[EN DIRECT] Invasion russe :

Ukraine : plus de cinq millions de personnes ont fui le pays, la Russie a lancé avec succès un missile intercontinental


Publié / Actualisé
56ème jour de guerre en Ukraine. Selon les médias russes, la Russie aurait lancé avec succès un missile intercontinental Sarmat ce mercredi à partir du cosmodrome de Plessetsk. Le ministère de la Défense déclare qu'il s'agit du "missile le plus puissant, avec la plus grande portée au monde". Le Pentagone a qualifié de test "de routine" le tir du missile, qui ne serait "pas une menace" pour les Américains. Plus de cinq millions d'Ukrainiens ont fui leur pays depuis le début de l'invasion russe le 24 février, selon de nouveaux chiffres publiés mercredi par l'ONU sur la plus importante crise des réfugiés en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale. Nous sommes en direct (Photo AFP)
56ème jour de guerre en Ukraine. Selon les médias russes, la Russie aurait lancé avec succès un missile intercontinental Sarmat ce mercredi à partir du cosmodrome de Plessetsk. Le ministère de la Défense déclare qu'il s'agit du "missile le plus puissant, avec la plus grande portée au monde". Le Pentagone a qualifié de test "de routine" le tir du missile, qui ne serait "pas une menace" pour les Américains. Plus de cinq millions d'Ukrainiens ont fui leur pays depuis le début de l'invasion russe le 24 février, selon de nouveaux chiffres publiés mercredi par l'ONU sur la plus importante crise des réfugiés en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale. Nous sommes en direct (Photo AFP)
  • IPR

    C'est la fin de ce live, merci de l'avoir suivi

  • IPR

    Cette vidéo ne montre pas le commandant du bataillon Azov arrêté à Marioupol

    Des publications partagées plusieurs centaines de fois sur Facebook depuis fin mars affirment, vidéo à l'appui, que le commandant du bataillon ukrainien Azov a été arrêté par les Russes. Selon certains internautes, l'arrestation aurait eu lieu à Marioupol, ville portuaire assiégée par les troupes russes depuis le début de la guerre en Ukraine. En réalité, cette vidéo a été tournée à Donetsk en 2015 lors du conflit dans le Donbass et montre des soldats ukrainiens aux mains de séparatistes pro-russes. L'homme que l'on aperçoit dans la vidéo était alors lieutenant-colonel de l'armée ukrainienne. L'AFP n'a trouvé aucune trace d'un éventuel lien entre lui et le bataillon (devenu régiment) Azov.

    Lire l'article complet ici

  • IPR

    La Russie sanctionne 29 Américains, dont Mark Zuckerberg et Kamala Harris

    La Russie a interdit l'entrée sur son territoire à 29 responsables politiques, personnalités médiatiques et hommes d'affaires américains en représailles aux sanctions prises par Washington contre Moscou pour son offensive contre l'Ukraine

  • IPR

    Les troupes russes à Kherson en images

    Opération des troupes russes probablement à Kherson, selon le compte Little Tank Tank. "La vidéo montre que les russes ont trouvé du matériel militaire dans une maison."

     

  • IPR

    Une aide américaine de 500 millions de dollars pour l'Ukraine

    Les États-Unis ont annoncé qu'ils allaient débloquer une aide économique supplémentaire de 500 millions de dollars pour soutenir l'Ukraine, qui s'ajoutera à celle du même montant débloquée en mars par le président américain Joe Biden, selon un responsable du Trésor.

    Cette aide doit permettre à l'Ukraine de maintenir le fonctionnement du gouvernement, en versant notamment les salaires et les retraites, et éviter une aggravation de la situation humanitaire en Ukraine.

  • IPR

    Kiev réclame un couloir humanitaire d'urgence à Marioupol

    Le ministère ukrainien des Affaires étrangères a appelé à l'instauration d'un couloir humanitaire d'urgence pour évacuer les civils de la gigantesque aciérie d'Azovstal, dernier îlot de résistance du port de Marioupol, assiégé par les forces russes.

     

  • IPR

    En Roumanie, de jeunes informaticiens au service des Ukrainiens

     

  • IPR

    Plus de 1.000 corps de civils se trouvent dans les morgues de la région de Kiev, a indiqué à l'AFP une responsable ukrainienne

    Kiev accuse les Russes d'avoir "massacré" des centaines de civils pendant leur occupation de la région en mars. "1.020 corps de civils, uniquement de civils, sont (dans les morgues) de l'ensemble de la région de Kiev", a déclaré la vice-Première ministre ukrainienne Olga Stefanichyna à l'AFP dans la ville de Borodianka, au nord-ouest de Kiev

  • IPR

    La Russie revendique le contrôle total de la ville de Marioupol

    Tout Marioupol est sous le contrôle de l'armée russe, affirme Moscou, à l'exception du site industriel d'Azovstal. Vladimir Poutine se félicite de la prise de la ville portuaire, située dans le sud, et estime que "la libération de Marioupol est un succès".

  • IPR

    Les sanctions pleuvent

    Il a notamment promis que des sanctions cibleraient bientôt les exportations russes de pétrole et de gaz, comme le réclame le président Zelensky. Les personnalités russes sont de plus en plus isolées sur la scène internationale. A défaut d'avoir obtenu l'exclusion de Moscou du G20, des ministres des Finances et des banquiers centraux du G20, dont la secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen, ont boycotté les sessions où les responsables russes devaient prendre la parole.

    Wimbledon est devenu le premier tournoi de tennis à écarter individuellement les joueurs en excluant les Russes et les Bélarusses de l'édition 2022 du Majeur sur gazon, dans une décision vivement critiquée par l'ATP et la WTA et qualifiée de "folle" par le N.1 mondial Novak Djokovic.

     

  • IPR

    Fuite dans l'est : "partez !"

    Dans l'Est, le ministère ukrainien de la Défense a fait état mercredi matin de "tentatives d'assaut" sur les localités de Soulyguivka et Dibrivné, dans la région de Kharkiv (est), ainsi que sur Roubijné et Severodonetsk, dans la région de Lougansk (est). "La situation se complique d'heure en heure", a écrit sur Telegram le gouverneur de Lougansk, Serguiï Gaïdaï, renouvelant ses appels aux civils à évacuer. "Mettez-vous en sécurité (...). Partez!", a-t-il écrit.

    Les bombardements s'intensifiaient aussi dans le sud, notamment sur les villages de Mala Tokmatchka et d'Orikhiv, à 70 km au sud-est de Zaporijjia, a constaté un journaliste de l'AFP.

    Alors que la guerre semblait encore lointaine la semaine dernière, désormais avec les frappes russes "les maisons tremblent et c'est beaucoup plus fréquent", a dit un habitant d'Orikhiv, Vitaly Dovbnia, précisant avoir une valise prête dans le coffre de sa voiture. Un haut responsable américain du département de la Défense a également indiqué que la Russie a augmenté sa présence militaire dans l'est et le sud de l'Ukraine.

     

  • IPR

    Essai d'un missile balistique russe

    Le président russe Vladimir Poutine a annoncé mercredi un essai réussi d'un nouveau missile balistique "qui fera réfléchir à deux fois ceux qui essayent de menacer notre pays". Ce tir était un essai de "routine" et ne constituait "pas une menace" pour les Etats-Unis ni leurs alliés, a relativisé le Pentagone. "Cette nouvelle phase" de la guerre, comme l'a qualifiée mardi le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, s'annonce acharnée. D'autant que l'Ukraine reçoit désormais des armes lourdes que les Occidentaux hésitaient à lui fournir auparavant.

    Après de longues hésitations, Israël a indiqué mercredi qu'il acceptait, pour la première fois, d'envoyer des équipements de protection (des casques et des gilets pare-balles), à l'armée ukrainienne, tandis que la Norvège annonçait avoir fourni une centaine de missiles antiaériens de conception française à l'Ukraine. En visite à Kiev où il a rencontré M. Zelensky, le président du Conseil européen Charles Michel a assuré que l'UE fera "tout son possible pour soutenir [l'Ukraine] et faire en sorte que l'Ukraine gagne la guerre".

  • IPR

    Situation critique pour la résistance ukrainienne à Marioupol

    Les derniers combattants ukrainiens de Marioupol refusent de se rendre mais réclament jeudi à la communauté internationale des "garanties de sécurité", au moment où les forces russes comptent s'emparer de la totalité de cette ville stratégique du sud-est de l'Ukraine. "Nous sommes prêts à quitter Marioupol avec l'aide d'un tiers", munis d'armes, "afin de sauver les personnes qui nous ont été confiées", indiquait jeudi aux premières heures Sviatoslav Palamar, commandant adjoint du bataillon Azov, sur Telegram.

    Plusieurs centaines de civils, manquant de vivre et d'eau, sont retranchés dans l'usine sidérurgique et métallurgique d'Azovstal avec le 36e bataillon de l'armée ukrainienne et le batallon Azov, les deux dernières unités combattantes à Marioupol, selon les autorités ukrainiennes.

    Sviatoslav Palamar a appelé le "monde civilisé" à se porter garant de "garanties de sécurité", tout en assurant que les deux bataillons n'accepaient pas "les conditions de la Fédération de Russie concernant la remise des armes et la capture de nos défenseurs". "La situation est difficile voire critique", a-t-il poursuivi, dans cette immense usine, dernier îlot de résistance de ce port à l'extrémité sud du Donbass, où seraient également retranchés "environ un millier de civils, femmes et enfants" et "des centaines de blessés", selon le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

    Les civils bloqués à l'intérieur de l'usine, dont il était impossible de confirmer le nombre de manière indépendante, "ont peur à cause des bombardements constants", ajoute le commandant Palamar, plaidant pour un cessez-le-feu.

    Plus tôt, Kiev avait fait une proposition. "Nous sommes prêts à tenir une 'session spéciale de négociations' à Marioupol. Pour sauver nos gars, (le bataillon) Azov, les soldats, les civils, les enfants, les vivants et les blessés. Tout le monde", avait imploré mercredi soir sur Twitter Mykhaïlo Podolyak, conseiller de la présidence ukrainienne et un des négociateurs avec la Russie.

    Moscou, qui a lancé plusieurs ultimatums aux défenseurs de Marioupol, est déterminé à prendre ce port qui lui permettrait de faire la jonction entre la Crimée, qu'elle a annexée en 2014, et les républiques séparatistes prorusses du Donbass.

    Le couloir humanitaire, qui avait en principe été négocié pour permettre mercredi l'évacuation des civils de Marioupol, "n'a pas fonctionné", a déclaré dans la soirée la vice-Première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk. Elle a reproché aux Russes d'avoir violé le cessez-le-feu et bloqué les cars, tandis que Moscou a accusé "les autorités de Kiev d'avoir cyniquement sabordé cette opération humanitaire".

    Lire l'article de l'AFP ici.

     

  • IPR

    Bonjour nous ouvrons ce live pour suivre la guerre en Ukraine

A propos

- Appel désespéré des combattants de Marioupol -

"Nous vivons peut-être nos derniers jours, voire nos dernières heures", a affirmé un commandant de militaires ukrainiens assiégés à Marioupol, port stratégique du sud-est de l'Ukraine, dont Moscou s'est juré de prendre le contrôle.

"L'ennemi est 10 fois plus nombreux que nous", a déclaré Serguiy Volyna, de la 36e brigade de la marine nationale, retranchée dans le vaste complexe sidérurgique d'Azovstal. "Nous appelons et supplions tous les dirigeants du monde de nous aider. Nous leur demandons d'utiliser la procédure d'extraction et de nous emmener sur le territoire d'un pays tiers", a-t-il ajouté.

