Errance animale :

Des milliers de chiens et chats écrasés sur les routes chaque année


Publié / Actualisé
Environ 5.000 carcasses d'animaux, chiens comme chats, ont été ramassées sur les routes (hors quatre voies) de La Réunion l'an dernier. Cette triste image représente encore et toujours un danger sur la route pour les automobilistes, et doit à nouveau nous alerter sur la problématique de l'errance animale. Elle est aussi une tâche pénible pour les agents qui doivent aller récupérer ces animaux morts sur la chaussée (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Environ 5.000 carcasses d'animaux, chiens comme chats, ont été ramassées sur les routes (hors quatre voies) de La Réunion l'an dernier. Cette triste image représente encore et toujours un danger sur la route pour les automobilistes, et doit à nouveau nous alerter sur la problématique de l'errance animale. Elle est aussi une tâche pénible pour les agents qui doivent aller récupérer ces animaux morts sur la chaussée (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

L'image est peu plaisante, elle est pourtant (et hélas) bien connue des automobilistes comme des motards : c'est celle d'un animal écrasé sur la route. Ces derniers jours, des témoins font part de cadavres restant des jours durant en plein soleil sur la quatre voies. Sur la portion de route reliant La Possession à Saint-Paul, deux chats et un chien traînaient à quelques centaines de mètres d'écart la semaine dernière...

Pour la Direction régionale des routes, c'est la sécurité des conducteurs qui prime. "Si l'animal est vivant, on contacte de suite les pompiers. On peut retirer l'animal blessé et le mettre sur la bande d'arrêt d'urgence ou hors chaussée. Sinon on contacte le service équarrissage (à La Réunion il s'agit de la société GDS, ndlr)" nous dit-on. La société, qui effectue des rotations plusieurs fois par semaines, repère alors les cônes blanc et orange disposés par le CRGT. "Notre rôle est de sécuriser. Un animal sur la route, ça reste un obstacle" ajoute la direction des routes.

Mais que les conducteurs ne s'étonnent pas si certains animaux restent plusieurs jours au même endroit. Sur la route des Tamarins par exemple, les rotations du service équarrissage ont lieu le lundi et le jeudi. Si par exemple un chien est percuté le lundi midi, après le passage de la patrouille du service, il ne sera ramassé que trois jours plus tard.

- 40 kilos maximum -

En-dehors de la quatre voies, ce sont aux intercommunalités de gérer le ramassage des animaux. A la Casud, la Civis et la Cinor, les opérations sont confiées à la Semrre, société spécialisée dans la collecte des déchets et la gestion de l'errance animale sur l'île.

En 2021, 1.426 animaux ont été ramassés sur le territoire de la Cinor, 928 à la Civis et 527 à la Casud. Avec les chiffres fournis par le TCO (voir ci-dessous), le total monte à 4.610 cadavres ramassés en 2021, sans compter le territoire de la Cirest. Contactée, l'intercommunalité de l'est n'a pas encore pu collecter les données nécessaires pour répondre à nos questions. A noter que tous ces chiffres ne concernent que les routes communales et intercommunales.

Seuls les animaux de moins de 40 kilos peuvent être récupérés, pour des raisons pratiques. Par ailleurs, seuls les chiens et les chats sont concernés, tout autre type d'animal sera directement récupéré par le service équarrissage. Les délais sont d'environ 48 heures.

- Une tâche ingrate -

La tâche est loin d'être plaisante et de manière totalement pragmatique, le ramassage d'un animal mort n'est pas toujours aisé. "Nos 18 techniciens, polyvalents, peuvent tous être amenés à le faire. On évite au maximum le contact avec l'animal, les agents se munissent de gants, de pelles et de sacs poubelles" nous explique la Semrre. Il arrive cependant que la dépouille soit dans un état rendant difficile le ramassage. "Cela dépend aussi si la route est très passante. Si l'animal est sur un terre-plein, il faut couper la circulation pour intervenir" nous dit-on.

Pourtant il s'agit pour la Semrre d'une tâche "malheureusement nécessaire", car "trop de gens laissent leur animal divaguer". A ces animaux s'ajoutent les très nombreux chats et chiens errants.

Après avoir été ramassés par ces agents, les dépouilles des animaux sont envoyées à l'équarrissage puis incinérées au centre de la Sica Aucre à l'Etang-Salé.

- Le signalement nécessaire -

Les rotations des services concernés n'étant parfois pas suffisantes, tout signalement est le bienvenu. Chaque usager de la route peut alors prévenir les services concernés en passant par les intercommunalités.

Du côté du TCO, c'est l'interco qui a la compétence de ramassage des cadavres de chiens et chats sur les voies publiques (hors routes express). "Deux agents y sont dédiés a minima et huit au maximum, en intervention mutualisée avec la capture d’animaux (trois camions équipés pour les deux activités)" détaille alors le TCO.

L’animal est mis dans un camion comprenant un équipement frigorifique étanche, puis emmené dans la chambre froide de la fourrière. C’est à nouveau le service équarrissage de La Réunion (GDS), service public géré par la DAAF et donc l'Etat, qui vient ensuite récupérer les cadavres de la fourrière pour les emmener à l’incinérateur.

Le TCO remarque une hausse de ces interventions sur le territoire ouest. En 2020, 1.269 chiens et chats ont été ramassés, 1.729 en 2021 et à ce stade (chiffres arrêtés au 30 avril 2022), 540 soit la même tendance que l'an dernier. A noter que la crise sanitaire en 2020 a entraîné une forte baisse du trafic automobile, confinement oblige.

mm/www.ipreunion.com / [email protected]

   

1 Commentaire(s)

OLLIVIER, depuis son mobile , Posté
Certains animaux sont tellement écrasés qu il ne reste que la fourrure et au bout d un moment il s intégré au bitume sans que rien n'ait été fait. Lorsqu un animal est percuté quelques temps après un ou deux jours, une camionnette passe avec trois personnes et déposé un cône pour signaler le cadavre sans plus et deux jours plus tard une autre équipe passe pour enlever enfin le cadavre. C est ridicule.