Plus de menace pour les côtes de l'île (actualisé) :

Saint-Philippe : le bateau en difficulté éloigné à une quarantaine de kilomètres des côtes


Publié / Actualisé
Battant pavillon britannique, le navire vraquier Wugang Haoyun "est en avarie machine à proximité des côtes du sud sauvage" indique la mairie de Saint-Philippe ce vendredi matin 11 mars 2022. Plusieurs remorqueurs sont sur place pour venir en aide à ce vraquier de 327 mètres de long. Les remorqueurs ont réussi dans l'après-midi à remorquer le navire et à l'éloigner à une quarantaine de kilomètres au sud-ouest de nos côtes. Sa dérive depuis cette position ne menace plus les côtes réunionnaises. Une mission de surveillance est maintenue par les deux remorqueurs afin de s'en assurer. Les travaux de réparation sont toujours en cours par l'équipe technique transférée à bord du vraquier. Ils devraient se poursuivre jusqu'à samedi matin. Au regard de la situation, le Champlain a déjà quitté la zone pour rejoindre le Grand port Maritime, où il reste en alerte en cas de rejets d'hydrocarbure observés sur le Tresta Star. (Photo mairie de Saint-Philippe)
Battant pavillon britannique, le navire vraquier Wugang Haoyun "est en avarie machine à proximité des côtes du sud sauvage" indique la mairie de Saint-Philippe ce vendredi matin 11 mars 2022. Plusieurs remorqueurs sont sur place pour venir en aide à ce vraquier de 327 mètres de long. Les remorqueurs ont réussi dans l'après-midi à remorquer le navire et à l'éloigner à une quarantaine de kilomètres au sud-ouest de nos côtes. Sa dérive depuis cette position ne menace plus les côtes réunionnaises. Une mission de surveillance est maintenue par les deux remorqueurs afin de s'en assurer. Les travaux de réparation sont toujours en cours par l'équipe technique transférée à bord du vraquier. Ils devraient se poursuivre jusqu'à samedi matin. Au regard de la situation, le Champlain a déjà quitté la zone pour rejoindre le Grand port Maritime, où il reste en alerte en cas de rejets d'hydrocarbure observés sur le Tresta Star. (Photo mairie de Saint-Philippe)

Le bateau a été signalé vers minuit, dans la nuit de jeudi à vendredi, en panne de propulsion dans le Sud de l'île. "Dans la demi-heure, le préfet de La Réunion a transmis à l’armateur du navire une mise en demeure lui demandant de faire cesser immédiatement le danger" indique la préfecture dans un communiqué publié ce vendredi matin

Compte tenu de la position du navire et de la dérive observée le rapprochant dangereusement de la côte, les remorqueurs Volcan et Bougainville ont été réquisitionnés dans la nuit par le préfet. "Dans le même temps, le Champlain Fazsoi (Forces armées de la zone sudde l'océan Indien) a reçu l’ordre d’appareiller de son mouillage de Saint-Paul pour se rendre sur la zone" précise la préfecture. "Le bâtiment pourra ainsi assurer une mission de surveillance des opérations et engager si besoin une équipe d’évaluation à bord du navire" ajoute le communiqué.

En parallèle, l’armateur a affrété le navire de servitude Vasileios pour porter assistance au navire et procéder aux réparations. "Ce matin (vendredi matin - ndlr), les moyens sont arrivés sur la zone à 9 miles nautiques au Sud de la côte et ont commencé les opérations" informe la préfecture.

Un des deux remorqueurs, arrivé sur zone tente actuellement de passer une remorque et le Vasileios transborde des moyens humains et matériels à bord. Le Champlain est placé en mission de surveillance autour du navire et va mettre en œuvre une équipe pour investiguer l’avarie.

"L’objectif est de prendre en remorque au plus vite le Wugang Haoyun  pour l’écarter de la côte. Les conditions météorologiques sont pour l’instant favorables aux interventions" souligne la préfecture.

Pour rappel le Tresta Star est toujours présent sur son lieu d’échouage, sur la coulée du Tremblet de 2007. Le vraquier mauricien s’était échoué sur la côte du sud sauvage dans la nuit de jeudi 3 au vendredi 4 février. Il avait été mis en difficulté par la houle cyclone de Batsirai. Les 11 marins avaient été évacués au cours de la nuit.

Lire aussi - Saint-Philippe : le navire mauricien s'est échoué, les 11 marins sont sains et sauf
Lire aussi - Les marins naufragés : "nous avons eu vraiment très peur"

Une brèche dans la coque du navire s’était formée, laissant le bâtiment complètement éventré des images prises par le collectif Extinction rébellion. Le collectif  en lien avec Attac et Greenpeace, dénonçait alors él'chouement et l'abandon du navire. "Nous voulons participer à la révision du plan Polmar"[...]la société civile veut avoir son mot à dire".

Lire aussi -Tresta Star : la coque du bateau complètement éventrée

Les opérations de pompage sont actuellement en cours sous la coordination de l’Etat après que l'armateur du Tresta Star n'ait pas respecté son rôle de responsable de la gestion de l'échouage du navire mauricien et de ses conséquences. C’est le Champlain, bâtiment de soutien et d’assistance outre-mer (BSAOM) affecté aux FAZSOI qui est chargé de la dépollution du Tresta Star. Les équipes du centre de stockage Polmar sont elles aussi sur le terrain pour procéder au nettoyage des zones côtières qui pourraient être touchées par la pollution.

Lire aussi -Tresta Star : le Champlain positionné au large du Tremblet en cas de nouveau rejet de fuel

Un déversement de fuel a été observé le mercredi 2 mars au matin. La nappe s’étendait sur 600 mètres vers le Sud et 700 mètres vers le Nord. Après un survol de la zone, la aprtie Nord n’était plus visible. La nappe s’étendait sur 500 mètres environ pour 10 à 20 mètres de large en s’orientant vers le sud.

Lire aussi - Tresta Star : une nouvelle brèche s'est ouverte, une nappe de fuel s'étend sur 500 mètres de long

Cette nappe de fuel est dû à une brèche ouverte "dans la cloison axiale séparant la cale n°3 tribord, dans laquelle restait de l’eau mazouteuse, et la partie bâbord de la coque qui est déchirée sur plusieurs mètres. De fait, on a pu constater que cette cale se remplissait d’eau de mer" indiquait alors la préfecture.

www.ipreunion.com / [email protected]

   

4 Commentaire(s)

Un quota de pêche et y change de camp , Posté
Tout va de travers, bato fou et permis de construire
Poupette , Posté
Ils ont compris qu en France tout est pris en charge gratuitement ! Qui paye pour le bateau déjà échoué 'une journaliste d imaz press pourair se renseigner svp '
Alain, Posté
Somanké y'a des parrainages qui portent la poisse...
Encore St Phillipe , Posté
Encore St Phillipe une ville en grande difficultés.