Des candidats ultramarins pas comptabilisés dans la coalition :

Législatives : la NUPES conteste les chiffres du ministère de l'Intérieur


Publié / Actualisé
Alors que le ministre de l'Intérieur annonce que la majorité présidentielle est arrivée en tête du premier tour des élections législatives avec 25,75% des suffrages, devançant de peu la Nouvelle Union populaire, écologique et sociale (Nupes) avec 25,66% des voix, la coalition de gauche réfute ces résultats. "Alors que la NUPES réalise 6 101 968 voix (soit 26,8%), le ministère de l'intérieur ne lui attribue que 5 836 202 voix (soit 25,7%)" dénonce Manuel Bompard, cadre de la France insoumise. Cette différence serait due à un mauvais étiquetage des candidats ultramarins, d'après le parti.
Alors que le ministre de l'Intérieur annonce que la majorité présidentielle est arrivée en tête du premier tour des élections législatives avec 25,75% des suffrages, devançant de peu la Nouvelle Union populaire, écologique et sociale (Nupes) avec 25,66% des voix, la coalition de gauche réfute ces résultats. "Alors que la NUPES réalise 6 101 968 voix (soit 26,8%), le ministère de l'intérieur ne lui attribue que 5 836 202 voix (soit 25,7%)" dénonce Manuel Bompard, cadre de la France insoumise. Cette différence serait due à un mauvais étiquetage des candidats ultramarins, d'après le parti.

Jean-Hugues Ratenon notamment, qualifié pour le second tour de la 5ème circonscription de l’île, a été étiqueté "Divers gauche" par le ministère, malgré sa présence dans le groupe de la France insoumise ces cinq dernières années à l’Assemblée. Manuel Bompard détaille à Franceinfo qu’il "existe des formations politiques locales qui ne pouvaient pas être représentées lors des négociations nationales" sur la Nupes, et "il était donc difficile de dire en leur nom qui serait candidat".

A La Réunion, "les différentes formations engagées par l'accord de la Nupes soutenaient le même candidat ", poursuit Manuel Bompard, interrogé par nos confrères. "Mais il y avait parmi elles des partis locaux qui n'étaient pas représentés dans les discussions nationales" ajoute-t-il.

Du côté du ministère, Franceinfo indique que ce dernier estime que "dans cette liste pourtant très complète ne figurait aucun candidat outre-mer. Ces candidats ne figurent pas non plus sur leur site officiel", où figurent 544 personnalités.

"Il n'y a pas eu d'investiture officielle dans ces territoires, faute de pouvoir intégrer les formations locales dans le cadre des négociations nationales en amont. Ainsi, le Parti socialiste faisait apparaître une distinction entre ses candidatures dans "des circonscriptions concernées par l'accord de la Nupes" – 69 noms au total – et celles dans "des circonscriptions non concernées par l'accord" – huit noms au total en Martinique, Guadeloupe, à La Réunion et dans les quatre circonscriptions corses" détaille Franceinfo.

Les différences entre les chiffres communiqués par le ministère et la NUPES sont donc dues à l'interpretation de chacun sur quel candidat fait bien partie de la coalition. Dans ce contexte, chaque parti revendique la victoire pour ce premier tour des législatives

www.ipreunion.com / [email protected]

   

2 Commentaire(s)

Disakifo , Posté
De plus en plus les manipulations politiques marchent de moins en moins . Quand un élu qui fait 14 % dénonce que 70% est contre celui qui le devance de 30% . Les électeurs savent calculer que 86% l'ont aussi rejeté.
Stade de Farce, Posté
Les Anglais ont une idée de la gestion française au stade de France : Liverpool - Réal.