Musique :

Gaby Laï-Kun fête ses 50 ans de carrière au TEAT Champ Fleuri


Publié / Actualisé
À 72 ans, Gaby Laï-Kun qu'on ne présente plus, fêtera ses 50 ans de carrière samedi soir, sur la scène du Téat Champ Fleuri. À quatre jours de son concert, c'est un homme calme, posé, un brin stressé et nostalgique qui évoque cette soirée unique au cours de laquelle il rendra également hommage à son ami Jean-Paul Volnay. Entouré d'invités mais aussi de son fils Willy et de Dany Ivara du groupe Manyan, vous (re)découvrirez une partie de son répertoire sur une musique regorgeant d'orchestrations originales et éclectiques. (Photos : vw/www.ipreunion.com)
À 72 ans, Gaby Laï-Kun qu'on ne présente plus, fêtera ses 50 ans de carrière samedi soir, sur la scène du Téat Champ Fleuri. À quatre jours de son concert, c'est un homme calme, posé, un brin stressé et nostalgique qui évoque cette soirée unique au cours de laquelle il rendra également hommage à son ami Jean-Paul Volnay. Entouré d'invités mais aussi de son fils Willy et de Dany Ivara du groupe Manyan, vous (re)découvrirez une partie de son répertoire sur une musique regorgeant d'orchestrations originales et éclectiques. (Photos : vw/www.ipreunion.com)

C’est un éternel enfant des bals plus en forme que jamais - quoiqu’un peu stressé - qui s’apprête à monter sur la scène du TEAT Champ Fleuri, ce 26 mars, à l’occasion de ses 50 ans de carrière. À 72 ans, Gaby Laï-Kun qui égayait les sixties dionysiennes, est l’un de ces héros qui, durant les 30 glorieuses de la musique créole populaire – de 1970 jusqu’au couchant du siècle, mirent séga et maloya au diapason des expérimentations qui traversaient les musiques du monde.

En témoigne notamment la vingtaine de 33 tours enregistrés par ce guitariste et chanteur imperturbable avec les Soul Men entre 1973 et 1984, et qui regorge d’orchestrations originales et éclectiques où les folks réunionnaises enfilent puis se dévêtent pêle-mêle des accessoires du rock progressif, des flonflons musette, des synthés 80’s ou des rutilances amoureuses de la "chanson à minette".

- "Impatients de monter sur scène" -

Résumer 50 ans ans de carrière en 1h45, n’est pas chose aisée, car l’homme aux six albums et à plus d’une centaine de titres, sans compter ceux composés pour les autres artistes, est une véritable mémoire du séga que son fils souhaitait absolument honorer de son vivant. Mais entretemps, il a fallu composer avec tous les bouleversements liés à la crise sanitaire.

"Ce concert hommage était prévu depuis 2020, mais face au Covid, nous avons été contraints de tout annuler. Heureusement que la situation s’améliore doucement et grâce à la collaboration avec les Teats Départementaux, on est heureux et impatients de pouvoir enfin monter sur scène avec papa", confie le fiston Willy Laï-Kun, rejoint par Dany Ivara. Le leader du groupe Manyan souhaite avec ce concert, défendre et mettre en avant le patrimoine musical local.

"Les gens n’ont pas oublié tous les anniversaires et les bals de mariage que Gaby a animés. Les générations précédentes comme les nouvelles, connaissent Gaby. Il fait partie de notre vie et à notre niveau, on se doit de lui rendre hommage tant qu’il est encore avec nous. Honorer nos anciens de leur vivant est important", insiste Dany Ivara.

- Hommage à Jean-Paul Volnay -

Accompagné d’une dizaine de musiciens et entouré de huit invités parmi lesquels Françoise Guimbert, Christian Baptisto, Jean-Pierre Boyer, William Justine et Emily Ivara, Gaby Laï-Kun revisitera samedi soir, son répertoire pendant près de deux heures, avec en point d’orgue un hommage à son ami et chanteur Jean-Paul Volnay, disparu en décembre 2020.

Son fils Willy sera également de la partie tout comme Dany Ivara, tous deux aux chœurs et aux percussions. Autant dire qu’il y aura de l’ambiance et malgré une pointe de stress et d’appréhension, le principal intéressé se dit pressé de partager des instants magiques avec son public, toutes générations confondues.

"Mi na un vieux matante 89 ans la di a mwin kom sa, li sa venir", confie un Gaby très heureux mais nostalgique de cette époque où son calendrier de représentations dans toute l’île était rempli longtemps à l’avance. Celui qui a commencé la musique à l’âge de 15 ans, roule toujours son séga et d’aucuns saluent une telle longévité.

Pour l’heure, place aux répétions jeudi et vendredi, avant le grand soir samedi où une captation du concert est prévue en vue de présenter le concept dans d’autres salles de La Réunion. Et pourquoi pas envisager des déplacements en métropole ? Gaby, lui, est partant alors l’appel est lancé ! Il en va du patrimoine culturel et musical réunionnais, même si la relève est - heureusement - assurée avec la nouvelle génération du séga et du maloya.

Gaby Laï-Kun au TEAT Champ Fleuri le samedi 26 mars, à 20 heures

- 50 ans de carrière -

Gaby Laï-Kun se met à la musique vers l’âge de 15 ans avec une bande de dalons avec qui il formera "les Super-Migs", un orchestre de bal de 1965 à 1970. Plus tard il participera à la formation du Groupe "Melons" (1970-1973) avec à ses côtés Alain Peters, Willy Rama, Mascotte et Gilbert Lebon. Gaby Laï-Kun continue sa carrière de chanteur de séga et de variétés avec le groupe "Les Souls Men".

De fait, il y a un monde entre C’est la même cadence, magistrale face B électrique mise à l’honneur sur la compilation Oté Maloya du label londonien Strut Records, et les sucres mike-brantiens d’Oh Marie Maria, deux succès pourtant enregistrés à la même période. C’est tout l’art de Gaby, qui en artisan remarquable de notre modernité musicale, pioche depuis un demi-siècle dans tous les genres pour mieux les coudre à son tapis mendiant.

vw/www.ipreunion.com /[email protected]

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !