Emploi :

Le non-salariat se développe fortement à La Réunion


Publié / Actualisé
Début 2021, à La Réunion, 38.000 personnes exercent une activité non salariée, soit 7% de la population en âge de travailler. Depuis les années 2000, le non-salariat se développe fortement sur l'île. Entre 2000 et 2020, l'emploi non salarié y augmente en effet à un rythme trois fois plus élevé que dans les régions métropolitaines de province, pour atteindre aujourd'hui un développement proche de la moyenne nationale. Nous publions ici le communiqué de l'Insee (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Début 2021, à La Réunion, 38.000 personnes exercent une activité non salariée, soit 7% de la population en âge de travailler. Depuis les années 2000, le non-salariat se développe fortement sur l'île. Entre 2000 et 2020, l'emploi non salarié y augmente en effet à un rythme trois fois plus élevé que dans les régions métropolitaines de province, pour atteindre aujourd'hui un développement proche de la moyenne nationale. Nous publions ici le communiqué de l'Insee (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Le statut privilégié à La Réunion pour exercer une activité non salariée reste celui de l’entreprise individuelle " classique ". L’essor de la micro-entreprise, plus tardif qu’ailleurs, vient toutefois modérer cette prépondérance de l’entreprise individuelle. Les créations de micro-entreprises sont d’ailleurs particulièrement importantes depuis le début de la crise sanitaire, notamment celles spécialisées dans la vente à distance et la livraison à domicile.

Le non-salariat rassemble une population extrêmement hétérogène, selon le secteur d’activité mais aussi selon le revenu. Les micro-entreprises dégagent des revenus très faibles (600 euros en moyenne par mois), alors que les professions libérales font partie des métiers les mieux rémunérés (5.300 euros par mois).

Retrouvez l'étude de l'Insee dans son intégralité sur ce lien.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !