Pas de "gouvernement d'union nationale" justifié :

Assemblée nationale : Emmanuel Macron appelle l'opposition aux compromis


Publié / Actualisé
Emmanuel Macron s'est adressé aux français.es ce mercredi 22 juin 2022, trois jours après une victoire en demi-teinte pour les députés d'Ensemble ! Le Président de la République a appelé ses opposants à des compromis, tout en assurant avoir compris le vote de défiance de la population.
Emmanuel Macron s'est adressé aux français.es ce mercredi 22 juin 2022, trois jours après une victoire en demi-teinte pour les députés d'Ensemble ! Le Président de la République a appelé ses opposants à des compromis, tout en assurant avoir compris le vote de défiance de la population.

Ces trois jours ont été marqués par de nombreuses discussions entre le chef de l’Etat et les présidents des différents groupes politiques, suite à la perte de la majorité absolue du camp présidentielle. Pour l’heure, l’hypothèse d’une union nationale reste cependant écartée, par Emmanuel Macron comme par les différents partis politiques. "Cette hypothèse n’est pas justifiée à ce jour" a-t-il déclaré. Il table désormais sur des coalitions "texte par texte".

"Il faudra bâtir des compromis, mais le faire avec transparence. Pour cela, il faudra clarifier dans les prochains jours la part de responsabilité que les différentes formations de l'Assemblée nationale sauront prendre. Il faut que les partis disent avec transparence jusqu'où ils sont prêts à aller" a-t-il annoncé.

Emmanuel Macron a reconnu les "fractures" de la France montrées par les législatives, après lesquelles "nous devons apprendre à gouverner et légiférer différemment", annonçant que les premières réformes seraient été étudiées dès l’été. Le pouvoir d’achat notamment a été cité comme l’une des préoccupations principales de la population et du gouvernement.

Emploi, pouvoir d’achat, santé, éducation : tous ces sujets ont été cités par le Président. "Tous ces projets ne sauraient être financés par plus d'impôts ou d’emprunts" a-t-il assuré.

"Demain et vendredi, je vous représenterai au Conseil européen. Nous allons examiner en particulier la question décisive de la candidature à l’adhésion de l’Ukraine à notre Union européenne et du contexte géopolitique. Dès mon retour, à la lumière des premiers choix des premières expressions des groupes politiques de notre Assemblée nationale, nous commencerons à bâtir cette méthode et cette configuration nouvelle", a ajouté le chef de l'Etat.

Emmanuel Macron a cependant réaffirmé sa volonté de "ne jamais perdre la cohérence du projet que vous avez choisi en avril dernier", lors de sa réélection à la présidence.

- Jean-Luc Mélenchon réclame le vote de confiance -

A la suite de sa prise de parole, Jean-Luc Mélenchon a exhorté Elisabeth Borne, Première ministre, à se soumettre à un vote de confiance auprès des députés. "Le choix n'est pas la ratatouille", a-t-il ironisé. "Si elle ne l'a pas, elle doit démissionner, si elle l'a, elle devra ensuite faire des propositions de textes de loi et l'Assemblée en discutera" a-t-il estimé.

"Malgré le désaveu de dimanche dernier, le Président feint toujours de croire que le peuple français aurait plébiscité son " projet présidentiel ", un projet flou et inquiétant que pas même ses députés ne peuvent décrire" a déclaré Marine Le Pen.

"Il ne peut y avoir de chèque en blanc de surcroît sur un projet peu clair. La semaine prochaine les députés Les Républicains feront des propositions sur le pouvoir d’achat", a réagi de son côté le député LR d'Eure-et-Loir, Olivier Marleix, nouveau président du groupe à l'Assemblée.

www.ipreunion.com / [email protected]

   

6 Commentaire(s)

Le B n B, Posté
Le Bonheur national brut... existe- t-il dans un pays qui s'appelle La France de juin 2022' La séparation, la vraie, existe-t-elle au sein des nos institutions publiques en France 'N'est- on pas arrivé au bout de l'exercice de la Veme République, là 'Il ne lui reste plus qu'une chose à faire, mais il ne mesure qu'un mètre 77, de Gaulle il ne lui manquait que 4 cm pour atteindre les 2 m...C'est le peuple qui est souverain, pas lui (EM)...
Frigidaire, Posté
Le projet du Président n'a pas la faveur du peuple. Cela doit se traduire par la démission de l'actuelle Premier Ministre, LREM de ne pas prendre la Présidence de l'Assemblée Nationale et les projets de lois adoptés avec les amendements des partis de "l'opposition" à Ensemble.
Quota de pêche et y change de camp, Posté
Inquiétant
MôvéLang, Posté
On est tous impatient de voir qui va se compromettre avec lui
Missouk, Posté
Ce type ne comprend vraiment rien, et est prêt à aller au chaos. Incapable de faire une concession... C'est désespérant!
CHABAN, Posté
Emmerder le chefaillon, va-t-en-guerre '