[EN DIRECT] La guerre continue :

Ukraine : la Russie annonce un cessez-le-feu à Marioupol, 4 millions d'Ukrainiens ont fui leur pays


Publié / Actualisé
Les pourparlers entre les Russes et les Ukrainiens à Istanbul mardi n'ont donné lieu à rien de "très prometteur" ni à aucune "percée", a déclaré ce mercredi 30 mars 2022 le Kremlin, douchant les espoirs de véritables progrès vers la paix. La guerre continue de s'enliser, et les bombardements n'ont pas cessé malgré les promesses de la Russie. En cinq semaines, plus de 4 millions d'Ukrainiens ont fui leur pays, un flot de réfugiés inédit depuis la seconde guerre mondiale, selon le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR). La Russie annonce un cessez-le-feu pour permettre l'évacuation des civils de Marioupol où un bâtiment de la Croix-Rouge a été bombardé. Le chef du renseignement militaire français va quitter son poste. Il lui est reproché de ne pas avoir suffisamment alerté sur le risque de guerre en Ukraine. Nous sommes en direct, suivez-nous (Photo AFP)
Les pourparlers entre les Russes et les Ukrainiens à Istanbul mardi n'ont donné lieu à rien de "très prometteur" ni à aucune "percée", a déclaré ce mercredi 30 mars 2022 le Kremlin, douchant les espoirs de véritables progrès vers la paix. La guerre continue de s'enliser, et les bombardements n'ont pas cessé malgré les promesses de la Russie. En cinq semaines, plus de 4 millions d'Ukrainiens ont fui leur pays, un flot de réfugiés inédit depuis la seconde guerre mondiale, selon le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR). La Russie annonce un cessez-le-feu pour permettre l'évacuation des civils de Marioupol où un bâtiment de la Croix-Rouge a été bombardé. Le chef du renseignement militaire français va quitter son poste. Il lui est reproché de ne pas avoir suffisamment alerté sur le risque de guerre en Ukraine. Nous sommes en direct, suivez-nous (Photo AFP)
  • IPR

     Des tirs sur un convoi humanitaire près de Tchernihiv, un mort 

    Une personne a été tuée et quatre blessées dans des tirs sur un convoi de cinq bus amenant des volontaires vers la ville assiégée de Tchernihiv, dans le nord de l’Ukraine, selon une responsable ukrainienne.  Lioudmyla Denissova, chargée des droits humains auprès du Parlement accuse les troupes russes de « ne pas laisser la moindre possibilité d’évacuer les civils de Tcherniguiv assiégée, en laissant des dizaines de milliers de civils sans nourriture, sans eau, sans chauffage ».

  • IPR

     La Russie va interdire l’entrée sur son territoire aux dirigeants européens et à la majorité des eurodéputés

    « Les restrictions s’appliquent aux plus hauts dirigeants de l’Union européenne, y compris un certain nombre de commissaires européens et de chefs d’organes militaires européens, ainsi qu’à la vaste majorité des députés du Parlement européen, qui font la promotion de politiques antirusses », a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

  • IPR

    Dès le 1er avril, les acheteurs de gaz russe de pays "inamicaux" devront avoir des comptes en roubles, annonce Vladimir Poutine

    La Russie ne livrera pas de gaz aux clients occidentaux refusant de payer en roubles, indique Vladimir Poutine. L'Allemagne et la France se préparent à un potentiel arrêt des importations de gaz russe, alors que Moscou exige, à partir du 1er avril, un paiement en roubles des livraisons, ce que les Européens refusent, a déclaré Bruno Le Maire, à Berlin. L'Europe continuera à payer le gaz russe en euros ou dollars, assure le chancelier allemand Olaf Scholz

  • IPR

    Vladimir Poutine a signé aujourd’hui un décret ordonnant l’incorporation de 134 000 conscrits au sein de l’armée russe. Le ministère de la Défense a déclaré que cette initiative est indépendante du conflit russo-ukrainien

  • IPR

    Tirs de roquettes et missiles s'abattent à intervalles réguliers sur Kharkiv, la deuxième ville d'Ukraine, déjà martyre lors de la Seconde guerre mondiale

  • IPR

    Une trêve pour Marioupol

    Kiev envoie 45 bus pour évacuer des civils depuis Marioupol, ville assiégée du sud-est de l'Ukraine où Moscou a annoncé une trêve, a annoncé Iryna Verechtchouk, vice-Première ministre ukrainienne

  • IPR

    Guerre en Ukraine : Kiev se prépare à de nouveaux combats dans l'Est

    Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré jeudi ne pas croire aux promesses de la Russie de réduire son dispositif militaire en direction de Kiev, et que son armée se préparait à de nouveaux combats dans l'Est de l'Ukraine.

    Les propos du dirigeant interviennent alors que Moscou a annoncé pour jeudi une trêve, rapidement taxée de "manipulation" par la vice-Première ministre ukrainienne, dans la ville assiégée de Marioupol, un port stratégique entre la Crimée annexée par la Russie et les territoires contrôlés par les séparatistes prorusses dans l'Est.

    "Nous ne croyons personne, pas une seule belle phrase", a déclaré M. Zelensky jeudi en début de nuit dans une adresse vidéo à la nation. "Nous voyons aussi qu'il y a une accumulation de troupes russes pour de nouvelles frappes" dans la région du Donbass (est) "et nous nous y préparons", a-t-il insisté. "Nous ne cèderons rien. Nous nous battrons pour chaque mètre de notre territoire", a-t-il lancé.

    La Russie avait promis mardi de "radicalement" réduire son activité militaire en direction de la capitale ukrainienne Kiev et de la ville voisine de Tcherniguiv, après des pourparlers russo-ukrainiens à Istanbul.

    A court-terme, "on s'attend à ce que le feu sur les unités ukrainiennes s'intensifie", avec en ligne de mire "la mission d'assiéger la ville de Tcherniguiv", a relevé l'état-major de l'armée ukrainienne mercredi en fin de soirée dans son briefing publié sur Facebook.

    Mercredi, le porte-parole du ministère ukrainien de la Défense, Oleksandre Motuzyanyk, avait souligné avoir constaté le départ de certaines unités de la capitale Kiev et de Tcherniguiv, mais "pas de retrait massif de troupes russes de ces zones", contrairement à la promesse faite la veille par Moscou.

    La suite du reportage est ici

     

     

     

  • IPR

    Le chef du renseignement militaire français quitte son poste

    Nommé il y a sept mois, le patron de la Direction des renseignements militaires (DRM), le général Eric Vidaud, va quitter ses fonctions, à la suite, notamment, de ce qui a été jugé comme une insuffisance de ses services sur l’invasion russe en Ukraine, a appris l’Agence France-Presse (AFP) de sources militaires et proches du dossier.

    Une source militaire a confirmé le départ immédiat du patron du renseignement militaire, conformément à une information du site L’Opinion. Ce dernier cite une source interne au ministère des armées évoquant des "briefings insuffisants" et un "manque de maîtrise des sujets".

    Selon la source militaire contactée par l’AFP, la DRM était dans le viseur de l’état-major des armées depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Mais elle "fait du renseignement militaire sur les opérations, pas sur l’intentionnalité", dédouane cette source. Les productions du service concluaient que la Russie avait les moyens d’envahir l’Ukraine. "Ce qui s’est passé lui donne raison", a-t-elle également fait valoir.

    Le général Vidaud avait été nommé à ce poste à l’été 2021, en provenance du Commandement des opérations spéciales (COS). Mais sa nomination avait été le fruit de jeux de chaises musicales qui avaient fait du bruit au sein de la communauté militaire.

    Début mars, peu après l’invasion de l’Ukraine par les forces russes, le chef d’état-major des armées, le général Thierry Burkhard, avait admis dans Le Monde des divergences d’analyses entre Français et Américains sur la question d’une possible invasion de l’Ukraine.

    "Les Américains disaient que les Russes allaient attaquer, ils avaient raison. Nos services pensaient plutôt que la conquête de l’Ukraine aurait un coût monstrueux et que les Russes avaient d’autres options" pour faire chuter le président Volodymyr Zelensky, avait-il reconnu.

    De fait, les Américains ont obtenu du renseignement de très grande qualité sur les préparations russes et avaient décidé, plusieurs semaines avant l’invasion, d’en publier une partie pour tenter, notamment, de faire pression sur le président russe, Vladimir Poutine.

     

  • IPR

    Le yacht d'un ressortissant russe saisi à Londres

    Un yacht de luxe avec piscine et cave à vin appartenant à un homme d'affaires russe - dont le nom n'a pas été révélé -, a été saisi à Londres dans le cadre des représailles à l'invasion russe en Ukraine. Le "Phi" est le troisième plus grand yacht construit par les chantiers navals néerlandais Royal Huisman, avec 58 mètres de long, d'une valeur de 38 millions de livres sterling (45 millions d'euros).

     

  • IPR

    Risque d'arrestation arbitraire pour les Américains en Russie

    Les citoyens américains en Russie risquent d'être arbitrairement arrêtés par les autorités, a averti mardi le département d'Etat des Etats-Unis, qui a renouvelé son appel à ne pas se rendre dans le pays ou à le quitter immédiatement.

     

  • IPR

    La Russie annonce un cessez-le-feu à Marioupol

    Le ministère russe de la Défense a annoncé mercredi 30 mars l'instauration d'un "régime de silence", soit un cessez-le-feu local, à partir de 10h00 jeudi (11h00 à La réunion) dans le port assiégé ukrainien de Marioupol afin d'évacuer des civils.

