38% de morts en plus par rapport à 2019 :

La Réunion, département où la hausse des décès est la plus élevée depuis le début de l'année


Publié / Actualisé
À La Réunion, le nombre de décès enregistrés du 1er janvier au 13 juin 2022 est supérieur de 38 % à celui constaté sur la même période de 2019. C'est le département français où l'augmentation est la plus forte. Cette hausse s'élève à + 62 % en janvier, + 48 % en février, + 25 % en mars, + 33 % en avril et + 27 % sur la période allant du 1er mai au 13 juin. À Mayotte, le nombre de décès enregistrés du 1er janvier au 13 juin 2022 est supérieur de 18 % à celui constaté sur la même période de 2019. Nous publions ci-dessous le communiqué de l'Inse. (Photo d'illustration)
À La Réunion, le nombre de décès enregistrés du 1er janvier au 13 juin 2022 est supérieur de 38 % à celui constaté sur la même période de 2019. C'est le département français où l'augmentation est la plus forte. Cette hausse s'élève à + 62 % en janvier, + 48 % en février, + 25 % en mars, + 33 % en avril et + 27 % sur la période allant du 1er mai au 13 juin. À Mayotte, le nombre de décès enregistrés du 1er janvier au 13 juin 2022 est supérieur de 18 % à celui constaté sur la même période de 2019. Nous publions ci-dessous le communiqué de l'Inse. (Photo d'illustration)

Du 1er janvier au 13 juin 2022, 306 524 décès, toutes causes confondues, sont enregistrés en France à la date du 24 juin 2022, soit 6,5 % de plus qu’en 2019 (+ 18 623 décès). Ce nombre est toutefois encore provisoire et sera révisé à la hausse dans les prochaines semaines.

Ainsi, sur la période allant du 1ᵉʳ janvier au 23 mai, le nombre de décès, qui était de 273 505 lors de la diffusion du 3 juin, est revu à la hausse pour s’établir à 275 355 à la date du 24 juin, soit une révision de + 0,7 %. La hausse du nombre de décès par rapport à la même période en 2019, qui était estimée à + 6,8 %, est révisée à + 7,6 %.

Entre le 1er janvier et le 13 juin 2022, les décès toutes causes confondues sont moins nombreux qu’à la même période en 2021 (– 6 685, soit – 2,1 %) et proches de ceux de 2020 (– 1 353, soit – 0,4 %). Si, sur la période janvier-février, les décès en 2022 sont proches des décès en 2021 (– 0,4 %), ils sont nettement supérieurs à ceux de janvier-février 2020 (+ 13,6 %), en raison d’une grippe saisonnière ayant entraîné peu de décès début 2020 ; en comparaison avec janvier-février 2019, les décès en 2022 sont plus élevés de 6,3 %.

En revanche, sur la période mars-avril, les décès de 2022 sont inférieurs à ceux de 2021 (– 2,6 %) et très nettement inférieurs à ceux de 2020 (– 13,1 %), en raison de la 1ère vague de la Covid-19 ; en comparaison avec 2019, sur la période mars-avril, les décès de 2022 sont supérieurs de 10,0 %. Selon les données provisoires du 24 juin, sur la période allant du 1er mai au 13 juin, le nombre de décès en 2022 est inférieur à celui de 2021 (- 4,4 %) et légèrement supérieur à celui de 2020 (+ 1,2 %) ou de 2019 (+ 1,4 %). Pour suivre l’évolution de la mortalité en 2022, comme pour le suivi de la mortalité en 2021, l’Insee fait le choix de privilégier la comparaison avec l’année 2019, année sans épidémie Covid-19 (conférer le commentaire relatif à la période du 1ᵉʳ janvier au 31 mai 2021).

Selon les données provisoires du du 24 juin 2022, le nombre de décès moyen par jour est de 1 630 en mai 2022, soit en baisse par rapport à avril 2022. En avril, il était de 1 860, soit en légère augmentation par rapport à mars 2022 (1 840), alors que le nombre de décès quotidiens n’avait cessé de diminuer depuis le début de l’année (2 150 en janvier 2022, 2 030 en février 2022, conférer la page des Synthèses pluriannuelles).

En France métropolitaine, le nombre de décès enregistrés entre le 1ᵉʳ janvier le 13 juin 2022 est supérieur de 6,3 % à celui mesuré sur la même période en 2019.

Sur cette période, toutes les régions de France métropolitaine enregistrent une hausse des décès. Elle est la plus prononcée en Corse (+ 14 %), en Provence-Alpes-Côte d’Azur (+ 8 %), Occitanie (+ 8 %) et Nouvelle-Aquitaine (+ 8 %). Elle est la plus faible en Bourgogne-Franche-Comté (+ 4 %).

Les départements d’outre-mer connaissent une hausse très importante des décès entre 2019 et 2022 sur la période allant du 1ᵉʳ janvier au 13 juin (+ 25 %). La hausse des décès est particulièrement élevée à La Réunion (+ 38 %) et la moins marquée en Guyane (+ 7 %).

Pour les départements d’outre-mer les moins peuplés, ces évolutions doivent être interprétées avec précaution, le nombre de décès pouvant davantage fluctuer d’une année sur l’autre.

   

1 Commentaire(s)

La toxicité, Posté
200000 contaminations avec le masque, le gel, le vax il y a même pas 6 mois. Arrêtez de dire n'importe quoi. On peut rien faire contre un virus.