Les gérants réunionnais redoutent un protocole strict :

Discothèques : vers une reprise en mars, mais sous contraintes


Publié / Actualisé
Les discothèques restent encore et toujours fermées à La Réunion et les gérants de l'île attendent avec impatience la reprise. La préfecture envisage une réouverture au courant du mois de mars, si les chiffres de la pandémie le permettent. Si les gérants des boîtes de nuit attendent cette échéance avec impatience, ils redoutent cependant un protocole strict, et demandent cette fois à avoir droit aux mêmes règles que la Métropole
Les discothèques restent encore et toujours fermées à La Réunion et les gérants de l'île attendent avec impatience la reprise. La préfecture envisage une réouverture au courant du mois de mars, si les chiffres de la pandémie le permettent. Si les gérants des boîtes de nuit attendent cette échéance avec impatience, ils redoutent cependant un protocole strict, et demandent cette fois à avoir droit aux mêmes règles que la Métropole

Les Réunionnais vont-ils pouvoir retourner sur les pistes de danse avant la fin du mois ? C'est une promesse faite par la préfecture aux gérants, mais comme toujours, cela va dépendre de l'évolution de la situation sanitaire. "On nous a également garanti un calendrier, qui serait communiqué en début de semaine prochaine" informe Christine Rémy, gérante du Pinkananas à Saint-Gilles et vice-présidente de l'Umih Nuit (Union des métiers et des industries de l'hôtellerie).

Un espoir pour ces gérants : rouvrir le 14 mars pour coïncider avec le début des vacances scolaires. C'est également l'espoir d'Eric Baya, gérant du Shamrock à Saint-Pierre."Le début des vacances, bien sûr ça nous arrangerait." Celui-ci assure que la demande est au rendez-vous. "Les clients attendant, s'impatientent, il faut bien que nos établissements finissent par rouvrir !" Les clubs réunionnais sont fermés depuis le 10 décembre 2021.

Lire aussi - Restrictions sanitaires : plus aucune piste pour la danse

Lire aussi - Fermeture des discothèques : la douche froide pour les gérants de La Réunion

Un regret pour certains de ces gérants : le manque de communication et d'anticipation. "On risque de n'avoir que quelques jours pour se préparer, contrairement à la Métropole qui avait eu trois semaines" regrette Christine Rémy, qui aurait aimé avoir du temps pour préparer son établissement.

Autre inquiétude : le protocole sanitaire, qui pourrait rester assez strict, au vu du taux d'incidence à La Réunion. "Il baisse mais lentement, il reste élevé. Et je parle en mon nom propre, mais s'il faut rouvrir pour imposer de nouveau le masque obligatoire à nos clients, moi je préfère attendre" note-t-elle.

Olivier Blondet, gérant du Honey à Saint-Denis, s'attend quant à lui à mesures plus souples. "La dernière fois on avait un protocole plus strict que la Métropole (avec le masque obligatoire et non simplement recommandé, et des jauges à 50% au lieu de 75%, ndlr). Je pense que cette fois-ci ça ne passera pas. On demande les mêmes possibilités, alors qu'en plus la Métropole a rouvert ses clubs depuis le 16 février !" Idem du côté d'Eric Baya au Shamrock. "On veut travailler tranquillement, avec les mêmes conditions qu'en Métropole." Le pass vaccinal, lui, devrait rester en place.

Contactée, la préfecture rappelle bien qu'à La Réunion, "l’épidémie se maintient à un niveau plus élevé que sur le reste du territoire national", malgré une baisse des indicateurs depuis cinq semaines environ.

"Afin de répondre au besoin de visibilité de la population et des entreprises, le préfet a annoncé un calendrier de levée progressif des mesures le 18 février 2022. Ce dernier prévoit notamment la réouverture des discothèques dans le courant du mois de mars 2022, si les indicateurs de suivi épidémique le permettent" nous confirme-t-on.

Un nouveau point est prévu la semaine prochaine sur "les étapes de levée progressive des mesures de restriction" ajoute la préfecture. Les gérants de discothèques, eux, sont en train de planifier une réunion, qui devrait avoir lieu mardi 8 mars, pour aborder ensemble les conditions de réouverture.

www.ipreunion.com / [email protected]

   

1 Commentaire(s)

Un quota de pêche et y change de camp , Posté
Les temps sont durs pour certain. Courage aux collègues