"Kwir, fyèr é solidèr" :

Pour la première fois, La Réunion accueillera le mois des visibilités LGBTQIA+


Publié / Actualisé
Le premier mois des visibilités LGBTQIA+ de La Réunion débutera le mardi 17 mai 2022, journée internationale de lutte contre l'homophobie, la transphobie et la biphobie (IDAHOT). Un an après la première marche des visibilités réunionnaise, de nombreuses associations animeront durant un mois des événements autour de l'orientation sexuelle et de l'identité du genre. Plusieurs temps forts marqueront ce mois, qui célèbrera la liberté, la solidarité et les droits des personnes lesbiennes, homosexuelles, bisexuelles, transgenres, queer, intersexes, et de toutes les personnes faisant partie de la diversité des identités de genres, sexuelles et romantiques (Photo - Jayce Salez)
Le premier mois des visibilités LGBTQIA+ de La Réunion débutera le mardi 17 mai 2022, journée internationale de lutte contre l'homophobie, la transphobie et la biphobie (IDAHOT). Un an après la première marche des visibilités réunionnaise, de nombreuses associations animeront durant un mois des événements autour de l'orientation sexuelle et de l'identité du genre. Plusieurs temps forts marqueront ce mois, qui célèbrera la liberté, la solidarité et les droits des personnes lesbiennes, homosexuelles, bisexuelles, transgenres, queer, intersexes, et de toutes les personnes faisant partie de la diversité des identités de genres, sexuelles et romantiques (Photo - Jayce Salez)

"Ce mois des visibilités, c’est l’occasion d’avoir plusieurs actions pour visibiliser la communauté LGBTQIA+ de La Réunion, d’avoir des moments de solidarité et de communauté, qui ne passent pas qu’à travers la marche" explique Brandon Gercara, artiste et fondateur.ice de l’association Requeer, qui co-organise l’événement.

"C’est un moment de revendication, mais aussi de culture avec des expositions et des conférences, des ateliers et  des groupe de travail. Il y a un gros travail à mener pour le développement des personnes LGBTQIA+, mais aussi pour conscientiser les personnes qui sont contre nous" détaille-t-iel*

Le mois sera lancé dans les locaux du centre LGBTQIA+ de l'océan Indien, qui accueille notamment les associations Orizon et requeer, dans le quartier de La Source à Saint-Denis. Un vernissage de l’exposition de photographies “Nou èkzist”, composée d’images d’archives de la première marche des visibilités organisée en 2021, sera présentée au public.

"C’est presque comme si on était dans un rêve, encore un an après on ne réalise pas qu’une communauté se créé dans l’île. On a grandi sans cette communauté là, alors qu’elle nous aurait beaucoup apporté en étant plus jeune. C’est une nécessité d’être visibles et célébrés" affirme l’artiste, alors que 2021 a été marquée par la première marche, mais aussi par le festival LGBTQIA+ Parey pas parey, la première journée du souvenir trans, ou encore la "Somèn requeer".

- Kwir, fyèr é solidèr -

L’année dernière, les associations s’étaient mobilisées en s’ancrant sur la question de visibilité. Cette année c’est la fierté, la solidarité avec toutes les personnes qui se sentent exclues ou seules, qui seront mises en avant, portées par le slogan "Kwir, fyèr é solidèr".

"L’an dernier nous voulions montrer qu’on peut être réunionnais.e et LGBTQIA+, je pense que c’est un pari que nous avons gagné. Cette année, c’est une communauté solidaire et qui va se protéger que l’on souhaite montrer. Il faut pallier à tous les moments de faits divers qu’on a connu, comme l’agression lesbophobe de Julie au Tampon, le suicide de l’adolescent Jay ou encore les tags homophobes découverts dans plusieurs endroits de Saint-Denis et Saint-Gilles" rappelle Brandon Gercara.

L’objectif est désormais de "donner une autre image que cette violence qu’on peut recevoir". "On veut fabriquer un nouvel imaginaire collectif positif qui s’affranchit de l’imaginaire qui nous représente comme des personnes uniquement violentées, c’est nécessaire pour notre bien-être" affirme-t-iel.

- Danse, chant, expositions -

Créer des moments de joie, de partage et de solidarité, tel est le mot d’ordre pour ce mois. Deux marches revendicatives sont notamment prévues, une première à Saint-Denis le 21 mai, et une seconde à Saint-Pierre le 18 juin. Elles seront toutes les deux précédées par un village associatif, où associations LGBTQIA+, de protections des femmes et des enfants, de prévention, ou encore des droits humains seront présentes pour présenter et partager leur travail.



Cours de danse, ball (compétition mêlant danse et drag ; ndlr), expositions, conférences, groupes de parole sur différentes thématiques, drag king, restitution de la chorale kwir menée par Aurus, formations, soirées festives…les événements seront nombreux et variés jusqu’au 25 juin.

Le programme complet sera présenté prochainement. Ce projet est porté par partenaires institutionnels et associatifs : la Ville de Saint-Denis, Noustoutes974, le COREVIH, le Planning Familial, ASETIS, Rive, l’ARPS, les CeGIDD, le collectif L’effet en Fêt, SOS homophobie, la Compagnie Aberash, les Sexosophes, le CRIJ, le collectif Eliana, l’association Fatties, La Ligue des Droits de l’Homme à La Réunion, le CEVIF, Les Electropicales, le Kollektif Zussamen, et en partenariat avec le FRAC Réunion, La Cité des Arts et le CDNOI.

*iel : pronom non-binaire

as/www.ipreunion.com / [email protected]

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !