Ils seront reçus par le ministre délégué aux Outre-mer :

Prix des carburants : "entendus par l'État", les transporteurs suspendent leur mouvement


Publié / Actualisé
Ce mardi 6 juillet 2022, les transporteurs s'étaient rassemblés avec une vingtaine de poids-lourds vers la Préfecture pour protester contre la hausse des carburants. Leurs camions garés sur le rond-point de la caserne Lambert, les représentants syndicaux ont été reçus par le Préfet de La Réunion dans l'après-midi. Une réunion dont les transporteurs sont sortis satisfaits, leurs demandes ayant été entendues. Ils ont décidé de lever leur blocage qui aura duré une journée, en tout et pour tout (Photo : rb/www.ipreunion.com)
Ce mardi 6 juillet 2022, les transporteurs s'étaient rassemblés avec une vingtaine de poids-lourds vers la Préfecture pour protester contre la hausse des carburants. Leurs camions garés sur le rond-point de la caserne Lambert, les représentants syndicaux ont été reçus par le Préfet de La Réunion dans l'après-midi. Une réunion dont les transporteurs sont sortis satisfaits, leurs demandes ayant été entendues. Ils ont décidé de lever leur blocage qui aura duré une journée, en tout et pour tout (Photo : rb/www.ipreunion.com)

Après une heure de réunion avec Jacques Billant, Préfet de La Réunion, les transporteurs sont sortis plutôt ravis de leur entrevue. "Nous avons été bien reçus de la part de l’État", a déclaré Michel Allamèle, président de l’intersyndicale des routiers réunionnais.

Parmi leurs demandes, une réduction sur le prix du gasoil. Une demande qui a été entendue puisque les professionnels de la route, à l’instar de leurs collègues de métropole, obtiennent une ristourne de huit centimes par litre d’essence. Concernant l’aide exceptionnelle, le transporteur indique que "le Préfet prend en charge le dossier".

Alors que leurs demandes ont été entendues, les transporteurs ont donc décidé de lever leur blocage et retirer les camions qui bloquaient le rond-point de la caserne Lambert à Saint-Denis. "On estime avoir été entendus par l’État, donc il n’y a plus de raison de maintenir le blocage", explique Hubert Poinapin, transporteur.

Cependant, Hubert Poinapin, président du syndicat réunionnais des transporteurs et terrassiers a prévenu, "si l’on voit que l’on a été roulé dans la farine, on reviendra".

Ils seront d’ailleurs reçus par le Ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin et son ministre délégué Jean-François Carenco pour évoquer ce sujet.

- Une réunion avec l’OPMR –

Même si les transporteurs ont été entendus, le prix des carburants n’en reste pas moins exorbitant. Pour rappel, depuis le 1er juillet, le litre de sans plomb passe à 1,94 euro (+ 16 centimes), tandis que le gazole grimpe à 1,64 euro litre (+ 17 centimes).

C’est d’ailleurs pour cela que l’Observatoire des prix des marges et des revenus de La Réunion (OPMR) va s’exprimer ce mercredi 6 juillet à Saint-Denis. Au cœur du sujet, l’augmentation des prix des carburants et ses conséquences en matière de recettes fiscales mais également la saisine de l’autorité de la concurrence par l’OPMR au sujet des pressions exercées par certains acteurs locaux pour l'abandon des rabais sur les prix à la pompe au mois de février dernier à La Réunion au regard du droit de la concurrence.

Porte-parole de la quasi-totalité des entreprises du département, les trois chambres consulaires expriment d’une même voix une forte préoccupation sur l’avenir économique et les emplois à la Réunion et proposent aux Pouvoirs Publics un accompagnement adapté aux TPE-PME en difficulté. Ils demandent la mise en place d’une concertation avec l’Etat et les collectivités territoriales pour un Plan Régional de Résilience Économique et Sociale, une meilleure régulation des marchés et un accompagnement renforcé des entreprises.

Un sujet qui sera également au cœur des discussions avec le Ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin et son ministre délégué Jean-François Carenco, attendus dans les prochains jours dans notre département.

Lire aussi - Hausse des prix des carburants : la Région "n'a aucune responsabilité dans cette augmentation"

ma.m/www.ipreunion.com / [email protected]

   

1 Commentaire(s)

Se tirer une balle dans le pied , Posté
Cela s'appelle se tirer une balle dans le pied. Il faut se calmer et ne pas perturber l'activité économique.