Epidémie :

Covid-19 : sept décès et une forte augmentation du nombre de cas


Publié / Actualisé
Pour la semaine du 27 juin au 3 juillet 2022 à La Réunion, le nombre de cas hebdomadaires est en forte augmentation pour s'établir à 2 869, contre 1 500 la semaine précédente, correspondant à un taux d'incidence en nette hausse qui s'établit désormais à 334 pour 100 000 habitants (175 la semaine dernière) et à un taux de positivité en forte hausse également puisqu'il se situe aujourd'hui à 17% (contre 12,7 % la semaine précédente). Nous publions ci-dessous le communiqué de la préfecture. (Photo d'illustration : rb/www.ipreunion.com)
Pour la semaine du 27 juin au 3 juillet 2022 à La Réunion, le nombre de cas hebdomadaires est en forte augmentation pour s'établir à 2 869, contre 1 500 la semaine précédente, correspondant à un taux d'incidence en nette hausse qui s'établit désormais à 334 pour 100 000 habitants (175 la semaine dernière) et à un taux de positivité en forte hausse également puisqu'il se situe aujourd'hui à 17% (contre 12,7 % la semaine précédente). Nous publions ci-dessous le communiqué de la préfecture. (Photo d'illustration : rb/www.ipreunion.com)

A ce jour, 4 lits de réanimation sont occupés par des patients positifs à la Covid-19.

Au cours des 7 derniers jours, 7 décès liés à la Covid-19 sont malheureusement à déplorer.
4 personnes n’étaient pas vaccinées ou présentaient un schéma vaccinal incomplet et présentaient des comorbidités. Les 3 personnes vaccinées présentaient des comorbidités.

Alors que les vacances scolaires approchent et qu’une augmentation de nouvelles contaminations est observée à La Réunion depuis deux semaines, nous devons tous rester prudents. Afin d’éviter une reprise épidémique de grande ampleur et un impact sur le système de santé (réanimation notamment), il est impératif de continuer à respecter scrupuleusement les consignes suivantes :

- se laver fréquemment les mains ou utiliser une solution hydro-alcoolique ;

- aérer régulièrement les pièces ;

- porter un masque en présence des personnes fragiles, dans les lieux à forte affluence (commerce, transports en commun…) et dans les espacesclos ;

- se tester dès les premiers symptômes et s’isoler immédiatement en cas de test positif.

Ces mesures sont des recommandations et font appel à la responsabilité de tous. Elles sont complémentaires de la vaccination, qui reste efficace contre les formes graves de la maladie.

Pendant les vacances, n'oublions pas les gestes barrières !

Ensemble, restons prudents

Afin d’éviter une reprise épidémique de grande ampleur et un impact sur le système de santé (réanimation notamment), il est impératif de continuer à respecter scrupuleusement les mesures combinées suivantes pour se protéger :

- Se laver fréquemment les mains -

Il est recommandé de se laver systématiquement les mains pendant 30 secondes ou utiliser un gel hydro-alcoolique dans ces situations :

-  après avoir pris les transports en commun,

- après chaque sortie à l’extérieur,

- après s’être mouché, avoir toussé ou éternué,

- avant et après s’être occupé d’un bébé,


- avant de préparer les repas, de les servir ou de manger.

- Aérer régulièrement les pièces -

Le virus émis dans les gouttelettes de salive, peut rester en suspension dans l'air des milieux clos pendant plusieurs heures.

L’aération fréquente des pièces de la maison ou de son appartement ou de son bureau est plus que jamais nécessaire, si possible au minimum 10 minutes toutes les heures.

- Porter un masque -

Depuis le 16 mai 2022, le port du masque n'est plus obligatoire dans les transports en commun, mais il reste fortement recommandé :

- dans les lieux à forte fréquentation, notamment les transports en commun ;

- en cas de promiscuité dans les lieux clos et lors des grands rassemblements,

- en présence de personnes âgées, immunodéprimées, malades chroniques et fragiles ;

- en cas de symptômes ;

- si on est contact à risque ou en fin d’isolement ;

- pour les personnes immunodéprimées, en capacité de le porter.
Le port du masque reste obligatoire dans les établissements de santé et médico-sociaux (hôpitaux, pharmacies, centres de santé, laboratoires de biologie médicale, Ehpad...) pour les soignants, les patients et les visiteurs.

- Se tester dès les premiers symptômes et s’isoler en cas de test positif -

Dès les premiers symptômes (toux, fièvre, maux de tête, fatigue, perte du goût/odorat…), réaliser un test permet de savoir si on est positif à la Covid-19.

En cas de test positif, il faut immédiatement s’isoler pour protéger ses proches et prévenir ses contacts afin de stopper le plus tôt possible les chaînes de transmission.

   

3 Commentaire(s)

Sissi974, Posté
Que faire quand un gouvernement ou ses ministres n'ont pas de meilleures idées, ou de plus fiables pour garantir et combattre un virus qui semble vouloir rester, muter ou multiplier au sein d'une population qui eux n'ont rien çà fou.... e ou ne se préoccupe peu de la santé !
Confiance ''', Posté
Pass, peut-on faire confiance à ce gouvernement 'Si finalement nous avions un gouvernement complètement différent, d'une autre majorité, avec un premier ministre (désir de Jean-Luc Mélenchon) nommé à Matignon, issue de la majorité qui est en fait l'opposition...On aurait pu dire : nouvelle page de l'histoire ! Nouvel air !Aujourd'hui nous avons les mêmes.Le ministre de la santé, le rasoir, chef de service des urgences qui a le plus mauvais score dans le covid en France !C'est quelqu'un clairement positionné en faveur du passe vaccinal !Le conseil scientifique ne fait que répondre aux questions qu'on lui pose, on n'a pas posé la question du pass sanitaire en population générale !Olivier véran avait dit, en période électorale, que les pays qui avaient utilisés le pass, le masque, n'avaient pas de meilleurs résultats.Ça veut bien dire que ça ne marche pas...''Via :https://www.youtube.com/watch'v=hAdM1Z2sTVM
Justine, Posté
Merci pour le titre qui indique le nombre de décès. IMAZPRESS respecte, ne banalise pas comme le font d'autres sites. Mais je serais curieuse de savoir sur quoi se basent nos responsables politiques et scientifiques, pour dire que ce vieux vaccin reste efficace contre les formes graves de la maladie. Tous les vieux, à partir de 60 ans, et ceux qui ont des commorbidités, ont-ils été contaminés et sauvés grâce au vaccin'Ces données manquent. Il est dit que les nouveaux variants sont contagieux mais pas dangereux. Peut-on développer une forme grave s'ils ne sont pas dangereux (point d'interrogation)