A la pompe :

Les prix des carburants augmentent encore, le gaz baisse légèrement


Publié / Actualisé
Les prix à la pompe sont en augmentation, annonce la préfecture dans un communiqué publié ce jeudi après-midi 30 juin 2022. A partir du vendredi 1er juillet, le litre de sans plomb passe à 1,94 euro (+ 16 centimes). Le gazole grimpe à 1,64 euro litre (+ 17 centimes). Seul la bonbonne de gaz est en légère baisse et passe à 21,88 euros (- 1,37 euros)
Les prix à la pompe sont en augmentation, annonce la préfecture dans un communiqué publié ce jeudi après-midi 30 juin 2022. A partir du vendredi 1er juillet, le litre de sans plomb passe à 1,94 euro (+ 16 centimes). Le gazole grimpe à 1,64 euro litre (+ 17 centimes). Seul la bonbonne de gaz est en légère baisse et passe à 21,88 euros (- 1,37 euros)

La préfecture a publié le communiqué suivant concenant les prix à la pompe

L’établissement des prix des carburants et du gaz tient compte des conditions réelles du marché et le mécanisme de réglementation de ces prix permet d’assurer la transparence sur la formation des prix des hydrocarbures. Ainsi, sont notamment pris en compte des paramètres fluctuant à chaque mois telles que la parité euro/dollar et la cotation des produits à l’importation.

Pour juillet, et comme pour les mois précédents une aide exceptionnelle de l’État de 15 cts par litre s’applique pour les carburants éligibles.

En juin, les cours mondiaux des carburants ont poursuivi la tendance haussière (+ 16,65 % pour le gazole et + 7,56 % pour le sans-plomb) qui s’inscrit dans la continuité de la flambée des matières premières, induite par les crises et risques actuels (conflit russo-ukrainien et sanctions contre la Russie, situation pandémique, politiques monétaires) qui maintiennent le marché mondial sous tension.

En ce qui concerne le gaz, les cotations mensuelles enregistrent une baisse à 750 $/TM (soit – 12,79 % pour le butane et – 11,76 % pour le propane).

La parité euro-dollar connaît une très légère amélioration qui permet à l’euro de gagner en valeur, mais sans impact sur les prix. La moyenne des parités sur 15 jours ouvrés s’établit à 1,0592 $ pour 1 €.

Les taxes environnementales (CEE) sur les carburants routiers sont en légère baisse (- 2,50%) mais là encore sans incidence sur le prix final consommateur de ces produits.

Enfin, les frais de passage, comme les marges de gros et de détail fixées par arrêté préfectoral, restent pour leurs parts inchangés.

Il en découle ainsi :
- pour le sans plomb : le prix public est en hausse à 1,94 €/litre (+ 16 cts) par rapport au mois précédent. Cette évolution s’explique principalement par la hausse de la cotation.
- pour le gazole : le prix de vente est également en hausse à 1,64 €/litre (+ 17 cts) là encore, du fait de la hausse des cotations (+ 15 cts environ au final)
- pour le gaz : le prix final de la bouteille est en forte baisse à 21,88 € (- 1,37 €). Ceci s’explique principalement par l’évolution à la baisse des cotations (- 12,69 % en cumulé soit près d’1,30€ en moins), renforcée par l’affaiblissement du dollar face à l’Euro.

   

2 Commentaire(s)

Templier974 , depuis son mobile , Posté
La cause de cette augmentation n'est pas la guerre. Il faut bien renflouer la caisse de l'état avec les injections contre la covid car ce n'est pas un vaccin. Il ne faut pas nous prendre pour des lapins de 6 semaines. Vivre la Réunion.
Thomas, Posté
bientôt plus d'écart avec la métropole.