 15 jours, c'était Batsirai qui impactait la Grande île, le cyclone le plus violent qu'ait connu la Grande île en 25 ans selon Météo France. Il a fait 121 morts et au moins 70.000 sinistrés selon la Piroi et le BNGRC, le Bureau national de gestion des risques et des catastrophes malgache.

Lire aussi - Madagascar : 82 décès dans le district d'Ikongo selon des médias locaux

Le BNGRC avait d'ailleurs confié au média Midi Magasikara, que les populations qui seraient impactées par Emnati sont les mêmes victimes de Batsirai, "on peut avancer, à titre indicatif, que le cyclone tropical intense Emnati impactera les mêmes populations" rapportait alors un responsable. Selon le Madagascar Tribune le nombre de sinistrés pourrait s'élever à 120.000 personnes, une estimation du BNGRC. Mais le nombre de victimes pourrait être encore bien plus élevé.

- Des denrées et des fournitures de secours distribuées -

Le BNGRC a fait don de denrées de première nécessité aux communautés de Fandriana et Sandrandahy, victimes du cyclone Batsirai qui a profondémment marqué le paysage et la population malgache. 8 tonnes de riz, 265 litres d’huile, 114 boîtes de lait, des couvertures et du savon ont été distribués conjointement avec la député Ny Aina Dina Rakotomalala. L'Unicef s'est également mobilisée et a distribué des fournitures de secours aux populations les plus touchées.

Les équipes de la Croix Rouge Malagasy (CRM) et de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) se sont mobilisées pour venir en aide à la population. Les secours craignent une catastrophe humanitaire. La secrétaire générale de la Croix-Rouge Malagasy, Andoniaina Ratsimamanga s'est d'ailleurs exprimée à ce sujet. "Une menace humanitaire considérable se dessine, puisque certaines communautés pourraient être frappées par un cyclone pour la deuxième fois en moins d’un mois. Le cyclone tropical Emnati aura certainement un effet dévastateur sur les communautés de la côte Est de Madagascar qui sont pourtant encore affectées par les impacts du cyclone Batsirai. Beaucoup ont perdu leurs maisons, leurs cultures et leur bétail. Nous sommes vraiment inquiets et nous appelons les partenaires à renforcer leur soutien afin d’éviter une tragédie humanitaire".


 

- Pas de cours pour les étudiants malgaches ce mercredi -

Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique a suspendu les activités pédagogiques dans les universités et instituts supérieurs de technologie des régions en alerte rouge et jaune.

Selon le bulletin Météo Madagascar, il s’agit des régions de Fitovinany, d’Atsimo Atsinanana, de Haute Matsiatra, d’Ihorombe, d’Anosy, d’Androy, ainsi que des districts de Benenitra, de Betioky et d’Ampanihy. La reprise des cours devrait dépendre de l’amélioration des conditions météorologiques, indique le ministère.

vl/www.ipreunion.com / [email protected]

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !