Selon une enquête de l'ARS :

Mayotte : sept habitants sur dix ont été atteints par le Covid-19


Publié / Actualisé
Fin 2021, l'ARS Mayotte en partenariat avec la plateforme MODCOV19 et l'ORS a lancé une enquête de séroprévalence afin d'identifier l'ampleur de l'épidémie de Covid-19 sur le territoire. L'enquête explore de nombreuses thématiques comme le taux d'infection, le taux d'immunité temporaire, les freins au dépistage et à la vaccination. Nous publions ci-dessous le communiqué de l'ARS de Mayotte. (Photo d'illustration : AFP)
Fin 2021, l'ARS Mayotte en partenariat avec la plateforme MODCOV19 et l'ORS a lancé une enquête de séroprévalence afin d'identifier l'ampleur de l'épidémie de Covid-19 sur le territoire. L'enquête explore de nombreuses thématiques comme le taux d'infection, le taux d'immunité temporaire, les freins au dépistage et à la vaccination. Nous publions ci-dessous le communiqué de l'ARS de Mayotte. (Photo d'illustration : AFP)

Cette étude a permis la conception d’indicateurs innovant pour Mayotte pour comprendre et optimiser sa stratégie de gestion de crise.

A la date du 21 octobre 2021, 71 % de la population de 6 ans ou plus habitant à Mayotte a été touchée par la Covid-19. Le virus a atteint toutes les classes d’âge et toutes les catégories de la population. Les plus jeunes représentent le profil de la population pour lequel un déficit important de diagnostic peut être mesuré avec un taux de 1 cas détecté pour 85 à 114 non détectés chez les 6-9 ans et 29 à 37 non détectés chez les 10-14 ans. Le milieu scolaire

est le principal lieu déclaré de la transmission du virus pour les enfants, tout comme le milieu professionnel pour les adultes. Début 2021 représente la période où Mayotte a été la plus touchée et concentrant la majorité des contaminations par la Covid-19 : les modèles de la plateforme MODCOV19 estiment alors un taux d’infection de 33 % en fin 2020.

En dépit d’un respect important des mesures barrières au début de l’année 2021 - neuf habitants sur dix déclarent les appliquer souvent voire quotidiennement - ce taux chute nettement à six habitants sur dix au moment de l’enquête. La Covid-19 est une maladie moins prise au sérieux par les plus jeunes : la moitié estime qu’il s’agit d’une maladie très grave. Ils sont trois individus de 75 ans ou plus

sur quatre à avoir le même ressenti. La télévision est le vecteur de communication permettant de sensibiliser le plus d’individus à la Covid-19, suivi de la radio tandis que ceux portés par les médiateurs en santé atteignent moins d’individus. Quant aux messages de prévention transmis par internet et par les affiches, leur application est plus dépendante de la génération.

Toutes choses égales par ailleurs, les profils de population qui sont les plus à risque de l’infection à la Covid-19 sont les plus jeunes et les individus vivant en grande précarité. Assez logiquement, les habitants ne respectant pas " globalement " les mesures préventives sont les plus vulnérables face à l’infection. La mesure qui ressort avec les meilleurs effets protecteurs est le port du masque. Enfin à la date du 21 octobre 2021, neuf individus sur dix présentent des anticorps spécifiques de l‘immunité contre la Covid-19, justifiant l’absence de rebond épidémique observée suite à l’arrivée.

 

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !