Entre liberté et... regrets :

Les masques sont tombés en Métropole et les surprises sont (parfois) arrivées


Publié / Actualisé
Ce lundi 14 mars 2022 : l'heure de la libération... ou de la vérité asonnée. L'obligation du port du masque est supprimée en Métropole. Enseignants, étudiants, écoliers, salariés ou promeneurs endimanchés, tous ont pu faire sauter les élastiques de leurs masques. Un air nouveau souffle sur la France métropolitaine et sur les visages désormais à découvert... pour le meilleur comme pour le pire (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Ce lundi 14 mars 2022 : l'heure de la libération... ou de la vérité asonnée. L'obligation du port du masque est supprimée en Métropole. Enseignants, étudiants, écoliers, salariés ou promeneurs endimanchés, tous ont pu faire sauter les élastiques de leurs masques. Un air nouveau souffle sur la France métropolitaine et sur les visages désormais à découvert... pour le meilleur comme pour le pire (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Le Premier ministre Jean Castex a annoncé le 3 mars 2022 sur TF1, qu’à compter de ce lundi 14 mars 2022, le port du masque ne serait plus obligatoire en intérieur pour les entreprises, les écoles, les commerces et les services publics.

Si l’annonce semble provoquer la plus grande joie, notamment chez les asthmatiques et les passionnés de rouge à lèvres, elle a suscité, ce matin, de nombreuses réactions pour sur les réseaux sociaux, et pour cause : qui ne serait pas surpris de découvrir, du jour au lendemain, les visages de ceux que vous avez côtoyé pendant deux ans sans jamais vraiment savoir à quoi ils ressemblaient.

Parmi les plus grands tracas des internautes : réaliser que la personne dont on se languit depuis deux longues années covidées n’a pas le délicat menton ni le subtil nez dont on a rêvé. Malheureusement, les couvre-feu et les confinements nous on plongés dans de longues périodes d’ennui, nous poussant toujours un peu plus dans les retranchements de l’imagination. Mais la vérité arrive tôt ou tard, et aujourd'hui plus moyen de se cacher.

Dans les établissements scolaires, de nombreux élèves ont ironisés sur la supervision à présent obsolète de leurs surveillants.

Bâillements incontrôlés, haleine pestilentielle, sentiment de malaise, sur Twitter, les utilisateurs n’hésitent pas à rire de ces situations loquaces et ont quelque peu du mal a se réhabituer à exposer leur visage au grand jour. 

www.ipreunion.com / [email protected]

   

1 Commentaire(s)

Jose, Posté
Jetez pas les masques, sitot le préféré réélu, vous le remettrez pour 5 ans !