- Marioupol: accord sur un couloir d'évacuation (Kiev) -

Un accord a été trouvé avec la Russie sur un couloir humanitaire pour évacuer depuis Marioupol des femmes, enfants et personnes âgées vers la ville ukrainienne de Zaporijjia (sud), a indiqué une responsable ukrainienne.

Mardi soir, le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait renouvelé son appel à une évacuation des civils encore présents dans la ville portuaire. Quelque 140 civils auraient été évacués de la ville mardi, selon un communiqué des autorités séparatistes prorusses. Ces affirmations étaient invérifiables de manière indépendante.

- "Nouvelle phase" de la guerre -

La Russie a annoncé mardi avoir mené une dizaine de frappes aériennes et de missiles dans l'est de l'Ukraine, entamant une "nouvelle phase" de la guerre, selon le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

Selon Moscou, "des missiles de haute précision" ont "neutralisé 13 places fortes" ainsi que des "concentrations" de troupes près de la ville clé de Sloviansk, dans la région de Donetsk.

Les combats "sont incessants" dans plusieurs villes, "c'est l'enfer", a déclaré le gouverneur ukrainien de la région de Lougansk, Serguiï Gaïdaï, appelant les habitants à fuir.

-Combats dans le Donbass -

Dans la nuit de mardi à mercredi, l'état-major des forces ukrainiennes a affirmé que celles-ci avaient repoussé 10 attaques russes et détruit notamment "12 tanks" au cours des dernières 24 heures dans les régions de Lougansk et Donetsk (est).

Le ministère ukrainien de la Défense a fait état mercredi matin de "tentatives d'assaut" sur les localités de Soulyguivka et Dibrivné, dans la région de Kharkiv (nord-est), ainsi que sur Roubijné et Severodonetsk, dans la région de Lougansk (est).

- Arrivée d'aides militaires -

La Norvège a donné une centaine de missiles antiaériens de conception française à l'Ukraine, a annoncé mercredi le gouvernement norvégien. Le don, déjà réalisé, porte sur des lanceurs Mistral avec une centaine de missiles qui étaient jusqu'à présent embarqués sur des navires de la marine norvégienne, a indiqué le ministère de la Défense dans un communiqué.

L'Ukraine a également reçu des avions de chasse et des pièces détachées pour renforcer son armée de l'air, a indiqué pour sa part mardi le porte-parole du Pentagone, John Kirby, refusant de préciser leur nombre ou les pays ayant fourni les appareils.

Après l'envoi de pièces d'artillerie Howitzer annoncé la semaine dernière par le président américain Joe Biden, cette déclaration témoigne d'un changement d'attitude des Occidentaux, qui ont pendant plus d'un mois refusé de fournir à l'Ukraine des armements lourds pour éviter toute escalade du conflit.

- Charles Michel à Kiev -

"L'Histoire n'oubliera pas les crimes de guerre" en Ukraine, a déclaré mercredi le président du Conseil européen Charles Michel, en visite à Borodianka près de Kiev, où des civils ont été victimes de "massacres" commis par les Russes selon les autorités ukrainiennes.

"A Borodianka, comme à Boutcha et tant d'autres villes en Ukraine, l'Histoire n'oubliera pas les crimes de guerre qui ont été commis ici", a écrit sur Twitter M. Michel, accompagnant son message d'une photo de lui étreignant une femme. "Il ne peut pas y avoir de paix sans justice", a-t-il ajouté.

- Plus de 5 millions d'Ukrainiens ont fui leur pays -

Plus de cinq millions d'Ukrainiens ont fui leur pays depuis le début de l'invasion russe le 24 février, selon de nouveaux chiffres publiés mercredi par l'ONU sur la plus importante crise des réfugiés en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale.

   

Mots clés :

    1 Commentaire(s)

    Titi45 , Posté
    Zote i pousse poutou a utilisé les têtes nucléaire ça va pète '