Une nouvelle réunion prévue mardi :

Planteurs : peu d'avancées obtenues après un nouveau jour de mobilisation


Publié / Actualisé
La mobilisation continue du côté des planteurs. Toujours postés devant la préfecture, ils ont rencontré les rhumiers à l'occasion d'une réunion en préfecture ce vendredi 1er juillet 2022. Si la journée s'est déroulée dans le calme, un nouveau barrage filtrant a été mis en place sur le Barachois en début de soirée, alors que les représentants syndicaux étaient toujours en réunion. Une rencontre qui n'a pas abouti, les proposions des rhumiers ne convenant pas aux syndicats.
La mobilisation continue du côté des planteurs. Toujours postés devant la préfecture, ils ont rencontré les rhumiers à l'occasion d'une réunion en préfecture ce vendredi 1er juillet 2022. Si la journée s'est déroulée dans le calme, un nouveau barrage filtrant a été mis en place sur le Barachois en début de soirée, alors que les représentants syndicaux étaient toujours en réunion. Une rencontre qui n'a pas abouti, les proposions des rhumiers ne convenant pas aux syndicats.

"Leurs proposions de nous conviennent pas, ils veulent mettre un contrat de performance : ils demandent un total de 1,5 millions de tonne de canne coupées pour recevoir une gratification supplémentaire de 13 centimes par tonne" a indiqué Emmanuel Thonon, du Comité paritaire interprofessionnel de la canne et du sucre (CPCS), à la sortie de la réunion. L’Etat a de son côté proposé une bonification de trois euros pour chaque point de fibre en plus, au-delà de 15,43, une nouvelle saluée par les syndicats.

Une nouvelle réunion se tiendra mardi à 9 heures au CTICS, situé dans le quartier de la Providence à Saint-Denis. Les industriels seront présents, Tereos est attendu avec de nouvelles propositions.

En attendant, les planteurs comptent bien rester sur Saint-Denis pour montrer leur mécontentement. Les tracteurs devraient rester dans les jardins de la préfecture jusqu’à mardi, jour où ils seront déplacés devant le CTICS. "Il est hors de question que nous quittions Saint-Denis tant que nous n’avons pas signé d’accord" ont martelé les syndicats en sortie de réunion.

- Peu d'avancées -

Depuis le début de la mobilisation, peu d'avancées ont été réalisées du côté des agriculteurs. Si l'Etat et Albioma semblent aller dans le sens des revendications portées par les syndicats, les rhumiers et Tereos n'apportent pas de propositions suffisantes aux yeux des planteurs.

Alors que la coupe de la canne aurait dû commencer cette semaine, la campagne sucrière prend du retard. Les syndicats appellent à la signature d'un accord rapide, indiquant que leur place "n'est pas à Saint-Denis mais dans les champs". Un durcissement du mouvement n'est pas à exclure si aucune avancée n'est trouvée mardi.

 www.ipreunion.com / [email protected]

   

1 Commentaire(s)

OLLIVIER , depuis son mobile , Posté
Peut être pourraient ils demander de l aide à Bello et son maître à penser l admirateur des dictateurs le stalinien mélenchon . Même aussi à son admirateur le soumis ratenon