Augmentation à la pompe :

Les prix des carburants une nouvelle fois au coeur de l'actualité économique et sociale


Publié / Actualisé
Porte-parole de la quasi-totalité des entreprises du département, les 3 chambres consulaires expriment d'une même voix une forte préoccupation sur l'avenir économique et les emplois à la Réunion et proposent aux Pouvoirs Publics un accompagnement adapté aux TPE-PME en difficulté. Nous publions ci-dessous leur communiqué. (Photo : rb/www.ipreunion.com)
Porte-parole de la quasi-totalité des entreprises du département, les 3 chambres consulaires expriment d'une même voix une forte préoccupation sur l'avenir économique et les emplois à la Réunion et proposent aux Pouvoirs Publics un accompagnement adapté aux TPE-PME en difficulté. Nous publions ci-dessous leur communiqué. (Photo : rb/www.ipreunion.com)

Au 1er juillet 2022 : une hausse du prix des carburants  à un niveau jamais atteint à la Réunion et qui frôlent la  barre des 2 euros pour le sans plomb ;

- Une flambée qui s’ajoute à une série d’augmentations  déjà constatées : frêt, intrants, matériaux ;
- Tous les secteurs d’activités et tous les profils  d’entreprises impactés : alimentation, bâtiment,  production et services ;
- Toutes les filières de production végétale et animale  sont confrontées à l’absence de garanties quant à la  pérennité des exploitations.

Les tensions inflationnistes accentuées par la  crise ukrainienne

- Les facteurs de production impactés : énergie, carburant,  fret, matières premières, intrants, alimentation animale ;
- Des ruptures d’approvisionnement ;
- L’augmentation des coûts de production ; · Une nécessité de sur-stockage et des flux sous tension.

Des inquiétudes à court et moyen terme pour  nos chefs d’entreprise

- La dérégulation de l’ensemble des marchés mondiaux  depuis la crise sanitaire du Covid-19 ;
- L’état du passif des entreprises ;
- Des dépenses supplémentaires qui pèsent sur les  comptes des entreprises et le pouvoir d’achat de notre  clientèle ;
- La multiplication des impacts liés aux aléas climatiques.

Nos demandes :

- Mise en place d’une concertation avec l’Etat et les  collectivités territoriales pour un Plan Régional de  Résilience Économique et Sociale :

Adaptation des critères des mesures d’aide du Plan  de Résilience Nationale au tissu économique des DOM  constitué essentiellement de TPE : plus en lien avec les  caractéristiques et les besoins de nos entreprises (report  et remise des charges sociales et fiscales, facilités de  trésorerie ;

Faciliter et sécuriser l’accès des TPE-PME à la  commande publique avec des modalités de révision des  prix intégrant les critères de l’imprévision.

Meilleure régulation des marchés

Transparence et régulation des prix pour éviter les  pratiques abusives et les dérives tarifaires ;

Renforcer les moyens d’investigation et d’action de  l’OPMR.

Un accompagnement renforcé des entreprises en  difficulté par :

La sauvegarde des entreprises relevant notamment  des secteurs traditionnels et de proximité faiblement  éligibles aux dispositifs existants (Plan de Résilience) ;

La mise en place d’un dispositif d’aide simple et  accessible au plus grand nombre des entreprises, à  l’instar de l’aide exceptionnelle mise en place lors de la  crise sociale des Gilets Jaunes ;

La mobilisation des 3 chambres consulaires CAR,  CMA et CCIR, comme interlocutrices privilégiées des  entreprises pour le montage des dossiers d’aide.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !