[EN DIRECT - PHOTOS/VIDEO] les roquettes et les missiles s'abattent toujours sur les villes :

Ukraine : Kiev de nouveau sous couvre-feu, Joe Biden qualifie Vladimir Poutine de "boucher"


Publié / Actualisé
L'Ukraine continue d'être massivement bombardée par la Russie ce samedi 26 mars 2022. L'armée ukrainienne et la population continuent de fortement résister au déluge de bombes. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, retranché à Kiev, a rendu de son côté hommage à "l'opposition héroïque du peuple ukrainien face à l'invasion militaire russe". Aucun espoir de cessez-le-feu n'est en vue pour le moment. Kiev sera de nouveau sous-couvre-feu dès ce samedi soir jusqu'à lundi matin a annoncé le maire de la ville Vitali Klitschko. Le président américain Joe Biden est actuellement en Pologne. Il a qualifié Vladimir Poutine de "boucher". Il y a quelques jours il avait déjà traité le président russe de "criminel de guerre"Suivez-vous, nous sommes en direct (Photo AFP)
L'Ukraine continue d'être massivement bombardée par la Russie ce samedi 26 mars 2022. L'armée ukrainienne et la population continuent de fortement résister au déluge de bombes. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, retranché à Kiev, a rendu de son côté hommage à "l'opposition héroïque du peuple ukrainien face à l'invasion militaire russe". Aucun espoir de cessez-le-feu n'est en vue pour le moment. Kiev sera de nouveau sous-couvre-feu dès ce samedi soir jusqu'à lundi matin a annoncé le maire de la ville Vitali Klitschko. Le président américain Joe Biden est actuellement en Pologne. Il a qualifié Vladimir Poutine de "boucher". Il y a quelques jours il avait déjà traité le président russe de "criminel de guerre"Suivez-vous, nous sommes en direct (Photo AFP)
  • IPR

    Ce direct est à présent terminé

    Bonne soirée à toutes et  àtous

  • IPR

    La lettre Z bannie de Bavière et la Basse-Saxe

     

     

  • IPR

    En République tchèque des manifestants ont repeint les marches de l’ambassade russe en rouge sang

     

  • IPR

    Joe Biden qualifie Vladimir Poutine de "boucher"

    Alors que le président américain, Joe Biden, rencontrait des réfugiés ukrainiens à Varsovie, ce samedi, il a été interrogé sur "ce qu’il pensait de Vladimir Poutine, compte tenu de ce qu’il inflige à ces gens"  Réponse immédiate, en un phrase: "c’est un boucher".

     

    La rencontre était transmise en direct par plusieurs chaînes de télévision depuis le stade national de Varsovie.

     

  • IPR

    A Kharkiv, deuxième ville d'Ukraine, le quotidien sous les bombes russes

    Depuis que l'armée russe campe aux portes de la ville, les jours se suivent et se ressemblent à Kharkiv: tirs de roquettes et missiles s'abattent à intervalles réguliers sur la deuxième ville d'Ukraine, déjà martyre lors de la Seconde guerre mondiale.

    "Bien sûr que l'on a peur, ça tombe presque tout le temps ici!". Sorti "acheter deux trois bières", Nikolaï presse le pas pour rentrer chez lui. Le couvre-feu approche, les troupes russes pilonnent souvent en fin d'après-midi.

    Deux heures plus tôt, dans ce même quartier de Tiourinka, six personnes ont été fauchées par une salve de roquettes alors qu'elles faisaient la queue devant un bureau de poste pour recevoir de l'aide humanitaire.

    Vendredi, au moins quatre autres sont mortes hachées par la mitraille, et deux spectaculaires incendies ont été déclenchés par les obus. "Kharkiv, c'est le feu d'artifice tous les jours en ce moment", résume, très sérieusement, un policier sur un check-point.

    En milieu de semaine, en une seule journée, l'administration locale a fait état de "44 tirs d'artillerie, de chars, de mortiers, etc... et 140 tirs de roquettes" sur la ville, plus deux tirs de missiles venus de la Mer Noire, ainsi que 30 interventions des services d'urgence. "C'est ce que nous appelons une situation stable", ont commenté ces mêmes autorités, un brin ironiques.

    La suite de l'article est ici

     

     

  • IPR

    Les Etats-Unis répondront si un pays de l’Otan est attaqué

    Le président américain Joe Biden, en déplacement à Varsovie ce samedi a réaffirmé la position des Etats-Unis en cas d’attaque sur un pays de l’Otan. Une offensive contre un pays membre "est une attaque contre tous". La mobilisation des Etats-Unis dans ce cas est alors un "devoir sacré".  Biden l’a annoncé lors de son échange avec le président polonais Andrzej Duda.

     

  • IPR

    Une ministre ukrainienne compare la désinformation à une "3 ème guerre mondiale"

    Ce samedi, la première vice- ministre ukrainienne des Affaires étrangères, Emine Djaparova a comparé l’utilisation de la désinformation à une "3ème guerre mondiale". La Russie s'était appuyée et continue d'utiliser les réseaux sociaux pour justifier son offensive sur l'Ukraine, présentée comme une "opération spéciale" destinée à "dénazifier" le pays.

     

  • IPR

    L’Allemagne se dit ouverte à revoir les priorités du Fonds de relance européen

    C’est le ministre allemand des Finances qui l’a annoncé ce samedi : l’Allemagne est ouverte à une adaptation à la vue de la situation ukrainienne, concernant les priorités du plan de relance européen adopté par l’UE pour faire face à la crise du Covid-19. En revanche le ministre rejette l’idée d’une mutualisation des fonds pour faire face aux conséquences de la guerre économique en Ukraine mais aussi de l’augmentation des dépenses de la défense que d’autres pays sont actuellement en train de réaliser.

     

  • IPR

    L’armée russe ne fera pas appel aux réservistes

    Le ministère de la Défense russe a assuré ce samedi ne pas faire appel aux réservistes pour son offensive en Ukraine. Le Kremlin dénonce d’ailleurs de « faux appels » reçus par des Russes accusant les services secrets ukrainiens d’en être à l’origine. Le ministère de la Défense de la Fédération de Russie n'appelle pas et ne prévoit pas d'appeler des citoyens réservistes aux commissariats militaires", a indiqué dans un communiqué le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov.

     

  • IPR

    Vers un recul de l’armée russe

    Jacques Faure, ancien ambassadeur de France en Ukraine et Dominique Simonnet, journaliste et écrivain spécialiste des États-Unis se sont exprimés sur l’offensive russe en Ukraine. Ils livrent tous les deux leur analyse de la stratégie des forces armées, qui semble désormais reculer.

    L’ancien ambassadeur note que la décision russe de concentrer ses forces sur le Donbass n’a non pas été faite par un haut gradé, le ministre de la défense Choïgou et le chef d’état-major général des armées, Gersimov, mais pas un adjoint du porte-parole des forces armées russes.

    Il s’interroge à propose de la libération du Donbass "Depuis 2014, l’armée russe et Poutine attaquent le Donbass […] Lougansk et Dontesk, deux entités autoproclamées qui ont pu naître seulement parce que Moscou a envoyé des gens pour susciter des troubles et commencer la création de ces entités".


     

  • IPR

    Le maire de Kiev renonce à un nouveau couvre-feu

    L’édile a finalement renoncé à imposer un nouveau couvre-feu de 35h qu’il avait annoncé au cours de la journée. Cette mesure devait rentrée en vigueur à partir de ce soir, ce samedi 26 mars.
    Ce sera finalement un couvre-feu de 20h à 7h du matin qui sera appliquée comme tous les soirs.

     

  • IPR

    La ville d'Irpin touchée par les bombardements russes

     

  • IPR

    La France convoque l'ambassadeur de Russie pour des caricatures "innaceptables"

  • IPR

    Selon Kiev, la Russie occuperait la ville où vit le personnel de Tchernobyl

    Les occupants russes ont envahi Slavoutitch et occupé l'hôpital municipal" a annoncé sur Telegram l’administration militaire de la région de Kiev. Cette ville serait sous contrôle russe. Les militaires auraient d’ailleurs arrêté le maire.

  • IPR

    Le flux de réfugiés ralentit

    Le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR) a publié son dernier bilan ce samedi concernant les Ukrainiens qui quittaient leur pays. Il recense exactement 3.772.599 réfugiés soit 46.793
    de plus que son dernier bulletin ce vendredi. Le rythme d’arrivée des réfugiés ralentit progressivement.

    L’ONU estime à presque 6.5 millions le nombre de déplacés à l’intérieur du pays.

  • IPR

    A Kharkiv, deuxième ville d'Ukraine, le quotidien sous les bombes russes

    Depuis que l'armée russe campe aux portes de la ville, les jours se suivent et se ressemblent à Kharkiv: tirs de roquettes et missiles s'abattent à intervalles réguliers sur la deuxième ville d'Ukraine, déjà martyre lors de la Seconde guerre mondiale.

    "Bien sûr que l'on a peur, ça tombe presque tout le temps ici!". Sorti "acheter deux trois bières", Nikolaï presse le pas pour rentrer chez lui. Le couvre-feu approche, les troupes russes pilonnent souvent en fin d'après-midi.

    Deux heures plus tôt, dans ce même quartier de Tiourinka, six personnes ont été fauchées par une salve de roquettes alors qu'elles faisaient la queue devant un bureau de poste pour recevoir de l'aide humanitaire.

    Vendredi, au moins quatre autres sont mortes hachées par la mitraille, et deux spectaculaires incendies ont été déclenchés par les obus. "Kharkiv, c'est le feu d'artifice tous les jours en ce moment", résume, très sérieusement, un policier sur un check-point.

    En milieu de semaine, en une seule journée, l'administration locale a fait état de "44 tirs d'artillerie, de chars, de mortiers, etc... et 140 tirs de roquettes" sur la ville, plus deux tirs de missiles venus de la Mer Noire, ainsi que 30 interventions des services d'urgence. "C'est ce que nous appelons une situation stable", ont commenté ces mêmes autorités, un brin ironiques.

    La suite de ce reportage est disponible ici

     

  • IPR

    Zelensky accuse la Russie de pousser à la course aux armes nucléaires

    Ce samedi à l’occasion de son intervention vidéo au forum de Doha au Quatar, le président ukrainien Volodymy Zelenskya accusé la Russie de mettre en avant son arsenal nucléaire et de pousser à une course aux armes de ce type. Ils se vantent de pouvoir détruire avec des armes nucléaires non seulement un pays en particulier, mais aussi la planète entière"

     

  • IPR

    Biden va rencontrer des ministres ukrainiens en Pologne, Moscou se recentre sur le Donbass

    Le président américain Joe Biden va rencontrer samedi deux ministres ukrainiens et des réfugiés qui ont fui la guerre lancée contre leur pays par la Russie, dont l'armée a annoncé concentrer son offensive sur le Donbass, dans l'est de l'Ukraine.

    "Ce matin, le président Biden fera une apparition à la rencontre entre les secrétaires Blinken et Austin et les ministres ukrainiens des Affaires étrangères Dmytro Kouleba et de la Défense Oleksii Reznikov", a annoncé la Maison Blanche, au deuxième jour de la visite de M. Biden en Pologne.

    De son côté, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a accusé samedi la Russie d'alimenter une dangereuse course aux armements en mettant en avant son arsenal nucléaire, lors d'une intervention vidéo au Forum de Doha.

    M. Zelensky a également appelé le Qatar, un des principaux pays exportateurs de gaz naturel liquéfié au monde, à augmenter sa production pour contrer les menaces russes d'utiliser l'énergie "pour faire du chantage".

    Sur le front, autour de Donetsk et Louhansk, les deux grandes villes du Donbass, où Moscou a annoncé concentrer désormais ses efforts, l'état-major de l'armée ukrainienne assure "avoir infligé des pertes importantes aux envahisseurs russes", dans son dernier bulletin publié samedi à l'aube. Il fait état de trois avions abattus, huit chars détruits et quelques 170 soldats tués côté russe.

    Le ministère russe de la Défense a fait état lui d'une bataille pour le contrôle de deux villages près de Donetsk, à Novobakhmutivka et Novomykhailivka. Le ministère russe a aussi affirmé que des roquettes de type Kalibr ont détruit un dépôt d'armes et de munitions dans la région de Jytomyr, près du village de Velyki Korovyntsi, à l'ouest de Kiev, le 25 mars. Un dépôt de carburant a également été touché près de la ville portuaire de Mykolaïv (sud), selon la même source.

    Des affirmations à prendre avec précaution, chaque camp se livrant à une intense bataille de l'information, dans un contexte de grande difficulté à vérifier de source indépendante ce qui se passe sur le terrain, un peu plus d'un mois après le lancement de l'invasion russe.

    Le commandement russe avait surpris en annonçant vendredi "concentrer le gros des efforts sur l'objectif principal: la libération du Donbass", tranchant avec la volonté affichée par Moscou jusqu'ici de "démilitariser et dénazifier l'Ukraine" dans son ensemble et non pas seulement dans cette région où se trouvent les deux "républiques" séparatistes pro-russes.

    La suite du reportage est disponible ici

     

  • IPR

    La Russie lance un missile Iskander sur l'Ukraine

  • IPR

    Kiev de nouveau sous couvre-feu ce samedi

    La capitale ukrainienne est de nouveau sous couvre-feu dès ce samedi soir jusqu’à lundi matin a annoncé le maire de la ville Vitali Klitschko.

     

  • IPR

    Le ministre de la Défense russe de retour après plus de deux semaines d’absence

    Sergueï Choïgou, ministre de la Défense russe est de nouveau réapparu sur les écrans après deux semaines d’absences. Le Kremlin a diffusé une vidéo du haut responsable politique ce samedi dans laquelle il présidait une réunion consacrée au budget d’armement de la Russie. Mais les images ne sont pas datées.

  • IPR

    Biden va rencontrer deux ministres ukrainiens à Varsovie

    Joe Biden, président américain est actuellement en Pologne. Il rencontre aujourd'hui plusieurs responsables politiques polonais mais aussi ukrainiens.

     

  • IPR

    Zelenksy appelle le Quatar à augmenter la production de gaz pour contrer la Russie

    Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé le Quatar, un des principaux exportateurs de gaz naturel à augmenter sa production pour contrer les menaces russes. "Je vous demande d'augmenter la production d'énergie pour que tout le monde en Russie comprenne que personne ne peut utiliser l'énergie comme une arme pour faire du chantage au monde entier" a déclaré le président ukrainien dans un message vidéo.

     

  • IPR

    "Il ne se passera rien de mortel" si la Russie serait exclue du G20

     

  • IPR

    Une manifestation à Varsovie pour l'Ukraine

     

  • IPR

    Joe Biden rencontre des réfugiés ukrainiens en Pologne

    Le président américain Joe Biden est actuellement en Pologne. Il s’entretiendra avec les dirigeants polonais à Varsovie. Il se rendra plus tard dans la journée dans un centre de réfugiés ukrainiens et doit prononcer un discours sur l’Ukraine.

     

  • IPR

    Un colonel russe tué dans les combats

    Alexei Sharov, colonel de la 810e brigade de marine de la garde séparée de la flotte de la mer Noire, a été tué par un tireur d'élite ukrainien, selon les autorités russes.

     

  • IPR

    Le régiment Azov, au coeur de la guerre de propagande russo-ukrainienne

    Milice néonazie pour les uns, héros ukrainiens pour les autres: le régiment Azov, retranché dans Marioupol assiégée, est au coeur d'une guerre de propagande entre Kiev et la Russie, dont l'un des buts de guerre déclarés est la "dénazification" de l'Ukraine.

    Les réseaux sociaux prorusses - à commencer par les comptes Twitter des ambassades de Russie à Paris ou Londres - bruissent de témoignages et commentaires sur les atrocités supposées de ce régiment, présenté comme "fasciste" ou "nazi".

    Le 10 mars, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavov a justifié le bombardement d'une maternité à Marioupol, qui a choqué le monde entier, par la présence selon lui dans le bâtiment du "bataillon Azov et d'autres radicaux".

    Depuis sa création en 2014, au début de la guerre contre les séparatistes prorusses dans l'est de l'Ukraine, le bataillon, intégré depuis à la Garde nationale - qui relève du ministère ukrainien de l'Intérieur - alimente tous les fantasmes.

    Fondé par des militants d'extrême droite, dont Andriï Biletsky, issu de l'organisation paramilitaire Patriotes d'Ukraine, il recrute au départ des volontaires et arbore des emblèmes, comme le "Wolfsangel" (crochet de loup), rappelant ceux de la division SS Das Reich.

    "En 2014, ce bataillon avait effectivement un fond d'extrême droite. Mais le régiment s'est ensuite +dé-idéologisé+, il est devenu une unité régulière", explique Andreas Umland, expert au Stockholm Centre for Eastern European Studies.

    La suite du reportage est à retrouver ici

     

  • IPR

    Une Française vient en aide aux animaux en Ukraine

  • IPR

    Le centre de commandement des forces aériennes détruit

     

  • IPR

    43 chars de plus pour l’armée ukrainienne

    Selon les analystes, depuis le début de la guerre, l'armée russe a perdu 530 chars, tandis que les forces armées d’Ukraine ont perdu 74 des leurs, mais ont capturé 117 chars ennemis. L’armée ukrainienne dispose désormais de 43 chars de plus qu’au début de la guerre.



     

  • IPR

    Le pape François dénonce une guerre odieuse

     

  • IPR

    L'armée ukrainienne annonce avoir réinvesti la ville de Makariv

     

  • IPR

    Moscou se recentre sur le Donbass, Biden à la rencontre des réfugiés en Pologne

    L'armée russe a dit concentrer son offensive sur le Donbass, dans l'est de l'Ukraine, au moment où le président américain Joe Biden poursuit son séjour en Europe en rencontrant samedi des réfugiés ukrainien en Pologne.

    Autour de Donetsk et Louhansk, les deux grandes villes du Donbass, l'état-major de l'armée ukrainienne assure "avoir infligé des pertes importantes aux envahisseurs russes", dans son dernier bulletin, publié samedi à l'aube. Il fait état de trois avions abattus, huit chars détruits et quelques 170 soldats tués côté russe.

    Des affirmations à prendre avec précaution, chaque camp se livrant à une intense bataille de l'information, dans un contexte de grande difficulté à vérifier de source indépendante ce qui se passe sur le terrain, un peu plus d'un mois après le lancement de l'invasion russe.

    Le commandement russe avait surpris en annonçant vendredi "concentrer le gros des efforts sur l'objectif principal: la libération du Donbass", tranchant avec la volonté affichée par Moscou jusqu'ici de "démilitariser et dénazifier l'Ukraine" dans son ensemble et non pas seulement dans cette région où se trouvent les deux "républiques" séparatistes pro-russes.

    Le général Kyrylo Boudanov, chef du renseignement militaire ukrainien de 36 ans, affirmait dans la presse américaine vendredi que l'armée russe n'est "qu'un mythe", "une concentration de pouvoir médiévale, de vieilles méthodes de combat".

    La suite du reportage est ici

     

  • IPR

    Opération humanitaire exceptionnelle à Marioupol

    La France, la Turquie et la Grève vont mener" une opération humanitaire" d’évacuation "dans les tout prochains jours" de la ville portuaire de Marioupol, assiégée depuis le début de l’invasion russe. Une annonce faite par le président de la République Emmanuel Macron pour qui l’objectif est d’évacuer "toutes celles et ceux qui souhaitent quitter" la ville ukrainienne.

     

  • IPR

    "L'amateurisme" de l'armée russe

    L'armée russe s'exprime sur des canaux de communication non cryptées, ce qui a permis aux forces ukrainiennes de les intercepter et de brouiller leurs communications. Ces enregistrement pourraient aussi servir de preuves dans les accusations de crimes de guerre

     

  • IPR

    Dissuasion massive

    100 000 soldats américains sont déployés en Europe et 40 000 militaires sont sous commandement de l’Otan. Objectif : dissuader la Russie d’aller plus loin que son invasion de l’Ukraine.

     

  • IPR

    Où est passé Sergueï Choïgou, ministre russe de la Défense ?

    Sergueï Choïgou, à la Défense, et Valery Guerassimov, chef de l'état-major russe, n'ont pas été vus en public depuis le 11 mars. Victimes d'une purge de Poutine ? Beaucoup s’interrogent sur le sort réservé à ces très proches de Poutine, écartés des médias depuis deux semaines. Sergueï Choïgou" est réapparu brièvement jeudi, sans pour autant faire taire les rumeurs", note liberation.fr.

     

    Diffusée le 24 mars par la télévision d'Etat russe, une vidéo de onze secondes - censée couper court aux rumeurs de disparition de Sergueï Choïgou -. montre Vladimir Poutine tenant un conseil de sécurité en visioconférence. "Face au président, une douzaine de participants... dont le ministre de la Défense (...)  Mais plusieurs médias indépendants russes - en exil - ont immédiatement mis en doute l'authenticité de ces images" note lexpress.fr

    "Pour beaucoup, le président russe aurait été tenté de mettre Choïgou au placard, en dépit de leur proximité, lui attribuant l’échec relatif de l’intervention russe en Ukraine. Moscou fait face à une résistance qu’il n’imaginait pas, peine grandement à prendre le contrôle de certaines villes clés comme Kharkiv au Kyiv, et essuie de nombreuses pertes de soldats" dit encore liberation.fr

  • IPR

    Reportage de franceinfo - Mondiaux de patinage artistique : le couple ukrainien ovationné par le public montpelliérain

    "Oleksandra Nazarova et Maksym Nikitin ne savaient pas s’ils allaient pouvoir participer aux championnats du monde, bloqués dans l’Ukraine en guerre. Habillés aux couleurs de leur drapeau, le duo a recueilli une salve d'applaudissements après avoir concouru" écritfranceinfo

    Regarder la prestation pleine d'émotion du patineur ukainien Ivan Shmuratko

     

     

     

  • IPR

    Gaz : les 27 chargent la Commission de faire des achats en commun

    Les Etats de l'UE ont décidé vendredi de donner mandat à la Commission européenne pour effectuer des achats de gaz groupés, sur le modèle des commandes de vaccins anti-Covid, alors que la guerre en Ukraine fait flamber les prix de l'énergie.

    Les Vingt-Sept et la Commission "vont, de façon urgente, travailler ensemble à des achats volontaires de gaz, de gaz naturel liquéfié (GNL) et d'hydrogène", en tirant profit du poids économique de l'UE pour bénéficier de prix avantageux, selon les conclusions du sommet de Bruxelles.

    "L'achat groupé, la capacité à définir ensemble des contrats longs, est le meilleur instrument pour faire baisser les prix", a fait valoir le président français Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse. "La Commission peut agréger jusqu'à 75% des achats de gaz", soit en renégociant les contrats existants ou en en concluant de nouveaux, a précisé M. Macron, dont le pays occupe la présidence semestrielle de l'UE.

    La suite du reportage est ici

     

  • IPR

    Bonjour La Réunion !

    Nous continuons à suivre en direct l'évolution de l'invasion russe en Ukraine.

    Restez avec nous !

     

A propos

• Théâtre de Marioupol: 300 morts redoutées

Environ 300 morts sont redoutées dans le théâtre de Marioupol (sud de l'Ukraine) bombardé par l'aviation russe le 16 mars alors que des centaines de personnes y étaient abritées, a annoncé vendredi la mairie de la ville, citant des témoins.

Dans cette ville sur la mer d'Azov, lourdement bombardée, les Ukrainiens dénoncent par ailleurs la déportation "en masse" d'habitants vers la Russie.
Le maire, Vadim Boychenko, a avancé jeudi soir sur Telegram un dernier bilan de 15.000 habitants emmenés "de force" à bord de bus, ainsi que "la confiscation des passeports ukrainiens" d'habitants coincés sur place.

• Civils tués à Kharkiv

A Kharkiv (est), un bombardement russe vendredi sur un centre médical a fait quatre morts et au moins trois blessés, selon la police régionale de la deuxième ville du pays. "Sept civils ont été blessés dont quatre ont succombé à leurs blessures dans un bombardement aux lance-roquettes multiples", a indiqué la police sur sa chaîne Telegram, précisant que la frappe avait eu lieu "vers 05H45 GMT" sur "un centre médical" dans le sud de la ville.

• Joe Biden en Pologne

Le président américain Joe Biden s'set rendu dans la ville polonaise de Rzeszow, à environ 80 kilomètres de la frontière avec l'Ukraine, seconde étape de son voyage en Europe.

Il est reçu par son homologue polonais Andrzej Duda à l'aéroport de cette ville située à deux heures et demie de route de Lviv, principale ville de l'ouest de l'Ukraine, où affluent les réfugiés. Il ira ensuite à Varsovie. Jeudi, Joe Biden s'est engagé pour la première fois à ce que l'Otan réponde en cas d'utilisation d'armes chimiques par la Russie.

• Plus grande réserve de carburants ciblée

La Russie a affirmé vendredi avoir détruit la veille la plus grande réserve de carburant de l'armée ukrainienne près de Kiev avec des missiles de croisière. Moscou a en outre dit que les forces russes avaient détruit plusieurs équipements militaires ukrainiens depuis la veille, dont trois systèmes de défense anti-aérienne et quatre drones.

• Le vice-président russe Dmitri Medvedev veut "dénazifier" l'Ukraine

"L'opération (dans l'ensemble du pays) doit se poursuivre jusqu'à ce qu'elle atteigne son objectif de démilitariser et de dénazifier l'Ukraine", a déclaré vendredi le vice-président du conseil de sécurité russe, Dmitri Medvedev, dans une interview à l'agence de presse RIA-Novosti, reprenant la rhétorique chère au président russe Vladimir Poutine.

Dans sa dernière vidéo publiée sur Facebook, dans la nuit de jeudi à vendredi, le président ukrainien Volodymyr Zelensky, retranché à Kiev, a rendu de son côté hommage à "l'opposition héroïque du peuple ukrainien face à l'invasion militaire russe".

• Réduction de la dépendance énergétique

Les États-Unis et l'Union européenne ont annoncé vendredi la création d'un groupe de travail visant à réduire la dépendance de l'Europe envers les énergies fossiles russes. Les États-Unis s'efforceront de fournir à l'Europe 15 milliards de mètres cubes supplémentaires de gaz naturel liquéfié (GNL) cette année, dans le cadre de cette initiative.

L'Allemagne pour sa part a annoncé qu'elle pourra se passer du charbon de la Russie d'ici l'automne et de son pétrole à la fin de l'année. Le processus s'annonce plus lent pour le gaz, dont le pays dépendait à plus de 55% avant la crise.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !