[EN DIRECT-PHOTOS/VIDEOS] Les camions mettent fin à leur blocage :

Les transporteurs satisfaits, les planteurs toujours mobilisés


Publié / Actualisé
Journée cruciale ce mardi 5 juillet 2022 pour les planteurs : une nouvelle réunion se tient en préfecture avec les industriels à partir de 9 heures. Alors que la campagne sucrière aurait déjà dû débuter, aucun accord n'a encore été signé. Plusieurs points de désaccord sont encore à régler entre sucriers et planteurs, notamment le prix du tonnage de la canne. Si aucune solution n'est trouvée, le mouvement de protestation pourrait encore se durcir. Deux hypothèses sont envisageables ce mardi : soit un accord est trouvé dans la journée, soit les discussions devront se prolonger jeudi, avec l'arrivée du ministre de l'Intérieur et du ministre délégué aux Outre-mer. Nous sommes en direct, suivez-nous (Photo rb/www.ipreunion.com)
Journée cruciale ce mardi 5 juillet 2022 pour les planteurs : une nouvelle réunion se tient en préfecture avec les industriels à partir de 9 heures. Alors que la campagne sucrière aurait déjà dû débuter, aucun accord n'a encore été signé. Plusieurs points de désaccord sont encore à régler entre sucriers et planteurs, notamment le prix du tonnage de la canne. Si aucune solution n'est trouvée, le mouvement de protestation pourrait encore se durcir. Deux hypothèses sont envisageables ce mardi : soit un accord est trouvé dans la journée, soit les discussions devront se prolonger jeudi, avec l'arrivée du ministre de l'Intérieur et du ministre délégué aux Outre-mer. Nous sommes en direct, suivez-nous (Photo rb/www.ipreunion.com)

  • IPR

    C'est la fin de ce live, merci de l'avoir suivi

     

  • IPR

    Michel Allamèle, transporteur, "Le Préfet est à l'écoute"

    "Ce qui a été dit avec le Préfet. Nous avons été bien reçus de la part de l'État. Le Préfet est à l'écoute." "Pour la ristourne, on va bientôt avoir la totalité de 8 centimes. Concernant l'aide exceptionnelle, le Préfet prend en charge ce dossier", explique le transporteur. "Ensuite, concernant le prix du gasoil. Si les donneurs d'ordre doivent se mettre autour d'une table et il faut que l'État soit là pour répercuter l'augmentation de la hausse du carburant sur le prix du travail", dit-il.

    Concernant le blocage, il devrait être levé par les transporteurs car la discussion est ouverte. "Le Préfet s'engage à ouvrir le dialogue. Mais seulement, si l'on voit qu'on a été roulé dans la farine, on reviendra", explique un transporteur.

    Les transporteurs vont donc mettre fin à leur blocage.

  • IPR

    Réunion terminée en préfecture pour les transporteurs

    Malgré leurs demandes, les transporteurs n'ont pas eu de réponses satisfaisantes. Reçus par le Préfet pendant près d'une heure cet après-midi, plusieurs choses ont été dites. Depuis, les transporteurs se concertent pour savoir quelles suites donner à leur mouvement.

  • IPR

    Les tracteurs ont regagné le Barachois

    Après avoir bloqué le carrefour du CHU Nord, les planteurs ont quitté le Boulevard sud à Saint-Denis pour retrouver le Barachois et la préfecture. Pour autant, il reste toujours 9km de ralentissements sur la Route du Littoral.

     

  • IPR

    Un barrage filtrant mis en place vers le CHU

    Les planteurs ont mis en place un barrage filtrant au niveau du carrefour du CHU Nord. La circulation est donc difficile, indique le CRGT. Un blocage qui provoque pour le moment, 8km de ralentissements sur la Route du Littoral. Selon la Direction des routes, cela n'est pas près de s'arranger.

     

  • IPR

    Les transporteurs reçus par le Préfet

    Alors que les planteurs circulent sur le Boulevard Sud, les transporteurs sont eux reçus par le Préfet de La Réunion.

  • IPR

    Les planteurs bloquent le Boulevard Sud

    Arrêtés au niveau de l'intersection menant au CHU de Saint-Denis, les tracteurs sont à l'arrêt, bloquant la circulation.

  • IPR

    Trois tracteurs quittent la préfecture

    Des planteurs ont décidé de remonter la rue de la Victoire-rue de Paris

  • IPR

    Les transporteurs s'installent sur le rond point de la caserne Lambert

    Une trentaine de poids-lourds ont fait le chemin jusqu'à Saint-Denis. Le cordon de police est toujors en place, empêchant le convoi d'accéder à la préfecture.

  • IPR

    La route du rond-point est bloquée par la police

    Le convoi est à l'arrêt au niveau de la caserne Lambert, les forces de l'ordre leur demande de libérer le rond-point.

  • IPR

    Le convoi de transporteurs arrive à Saint-Denis, suivez notre direct :

  • IPR

    Un convoi de transporteurs se dirige vers Saint-Denis

    Un convoi de l’intersyndicale des transporteurs se dirige vers Saint-Denis. Les transporteurs sont en grève ce mardi, et comptent déposer une motion auprès de la préfecture. Ils ont pris le départ depuis la Grande chaloupe, où ils étaient stationnés depuis ce matin. Ces derniers protestent contre la forte augmentation du prix des carburants ces derniers mois. Une vingtaine de camions ont pris le départ de la Grande chaloupe et se trouve actuellement sur la route du littoral.

    Le tunnel Cap Bernard est toujours fermé à la circulation, les automobilistes sont rediriger vers le boulevard Sud.   

    Le convoi roule uniquement sur la voie de droite, il n’y a pas de gêne particulière à la circulation. Les transporteurs ne devraient s’arrêter que temporairement à la préfecture.

  • IPR

    Aucune avancée significative suite à la rencontre avec les industriels

    Il n'y a pas "eu d'avancée significative, que ce soit concernant la coupe longue machine ou le partage des richesses". Aucun accord sur le prix de la tonne de la canne n'a été trouvé. "Il est hors de question que les industriels passent avant les agriculteurs" assène Emmanuel Thonon.

    L'Etat a réitéré son engagement face à la clause de revoyure, précisent par ailleurs les syndicats.

    De nouvelles propositions doivent être faites demain matin

  • IPR

    La réunion avec les industriels est terminée, une autre rencontre prévue demain matin

    Une nouvelle réunion doit se tenir demain à 9h30, toujours en préfecture

  • IPR

    Le Barachois est complètement bloqué

    Certains poids lourds ont du faire demi tour. Il ne reste plus qu’un camion citerne et un camion de transport de voiture bloqués dans le sens ouest nord, ainsi qu'un camion citerne et un camion frigorifique dans le sens inverse.

  • IPR

    Les planteurs déversent un chargement de canne au niveau du rond-point de la Caserne Lambert

    La circulation est coupée, la canne a été étalée sur toute la route. Plusieurs fourgons de police sont arrivés sur place.

  • IPR

    Les planteurs bloquent la circulation au niveau du Barachois

    "Nous allons signer une nouvelle convention, mais certainement avec des conditions qui ne nous conviennent pas. On ne croit plus au Père Noël, la balle est dans le camp des industriels, ce n'est pas aux ministres de trancher" estime Guy Dérand, ancien président de la Chambre d'agriculture, alors qu'une visite ministérielle est prévue ce jeudi. "On voit comment ils traitent les Outre-mer, on n'attend rien d'eux" ajoute l'agriculteur

  • IPR

    Des renforts arrivent de l'Est

    Le convoi vient d'arriver à Sainte-Clotilde. Il se dirige vers la préfecture

  • IPR

    Deux hypothèses sont possibles aujourd'hui

    L’État s’est déjà engagé sur une clause de revoyure permettant à Tereos de revenir à la table de négociation, dans le cas où le prix des intrants et autres matières premières serait en augmentation et ne permettrait plus à l’industriel de rentrer dans ses frais.

    Le préfet peut d'un côté déclarer que la réunion ne se terminera pas temps qu’un accord n’a pas été signé.

    Deuxième hypothèse : il peut rappeler les propositions qui ont déjà été faites, en l’occurrence la clause de revoyure, et transmettre à l’État les doléances des acteurs de la filière. Il reviendra alors au ministre de l’Intérieur et au ministre délégué des Outre-mer, qui arrivent  jeudi, de faire d’éventuelles annonces.

    Si c’est cette solution qui est retenue par l’État, les deux prochains jours risquent d'être de nouveau compliqués sur les routes de l'île. Le préfet s'est en tout cas longuement entretenu avec les planteurs avant le début de la réunion

  • IPR

    Les planteurs entrent dans la préfecture

    Comme à leur habitude désormais, les représentants syndicaux ont fait leur entrée sur la chanson "Eye of the tiger", qui tourne en boucle depuis 10 jours dans les jardins de la préfecture

  • IPR

    Tereos vient d’arriver en préfecture 

    La Région est également représentée. L'intersyndicale n'est, elle, pas encore rentrée

  • IPR

    Un convoi de tracteurs vient de prendre le départ depuis Sainte-Anne, en direction de Saint-Benoît

    Les agriculteurs sont appelés à la mobilisation ce mardi. "Amis planteurs, nous devons rester solidaires pour nous faire entendre ! Continuez à venir vous mobiliser avec nous ! C'est maintenant ou jamais !" interpellent les Jeunes agriculteurs

  • IPR

    Plusieurs dizaines de planteurs sont rassemblés devant la préfecture

    Alors que la réunion avec les industriels va débuter à 9h, les agriculteurs restent mobilisés. L'ambiance est détendue comme depuis le début de la mobilisation, la musique résonne dans les jardins de la préfecture

  • IPR

    Une dizaine de camions sont rassemblés à la Grande Chaloupe actuellement

    Les transporteurs sont aussi mobilisés ce mardi. Ils sont arrivés sur les lieux séparément, et non en opération escargot ni en convoi.

  • IPR

    Bonjour à tous, bienvenue dans ce direct

    Nous suivons cette nouvelle journée de mobilisation, restez avec nous

A propos

Après un week-end calme, la mobilisation reprend dans les jardins de la préfecture, suite à la tenue d'un pique nique devant la préfecture. L’intersyndicale des planteurs appelle une nouvelle fois à manifester, alors que les discussions s’enlisent entre agriculteurs et industriels.

Pour l’heure, suite aux nombreuses discussions entamées, seuls l’Etat et Albioma se sont engagés pour un accord convenant aux différents partis. Du coté des rhumiers et des sucriers, les négociations sont toujours au point mort : les différentes propositions avancées par les industriels sont loins des attentes des planteurs.

- Soutien des transporteurs -

Dès la matinée, des actions sont donc attendues de la part des syndicats. Une manifestation qui pourrait bien s’amplifier avec le soutien des transporteurs, en grève eux aussi ce mardi face à l’augmentation des prix du carburant.

La mobilisation continue en tout cas du côté des planteurs. Toujours postés devant la préfecture, ils ont rencontré les rhumiers à l'occasion d'une réunion en préfecture ce vendredi. Si la journée s'est déroulée dans le calme, un nouveau barrage filtrant a été mis en place sur le Barachois en début de soirée. La rencontre n’a  finalement pas abouti, comme depuis le début des discussions, les proposions des rhumiers ne convenant pas aux syndicats. L'intersyndicale attend toujours une réponse claire face à leurs revendications, notamment le prix de la tonne de canne.

Lire aussi - Planteurs : peu d'avancées obtenues après un nouveau jour de mobilisation

www.ipreunion.com / [email protected]

 

   

4 Commentaire(s)

Non au.blocage de la route , Posté
Ne bloquez pas les routes.
HULK, Posté
C'est "leur" planteur,il ne faut surtout pas y toucher, c'est le seul qui reste. Mdr.
Philo974, Posté
Bravo à eux. Tout comme en politique où la corruption, la voyoucratie et l'immoralité prévalent, dans le social faut montrer les dents, créer l'agacement, sortir de la zone de confort et surtout désobéir à tous ceux qui profitent du crime...
Lumière , Posté
Pourrait on savoir les subventions obtenues par les industriels et les grands groupes. Les gros mangent les petits souvent. Dans lendemains de la pêche,la legine est un.bon exemple. Après la legines,on a les langoustes.