    Cette mesure doit permettre d'ouvrir un couloir humanitaire vers la ville ukrainienne de Zaporojie, selon le ministère."Pour que cette opération humanitaire réussisse, nous proposons de la mener avec la participation directe de représentants du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés et du Comité international de la Croix-Rouge", a ajouté le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

    Ce ministère demande aussi que Kiev garantisse le "respect inconditionnel"de ce cessez-le-feu local via une notification écrite envoyée à la partie russe, au Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) et au Comité international de la Croix-Rouge (CICR) avant 06H00 jeudi (7h00, heure de Lz Réunin). Moscou demande aussi que l’armée ukrainienne s’engage à assurer la sécurité des convois de bus qui circuleront le long de l’itinéraire convenu pour ce couloir.

    Mardi, Emmanuel Macron avait demandé une trêve humanitaire à Vladimir Poutine tout en reconnaissant que les conditions n’étaient "pas réunies" pour l'évacuation de civils

  • IPR

    Bonjour La Réunion !

    Nous continuons à suivre en direct l'évolution de l'invasion russe en Ukraine.

    Restez avec nous !

     

A propos

Situation sur le terrain, réactions internationales, sanctions: le point sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

- Rien de "prometteur" dans les pourparlers -

Les pourparlers entre les Russes et les Ukrainiens à Istanbul mardi n'ont donné lieu à rien de "très prometteur" ni à aucune "percée", a déclaré mercredi le Kremlin, douchant les espoirs de véritables progrès vers la paix.

"Il y a beaucoup de travail à accomplir", a affirmé le porte-parole de la présidence russe, qualifiant de "positif" le fait que les Ukrainiens aient "enfin commencé à formuler de façon concrète (leurs) propositions et à les mettre par écrit".

La veille, le chef de la délégation russe avait pourtant fait état de "discussions substantielles" et dit que les propositions "claires" de l'Ukraine allaient être "étudiées très prochainement et soumises" au président Poutine.

- Bâtiment de la Croix-Rouge bombardé -

Un bâtiment du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a été la cible de bombardements russes à Marioupol, port stratégique assiégé du Sud-Est de l'Ukraine, a affirmé mercredi une responsable ukrainienne, sans pouvoir donner de bilan des éventuelles victimes.

La mairie a de son côté dénoncé l'évacuation forcée vers la Russie d'une maternité de Marioupol, où une autre maternité avait été bombardée le 9 mars.

- Malgré les promesses, Tcherniguiv bombardée -

La ville de Tcherniguiv (Nord) a été bombardée "toute la nuit", a annoncé le gouverneur de la région, malgré l'annonce faite la veille par Moscou d'une réduction de son activité militaire autour de Kiev et de cette ville. Selon ce responsable, des infrastructures civiles ont été détruites et la ville est sans eau ni électricité.

- Reprise d'une autoroute stratégique -

L'armée ukrainienne a repris le contrôle d'une autoroute stratégique reliant Kharkiv, deuxième ville du pays, à Tchougouïv (Est), une ville de 30.000 habitants située à 50 km au sud-est, a constaté l'AFP. Ces deux villes ont été intensément bombardées depuis plus d'un mois mais ne sont pas tombées.

- Plus de 4 millions de réfugiés (HCR) -

En cinq semaines, plus de 4 millions d'Ukrainiens ont fui leur pays, un flot de réfugiés inédit depuis la seconde guerre mondiale, selon le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR).  Plus de 10 millions de personnes, soit plus d'un quart de la population, ont dû quitter leur foyer vers un autre pays ou trouver refuge ailleurs en Ukraine.

- Ordre mondial plus "juste" (Lavrov) -

Le ministre russe des Affaires étrangères s'est réjoui mercredi de la perspective d'un ordre mondial plus "juste", grâce au partenariat de la Russie avec la Chine, où il se rendait pour la première fois depuis l'invasion de l'Ukraine.

"Nous vivons une étape très sérieuse dans l'histoire des relations internationales", a déclaré Sergueï Lavrov. "Je suis convaincu qu'à l'issue de cette étape, la situation internationale sera nettement plus claire, et que nous, ensemble avec vous, et avec nos partisans, nous dirigerons vers un ordre mondial multipolaire, juste, démocratique".

- Un Norvégien pour enquêter sur les violations -

Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a chargé mercredi un juge norvégien ayant siégé dans plusieurs tribunaux internationaux de diriger l'enquête sur les violations commises par la Russie en Ukraine. Erik Mose a été nommé président de la commission d'enquête internationale indépendante, approuvée le 4 mars dernier.

- Zelensky devant le Parlement norvégien -

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé mercredi la Norvège, deuxième fournisseur de gaz naturel de l'Europe derrière la Russie, à fournir davantage d'énergie à son pays et à l'Union européenne Lors d'un discours par visioconférence devant le Parlement norvégien, M. Zelensky a aussi estimé que les navires russes "ne devraient pas avoir le droit d'utiliser les ports du monde libre".

- Avoirs russes gelés en Allemagne -

L'Allemagne a gelé près de 100 millions d'euros d'avoirs bancaires d'oligarques russes sur son territoire depuis le début de la guerre en Ukraine, a indiqué mercredi le ministère fédéral des Finances.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !