[EN DIRECT] Convention canne :

Pour la préfecture "l'objectif est de signer la convention canne vendredi" indiquent les syndicats


Publié / Actualisé
En ce mercredi 6 juillet, nous sommes déjà au dixième jour de mobilisation des planteurs de canne devant la Préfecture. Une mobilisation qui rappelle celle de 2017 où les agriculteurs s'étaient rassemblés pendant treize jours. Hier, une nouvelle réunion s'est tenue en Préfecture entre les industriels et les planteurs. Aucune avancée significative n'a été apportée. Aujourd'hui encore, la réunion n'a apporté que peu de réponses entre industriels et planteurs. Une énième réunion se tiendra en préfecture ce jeudi. (Photo : rb/www.ipreunion.com)
En ce mercredi 6 juillet, nous sommes déjà au dixième jour de mobilisation des planteurs de canne devant la Préfecture. Une mobilisation qui rappelle celle de 2017 où les agriculteurs s'étaient rassemblés pendant treize jours. Hier, une nouvelle réunion s'est tenue en Préfecture entre les industriels et les planteurs. Aucune avancée significative n'a été apportée. Aujourd'hui encore, la réunion n'a apporté que peu de réponses entre industriels et planteurs. Une énième réunion se tiendra en préfecture ce jeudi. (Photo : rb/www.ipreunion.com)

  • IPR

    C'est la fin de ce live, merci de l'avoir suivi

     

  • IPR

     "L'objectif est de signer la convention canne vendredi" indiquent les syndicats

    Plusieurs propositions ont été avancées par Albioma, qui a proposé une enveloppe de 600 à 700.000 euros. Les syndicats ont demandé de revoir cette somme à la hausse, de nouvelles propositions sont attendues demain matin. Du côté des rhumiers aussi, le dialogue est bien entamé, la discussion continuera demain.

    Pour Tereos, la situation est toujours bloquée, malgré une avancée sur les cannes récoltées mécaniquement. Concernant le prix de la tonne de canne, Tereos doit faire une nouvelle proposition ce jeudi. Les syndicats espèrent pouvoir signer la convention canne vendredi

    "Pour l'instant, il n'y aucune proposition concrète de la part de Tereos, je reste donc inquiet" indique Dominique Clain, président de l'UPNA.

  • IPR

    Peu d'avancées aujourd'hui encore entre industriels et planteurs, une nouvelle réunion prévue demain matin

    "Il y a eu des avancées, notamment avec les rhumiers et Albioma qui ont avancé des chiffres. Pour Tereos, aucune avancée n'a été effectuée" a indiqué Serge Hoareau, vice-président du Département. Une nouvelle réunion aura lieu demain matin en préfecture.

  • IPR

    La mobilisation est bien plus faible que ce mardi

    Si la journée de mardi a été marquée par une forte mobilisation et des blocages de route, l'ambiance est beaucoup plus détendue ce mercredi. Une situation qui peut notamment s'expliquer par l'appel à la levée de tous les barrages. "Le préfet de La Réunion vient de contacter l’intersyndicale pour demander fermement la levée des barrages. Il n’est pas acceptable que les actions de mobilisation autour du contenu de la convention pénalisent l’ensemble des Réunionnaises et des Réunionnais" a indiqué la préfecture en fin de journée.

    "La bonne réponse n’est pas le blocage, mais le dialogue mis en place par le préfet. Ce dialogue est en cours et doit se poursuivre dans le respect de la liberté de circulation de nos concitoyens" a-t-elle ajouté

  • IPR

    La réunion va débuter

    Les représentants syndicaux entrent dans la préfecture. Les représentants de la Région et du Département, ainsi que Tereos, sont déjà à l'intérieur. Hier, la rencontre avait duré plus de trois heures, sans qu'aucune avancée significative ne soit réalisée

  • IPR

    Plusieurs dizaines de planteurs sont déjà devant la préfecture

    Aucun blocage de la circulation n'est prévu ce jour, alors que la réunion avec les industriels devrait commencer dans une dizaine de minutes.

  • IPR

    Bonjour à tous, bienvenue dans ce direct

    Nous suivrons une nouvelle fois la mobilisation des planteurs, alors qu'une nouvelle réunion avec les industriels se tient ce matin en préfecture. Restez avec nous

A propos

Après plus d’une semaine de mobilisation, la motivation des planteurs ne faiblit pas. L’intersyndicale appelle à ne pas lâcher, ne pas baisser les bras et se battre, quitte à retarder la campagne sucrière d’un mois. En effet, à l’issue d’une réunion qui a eu lieu hier en Préfecture, aucune avancée significative.I l n’y a pas eu d’avancée, que ce soit concernant la coupe machine ou le partage des richesses", expliquaient les représentants syndicaux à l’issue de la réunion. Pas d’accord non plus sur le prix du tonnage de la canne.

Pour l’heure, seuls l’État et Albioma ont réitéré leur engagement auprès des planteurs.

Hier matin, les agriculteurs avaient déversé un chargement de canne au niveau du rond-point de la Caserne Lambert à Saint-Denis. Dans l'après-midi, et afin de montrer leur mécontentement, plusieurs tracteurs avaient bloqué le carrefour du CHU Nord sur le Boulevard Sud, mettant en place également des barrages filtrants. Le mouvement pourrait donc se durcir encore plus. De toute façon, comme l'avait précisé Guy Dérand, ancien président de la Chambre d'agriculture, "on voit comment le ministère traite les Outre-mer, on n'attend rien d'eux." À l’aube d’une visite ministérielle de Monsieur Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et Jean-François Carenco, ministre délégué aux Outre-mer, la tension monte.

Lire aussi - Planteurs : peu d'avancées obtenues après un nouveau jour de mobilisation

Lire aussi - Appel à l'aide des planteurs : "sans convention, la filière cannes - sucre est morte"

www.ipreunion.com / [email protected]

   

7 Commentaire(s)

Missouk, Posté
C'est le même b... chaque année, et TEREOS joue le pourrissement, car la population râle contre le blocages. Ca pourrait finir par très mal tourner. Certains planteurs sont dans une m... noire, et disent n'avoir plus rien à perdre.
Anne, Posté
on veut du zamal la canne on s en fout je vais bloquer l ile tant que ce n est pas legalisé,yen a marre des ces planteurs pollueurs retournez en inde si vs etes pas content
GERARD97460, Posté
Les planteurs de canne de la Réunion ne comprennent pas à qui ils ont à faire en la personne de Téréos, la Réunion ne représente vraiment rien pour Téréos, ils sont là présent à la Réunion parce qu'il y a des subventions pour donner aux planteurs sinon ils seraient déjà parti de la Réunion car Téréos ne gagne pas d'argent à la Réunion, c'est mieux pour eux de travailler au Brésil car là bas ils sont le troisième producteurs de sucre de ce très grand pays, la Réunion est un grain de sable dans l'Océan du sucre de canne.Quand est ce qu'ils vont comprendre que la canne à sucre n'est plus l'avenir de la Réunion et qu'il faut passer à autre chose rapidement pour arrêter cette culture qui est réservée pour de très grande surface et ce n'est pas le cas de la Réunion où cette culture concerne que de très petits lopins de terre difficile à cultiver et cela a un coût astronomique et qu'il faut absolument abandonner cette culture qui n'est plus une culture pour la Réunion, le prix de la tonne de canne au Brésil est bien moins cher qu'à la Réunion, la tonne de sucre de canne brésilien est de moins de 200 euros, donc le sucre de la Réunion est vraiment incompétent sur le marché du sucre.Donc abandonnez cette plantation rapidement et passez à autre chose.
Lecteur974, Posté
Depuis quelques jours , les planteurs perturbent significativement la circulation routière. Constatant que les autorités les laissent faire, hier, ils sont passés à la vitesse supérieure : en entravant la circulation au niveau du Barachois , du rond-point de la caserne Lambert et du Boulevard Sud, ils ont crée un embouteillage monstre remontant jusque dans l'ouest. Si l'attitude des autorités ne change pas, c'est toute l'économie de l'île qui sera paralysée et à genoux. A cela s'ajoute la mise en danger d'autrui car ces blocages freinent l'accès aux soins, génèrent ou risquent de générer des situations d'insécurité grave sur les routes comme par exemple des piétons sur la route du Littoral, des voitures faisant demi-tour... . Le préfet doit donc réagir en faisant usage de la force pour lever les barrages et éviter qu'on en arrive à cet état des choses.
Angel , Posté
Cc c est rageant hier les planteurs ont bloqué sortie st denis pont vinh san aujourd'hui non hier nous avons été pris en otages blosuez la Préfecture Tereos mais pas nous jzi eue une grosse crise de panique ds les embouteillages c est pas permis de nous affliger cela suis en dépression sévère plus traumas je voulais m oxygéner ds l ouest vers 15h30 vous etes egoistes changez de plantations arrêtez votre entêtement innovez en Thailande ils lâchent le riz pour l ananas et autres cultures ! Il faut faire different pr avoir un résultat différent ! Remettez vous en cause !
974, Posté
Appel au calme, que les automobiles puissent rouler sereinement.
Spe , Posté
Ça vote Macron melenchon Bello la nupes et ça continue de chialer. Tous les ans Tereos par ci Tereos par la . Profession qui se décrédibilise et se ridiculise jusqu'à emmerder lâchement là population. Vive le sucre et le diabète pfff