Lutte contre la vie chère :

Bouclier qualité prix 2022 : 153 produits sélectionnés pour 348 euros


Publié / Actualisé
Jacques Billant, préfet de La Réunion, a signé ce mercredi 16 mars 2022 l'accord de modération des produits du bouclier qualité-prix (BQP) de La Réunion avec les représentants des filières de la production locale, de la grande distribution et des importateurs. C'est un panier de 153 produits qui sont désormais garantis à un prix global de 348 euros. Le nouveau BQP sera mis en place dans les 63 magasins participant à l'opération dès le 28 mars prochain. Nous publions le communiqué complet de la préfecture ci-dessous (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Jacques Billant, préfet de La Réunion, a signé ce mercredi 16 mars 2022 l'accord de modération des produits du bouclier qualité-prix (BQP) de La Réunion avec les représentants des filières de la production locale, de la grande distribution et des importateurs. C'est un panier de 153 produits qui sont désormais garantis à un prix global de 348 euros. Le nouveau BQP sera mis en place dans les 63 magasins participant à l'opération dès le 28 mars prochain. Nous publions le communiqué complet de la préfecture ci-dessous (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Malgré les tensions sur les approvisionnements et la production, les négociations entre les services de l’État et la fédération régionale des coopératives agricoles (FRCA), l’association réunionnaise interprofessionnelle de la pêche et de l’aquaculture (ARIPA), l’association pour le développement industriel de la réunion (ADIR), la fédération du commerce et de la distribution (FCD) et le syndicat de l’importation et du commerce de La Réunion (SICR) ont permis de préserver l’effort engagé en 2021 avec une liste maintenue à 153 produits et un prix stabilisé à 348 euros pour le BQP 2022 contre 349 euros en 2021.

Cet effort de prix montre que le bouclier qualité-prix n’a jamais aussi bien porté son nom dans un contexte où l’inflation a augmenté en moyenne de 3,3 % à La Réunion en 2021 selon l’Insee et dans un moment de forte incertitude sur l’évolution des prix dans les prochains mois.

En dépit de la période délicate que nous traversons actuellement avec la crise épidémique et la guerre en Ukraine et leurs conséquences sur la désorganisation du fret et l’augmentation de certaines matières premières, l’État et ses partenaires sont parvenus à proposer une nouvelle fois aux Réunionnaises et aux Réunionnais des produits variés, de qualité et répondant aux habitudes de consommation locales avec des prix plafonnés garantis jusqu’à février 2023.

Élaborée sur la base d’un sondage effectué auprès des Réunionnais et en étroite coopération avec l’Observatoire des prix, des marges et des revenus, cette liste élargie l’an dernier à 153 produits est prorogée, avec quelques ajustements pour tenir compte des difficultés d’approvisionnement de certains produits.

Les produits sanitaires, ajoutés l’an dernier afin de permettre de se protéger contre les épidémies de dengue et de coronavirus qui frappent notre territoire, sont également maintenus cette année.

Grâce à la mobilisation de tous les acteurs, la place des produits locaux a également été confortée dans le dispositif du BQP. Le renouvellement de la participation du réseau BOUT’IKS, initiée l’an dernier, permet aux habitants des zones rurales de bénéficier du BQP dans leurs commerces de proximité. Ce sont ainsi 42 produits inscrits au BQP pour un prix global de 98,45€ qui sont proposés dans les 9 commerces du réseau BOUT’IKS.

Il en va de même du renouvellement en 2022 du partenariat initié l’an dernier avec l’enseigne Leclerc pour la mise en place d’un " panier péi " composé de 5 produits frais dont 3 locaux.

Avec ces nouveaux engagements, l’État continue en 2022 d’accompagner les Réunionnaises et les Réunionnais dans la lutte contre la vie chère.

   

2 Commentaire(s)

Le diseur, Posté
Bonsoir, pourquoi ne pas afficher aussi le prix des articles ' Surprises sur prix...
Giovanni PAYET, Posté
C'est un premier pas pour que les réunionnais.es puissent vivre dignement. Cette action doit être aussi coordonnée avec une révision complète de l'octroi de mer, qui est peu lisible. Les produits de première nécessité, permettant de vivre dignement, doivent faire l'objet d'un traitement particulier. Je porterai cette ambition et cette nécessité pour chacun.e des citoyen.ne.s de notre île !