Destitution du président (actualisé) :

La grève pour des salariés du groupe Cane se poursuit


Publié / Actualisé
Depuis le mardi 10 mai au matin, des salariés de la Cane qui travaillent dans les Gamm Vert de l'Est de l'île sont actuellement en grève devant le siège social de l'entreprise situé à Ravine Creuse. Suite à un conseil d'administration qui s'est tenu dans l'après-midi du jeudi 12 mai, le président du groupe Cane, Sergio Victoire a été démis de ses fonctions. Une nouvelle équipe d'administration a pris place et Charles Thonon préside désormais la coopérative. Un ras le bol collectif face à un climat social "mauvais". Les manifestant annoncent une grève illimitée si aucun accord n'est jusque là trouver avec la direction de Gamm Vert (Photo d'illustration : rb/www.ipreunion.com).
Depuis le mardi 10 mai au matin, des salariés de la Cane qui travaillent dans les Gamm Vert de l'Est de l'île sont actuellement en grève devant le siège social de l'entreprise situé à Ravine Creuse. Suite à un conseil d'administration qui s'est tenu dans l'après-midi du jeudi 12 mai, le président du groupe Cane, Sergio Victoire a été démis de ses fonctions. Une nouvelle équipe d'administration a pris place et Charles Thonon préside désormais la coopérative. Un ras le bol collectif face à un climat social "mauvais". Les manifestant annoncent une grève illimitée si aucun accord n'est jusque là trouver avec la direction de Gamm Vert (Photo d'illustration : rb/www.ipreunion.com).

Une quarantaine de salariés se trouvent actuellement sur site pour dénoncer les mauvaises conditions de travail qui règnent au sein de l'entreprise, les licenciements abusifs du personnel, des négociations annuel obligatoire (NAO) négatives, un code du travail non respecté, un personnel en sous-effectif, des licenciements abusifs, ou encore le manque d'organisation de la direction pour répondre aux demandes telles que de pouvoir fournir la liste complète du personnel encore présents et ceux licenciés. Parmi le personnel mobilisé, il y a des employés du Gamm Vert de Sainte-Rose, Sainte-Suzanne et Saint-André.

De plus, les grévistes revendiquent l'augmentation de 500 euros des salaires de tout le personnel ; la transformation des emplois intérimaires en CDI à temps plein ; l'arrêt des licenciements sans motifs réels ; l'arrêt de la politique de casse des avantages ; "Les hauts gradés peuvent bénéficier d'une rupture conventionnelle alors que les autres salariés non", pointe du doigt Frédéric Legros, représentant CGTR commerce, distribution et service. Ils demandent également de la transparence sur la situation stratégique, économique et financière, politique sociale de l'entreprise ; une prime d'ancienneté et l'attribution des primes retraites.

- Une situation inédite -

Si cela fait 60 ans que la Cane a été créée, il n'y a là jamais eu de grève jusqu'ici. Face à la situation, les grévistes prévoient une mobilisation à durée indéterminée s'ils n'obtiennent pas gain de cause. "Le mercredi 11 mai nous nous avons eu une première réunion avec la direction pour que l'on puisse avoir les documents demandés tels que le registre des salariés mis à jour et ceux qui ont été licencié accompagnés des motifs de départ. Le lendemain nous avons eu à nouveau un rendez-vous avec la direction de Gamm Vert mais là encore les documents demandés étaient incomplets", précise Frédéric Legros.

Ce dernier ponctue également que pendant que les travailleurs font effectivement grève, des intérimaires ont été embauchés pour pouvoir remplacer les manifestants.


 [email protected] / www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !