Sur les sentiers :

Grand Raid 2021 : sur la piste du dépassement de soi avec les infiltrés d'Imaz Press


Publié / Actualisé
Ils seront plus de 6.000 à s'engager sur les chemins des hauts, 6000 à courir si ce n'est pour la gloire, du moins pour y arriver, ARRIVER, voire simplement participer... Pour l'occasion et comme chaque année, Imaz Press suivra les courses de très près, notamment grâce à ses infiltrés qui parcourront les sentiers réunionnais (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Ils seront plus de 6.000 à s'engager sur les chemins des hauts, 6000 à courir si ce n'est pour la gloire, du moins pour y arriver, ARRIVER, voire simplement participer... Pour l'occasion et comme chaque année, Imaz Press suivra les courses de très près, notamment grâce à ses infiltrés qui parcourront les sentiers réunionnais (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Sanitaires mais pas moins raides, Diagonale des Fous, Trail de Bourbon, Mascareignes et Zembrocal vont faire honneur à Mafate dont les athlètes fouleront allègrement chemins et sentiers sur un sacré linéaire ! 49 km au total dans le cirque sur 160 km et 9400 m de dénivelé (D+) pour la Diagonale et ses "fous", 105 km et 6 140 m D+ pour les trailers, 72 km et 3 900 m D+ pour les coureurs engagés sur la Mascareignes.
 
 On sait que le site du départ sera finalement la Ravine Blanche (Saint-Pierre) et qu’en dépit de la réouverture du cheminement du Maïdo, l'ONF ne pouvant le garantir sans chutes de pierres, l'organisation, l'élimination du tracé a été décidé par l'organisation, sécurité oblige.

Toujours dans le registre changements, les compétiteurs de La Mascareignes partiront du stade Paul-Dominique Hubert à Hell Bourg et non plus de l’école de Grand Ilet. 

S'agissant de la Diagonale, les athlètes quitteront les sentiers de Mafate par Deux Bras, après un passage depuis la Brèche par les ilets des Orangers et des Lataniers puis la passerelle D’Oussy. Ils suivront ensuite le parcours de la Mascareignes.

Les trailers de Bourbon emprunteront eux aussi le chemin de Deux Bras, après un transit depuis la Brèche par les ilets des Orangers et des Lataniers puis la passerelle D’Oussy, le sentier d’Aurère, une descente en direction de la Porte et la Rivière des Galets. Ils laisseront Mafate derrière eux par la montée du mur de Dos d’Ane pour aboutir sur le chemin Ratineau et une fin de parcours classique.
 
Enfin, les relais de la Zembrocal partiront de Domaine Vidot (17h00) le 21 octobre 2021. Les partenaires devront couvrir 173km et grimper 11000m en dénivelé positif sur un tracé qui touche aux pentes du Piton de la Fournaise avant de dégringoler dans le cirque de Cilaos. Les traileurs s'offriront ensuite  Mafate par le col du Taïbit. Ils rallieront enfin la côte pour arriver au stade de la Redoute, à Saint-Denis.

Lire aussi : Grand Raid : une Diagonale plus courte et sans passage au Maïdo

- Nos "infiltrés" 2021 -
 
Qu'ils viennent de métropole ou qu'ils soient Réunionnais, tous sont amoureux de l'île et du Grand Raid. Nous les suivront dès la remise des dossards et jusqu'à l'arrivée de leur course. Nos "infiltrés" nous communiquerons leurs bons et mauvais moments, pas à pas, mots à mot… leur vécu. D'ores et déjà ils sont fiers de courir pour la cause défendue par Odyssea.
 
Sur la Diagonale des fous, nous retrouverons Helen Bounea, dossard 1215. Saint-pierroise sportive et enjouée, Helen Bounéa se lance dans sa première Diagonale, après avoir couru la Mascareignes il y a deux ans. Elle s'était engagée sur le Trail de Bourbon 2020, mais, chacun sait ce qu'il en est advenu…  

Sa première Diagonale, elle la prépare sérieusement, s'entraîne depuis le début de l'année avec son club de sport, Oxygène. Depuis le mois de mai le rythme des sorties en montagne a augmenté. Helen, en pleine forme s'est fixé comme objectif d'ARRIVER. "Vous avez la santé !  - On en parlera après..." répond-elle en riant.
 
Michel Porhel, dossard 1431, sera lui aussi sur les sentiers de la Diagole. Un centurion du raid ! Il nous vient de la région de Laval (Mayenne), il a découvert La Réunion grâce à sa fille installée sur l'île en 2007. C'est à l'occasion de sa première visite ici, en 2009, que Michel tombe raide dingue de La Réunion et du Grand Raid auquel il s'inscrit derechef, allant jusqu'au bout de sa première Diagonale. Il est vrai que ce jeune homme, "je n'ai que 65 ans…" précise-t-il, s'est frotté aux trail, au marathon entre autres courses de 100 km. Depuis sa "première fois", il a ajouté quatre Diagonales, un trail de Bourbon et une Mascareignes à son palmarès…   Son objectif cette année : "c'est terminer, c'est ça la vraie victoire, arriver au bout. Cette année je suis accompagné par mon gendre et un de ses amis, chacun fera sa course, mais c'est sympa."

De toutes ses expériences, le Grand Raid est la favorite, "nous sommes tombés amoureux de La Réunion, de l'ambiance du Grand Raid, son caractère technique, les rencontres… et puis courir pour une cause, Odyssea, ça motive. J'ai hâte d'arriver pour aller sentir les sentiers !".
 
Nous suivrons aussi Manon Dimier. Cette année, âgée de 28 ans elle est engagée sur le Trail de Bourbon, après avoir couru une Mascareignes en 2019. "C'est ma première course à plus de 100 km....Depuis 2019, je n'ai jamais cessé de m'entraîner, l'an dernier y compris, en dépit de l'annulation provoquée par l'épidémie" explique-t-elle.

Manon Dimier vivait à La Réunion, mais depuis décembre dernier, elle est installée à Chambéry. Le Grand Raid est pour elle un véritable bonheur, l'occasion d'un retour à La Réunion. Son objectif ? Pour elle aussi c'est arriver… "Car je me suis blessée cette année" confie-t-elle. Manon est une athlète accomplie, elle a couru surtout sur plat et semi-marathon, sans parler de ses randos sportives.

- Objectif : passer la ligne d'arrivée -
 
Luc Bizouerne, dossard 3.992.  Trailer débutant, sa première participation au Grand Raid passe par la Mascareignes. "C'est un défi pour moi, je n'ai jamais parcouru plus de 35 km en compétition".

Comme pour nombre d'engagés, la préparation a été un peu chaotique, confinements et couvre-feu obligent. "L'absence de compétition dans l'année n'a pas permis à nombre d'athlètes de mesurer leur niveau face à la concurrence (…) On dit souvent que les Réunionnais courent trop toute l'année. Peut-être que cette année les coureurs seront plus frais au départ" plaisante-t-il. "Pour moi, l'aventure, c'est réussir à finir ! Avec le changement d'itinéraire, le départ se faisant cette année depuis Hell-bourg et non plus Grand Ilet, on passe de 65 à 72 km de course. C'est un allongement conséquent pour moi, qui va me rajouter facilement deux heures de course…"  
 
 
Jérémy Benard, dossard 3.015, s'engagera sur la Mascareigne lui-aussi. "Sur liste d'attente pendant un moment, je n'ai su qu'en juillet que je pourrai participer à la course. Entre ça et le Covid-19, la préparation a été un peu compliquée, mais j'ai la chance d'habiter dans les hauts de Saint-Denis et d'avoir accès à certains sentiers pour pouvoir me préparer malgré les restrictions de déplacements. J'avais par exemple accès assez facilement au Pic Adam et à la Roche Ecrite" détaille-t-il.

"J'ai envie de participer à la course car c'est un défi physique, mais aussi mental. L'objectif principal c'est de terminer la course (…) Ce que je redoute, c'est sûrement la même chose pour tous les coureurs : me blesser pendant la course. J'espère retrouver du monde sur les sentiers, y trouver une bonne humeur et une bonne ambiance" s'enthousiasme-t-il.
 
Originaire de l'île, Jérémy Benard aime arpenter les sentiers, reconnaître les parcours… "J'y retourne ce week-end pour couvrir le parcours officiel maintenant qu'il est connu. C'est la première fois que je participe à une compétition aussi longue, même si j'ai déjà couru plusieurs trails, notamment en Métropole, mais jamais aussi long. C'est pour ça que je ne me mets pas d'objectif de temps : l'important c'est de prendre du plaisir, de franchir la ligne d'arrivée en bonne santé et de profiter de la fête à La Redoute"
 
plc/ipreunion.com / [email protected]

   

2 Commentaire(s)

Infiltration, Posté
Ah ça des infiltrés il y en a chez moi mais pas forcément pour relayer la juste information... C'est surtout pour semer encore plus la zizanie et aider le gouvernement à monter le peuple entre eux
Grand Covid, Posté
Le bon sens : annulation ! Mais les enjeux sont FINACIERS.