Ils interpellent le Parlement :

Convention canne : Jean-Hugues Ratenon et Perceval Gaillard demandent une enquête parlementaire


Publié / Actualisé
Suite à une nouvelle réunion entre planteurs et industriels le mardi 28 juin 2022, aucun accord n'a encore été trouvé concernant la convention canne 2022-2027. Pour apporter son soutien et dénoncer cette situation, les députés Jean-Hugues Ratenon et Perceval Gaillard ont interpellé le gouvernement. Voici la lettre qu'ils ont adressé. (Photo d'illustration : rb/www.ipreunion.com)
Suite à une nouvelle réunion entre planteurs et industriels le mardi 28 juin 2022, aucun accord n'a encore été trouvé concernant la convention canne 2022-2027. Pour apporter son soutien et dénoncer cette situation, les députés Jean-Hugues Ratenon et Perceval Gaillard ont interpellé le gouvernement. Voici la lettre qu'ils ont adressé. (Photo d'illustration : rb/www.ipreunion.com)

La campagne sucrière devrait débuter la semaine prochaine, elle fait vivre plusieurs milliers de familles Réunionnaises par ses emplois directs et indirects. Force est de constater qu’à chaque campagne sucrière nos planteurs canniers doivent se battre afin d’obtenir le juste prix de leur travail, afin de faire  vivre leur famille dans de bonnes conditions. 

Depuis le 14 juin, les planteurs manifestent leur inquiétude sur cette nouvelle campagne sucrière. 

À chaque fois les politiques sont appelés à soutenir la filière autant du côté des planteurs que du côté  des industriels. Nous répondons présent à chaque fois, nous appelons l’État et l’Europe à soutenir la  filière par le maintien ou par l’abondement des subventions existantes. 

Néanmoins, nous constatons qu’à chaque campagne, les industriels rechignent sur les sommes à payer. Or ce sont bien ces derniers qui obtiennent le plus d’aides, ce sont ces derniers qui dictent les tonnages à fournir, les hectares de terres à exploiter, qui souvent freinent la diversification agricole des  agriculteurs qui souhaitent améliorer leur revenu par des activités oscillaires. 

Face à ces actes répétitifs, face à cette situation de dominants et de dominés, cela ne peut plus durer.  La canne fait partie de notre histoire, de notre culture, de notre mode de vie, nous ne pouvons pas la laisser dans les mains d'une multinationale qui fait des profits sur le dos des planteurs. 

Ainsi nous allons déposer sur le bureau de l'assemblée nationale une demande d'enquête parlementaire afin de faire toute la transparence sur le fonctionnement des industriels de la filière à La Réunion et notamment sur l’utilisation et la répartition des aides publiques et leurs conséquences sur la vie des agriculteurs. 

Dès que possible, nous échangerons avec nos collègues députés des Outre-Mer afin de travailler ensemble sur cette demande d’enquête parlementaire.

Jean-Hugues RATENON Député de la Réunion

Perceval GAILLARD  Député de la Réunion

   

2 Commentaire(s)

Papillon diurne, Posté
Dans notre pays, normalement, notre gouvernement peut tout faire, même la guerre (instrument politique au passage !), et les députés doivent en permanence être capables de contrôler l'action et l'activité dudit gouvernement, primo en commençant par ceux de ses membres (ministres, collaborateurs de ministres, etc.).En sont-ils à la hauteur : That's a question ' (je précise pour parvenir à les faire plier ou infléchir lorsque que c'est nécessaire, comme c'est exactement le cas dans ce dossier "cannes")Les blablas sur les réseaux sociaux toute la journée ne m'intéresse pas.
Foutant, Posté
mdrrrrr il ya deja eu une mission d'inspection ministerielle....... la com pour la comm