A partir du 1er avril :

Carburant : la remise de 15 centimes s'appliquera à La Réunion aussi


Publié / Actualisé
Face à l'envolée des prix du carburant, et à moins d'un mois de la présidentielle, le Premier ministre Jean Castex a annoncé ce week-end une "remise à la pompe de 15 centimes par litre" de carburant, à partir du 1er avril et pendant quatre mois. Une mesure qui s'appliquera aussi à La Réunion. Cette remise, qui coûtera environ 2 milliards d'euros à l'État, concerne les ménages comme les entreprises et sera "valable sur tous les carburants", a précisé le Premier ministre dans une interview au journal Le Parisien.
Face à l'envolée des prix du carburant, et à moins d'un mois de la présidentielle, le Premier ministre Jean Castex a annoncé ce week-end une "remise à la pompe de 15 centimes par litre" de carburant, à partir du 1er avril et pendant quatre mois. Une mesure qui s'appliquera aussi à La Réunion. Cette remise, qui coûtera environ 2 milliards d'euros à l'État, concerne les ménages comme les entreprises et sera "valable sur tous les carburants", a précisé le Premier ministre dans une interview au journal Le Parisien.

Les prix de tous les carburants, et notamment du diesel, augmentent en continu depuis plus de deux mois, en France comme dans le reste de l'Europe et ailleurs, en faisant l'un des sujets importants de la campagne électorale, avec l'inflation en général. La hausse a été causée par une production de pétrole qui n'arrive pas à suivre le rythme de la forte reprise économique mondiale, et qui a été encore accélérée par l'invasion russe de l'Ukraine.

Au mois de mars, le sans plomb est passé à 1,69 euro le litre (+ 10 centimes). Le gazole est facturé 1,31 euros le litre (+ 8 centimes). La bonbonne de gaz est elle passée à 21,01 euros (+ 68 centimes). En Métropole, le prix dépasse souvent 2 euros le litre.

- Remise en caisse -

La remise s'effectuera au moment du paiement, en caisse ou par carte bancaire à la pompe, et ne sera donc pas visible d'emblée sur les prix affichés, a détaillé le chef du gouvernement.

Si l'État "remboursera" ensuite les distributeurs, Jean Castex les a appelés, tout comme les "pétroliers", à faire eux-mêmes "un geste complémentaire".
"Comment les Français comprendraient qu'ils payent un plein de gasoil à 2 euros, pendant qu'au même moment les pétroliers dégagent toujours de gros bénéfices", s'est-il interrogé. Il a aussi promis pour les professionnels "des mesures permettant un abaissement de leurs charges sociales et portuaires".

www.ipreunion.com avec l'AFP

   

3 Commentaire(s)

Question , Posté
Les gérants de station service auront aimés avoir 15 centimes pour eux.
Patrick, depuis son mobile , Posté
Oh la la, vite mon traducteur de "Parole Gouvernementale".L'action vigoureuse de ce GVT se résume à implorer la mansuétude des acteurs économiques, " Pitié vos seigneuries, le peuple se meurt...". La remise effectuée, elle se fera sur la part "État", donc des recettes en moins. Ce "manque à gagner" (En milliards) sera compensé soit par un rattrapage des prix après les Élections (qui sont évidemment déjà gagnées par le Pouvoir actuel), soit en renonçant à d'autres dépenses programmées. Dans les deux cas, le cocu de l'histoire sera bien le consommateur. Ni les Pétroliers, ni les Distributeurs ne feront un effort, rien ni personne ne les y oblige.
Quota de pêche et y change de camp, Posté
Mesure électoraliste d'après beaucoup