Une enquête est ouverte :

Attaque de chien à Saint-Paul : la préfecture rappelle son plan contre l'errance animale


Publié / Actualisé
Alors que le corps d'un homme présentant des morsures de chien a été découvert dans la nuit de vendredi 29 avril 2022 à la Saline-les-Hauts, la préfecture annonce qu'une enquête a été ouverte par le parquet de Saint-Denis. Elle rappelle par ailleurs que ce sont "les maires qui disposent de la compétence en matière de gestion de l'errance animale". "L'État s'engage massivement à leurs côtés pour les accompagner, ainsi que les présidents d'intercommunalités." précise-t-elle (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Alors que le corps d'un homme présentant des morsures de chien a été découvert dans la nuit de vendredi 29 avril 2022 à la Saline-les-Hauts, la préfecture annonce qu'une enquête a été ouverte par le parquet de Saint-Denis. Elle rappelle par ailleurs que ce sont "les maires qui disposent de la compétence en matière de gestion de l'errance animale". "L'État s'engage massivement à leurs côtés pour les accompagner, ainsi que les présidents d'intercommunalités." précise-t-elle (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Depuis 2017, un plan partenarial de lutte contre l’errance animale a été signé entre l’État et ses partenaires. Ce dernier a été reconduit pour la période 2019-2022, avec un engagement financier de l’Etat à hauteur de 2 millions d’euros. Ce plan prévoit les actions suivantes :

- renforcement des campagnes de stérilisation : avec un soutien financier de l’État de 200.000 euros par an sur 3 ans (2020-2022). L’objectif à atteindre est de 2.000 stérilisations supplémentaires par an, ce qui représente une augmentation de 50 % des stérilisations.

- soutient aux investissements sur les infrastructures (refuges et fourrières) : l’État soutient à hauteur de 900.000 euros les investissements de construction, d’agrandissement ou de réhabilitation de bâtiments gérés par les établissements publics de coopération intercommunale, ainsi que les études préalables. Par ailleurs, le plan France Relance intègre 300.000 euros dévolus au soutien des refuges associatifs.

- amélioration des moyens de capture (15.000 euros)

- communication sur l’errance animale : des campagnes d’information destinées à sensibiliser le public sur l’importance de stériliser, d’identifier et surveiller son animal sont mises en place chaque année. Elles sont co-financées par l’État à hauteur de 55.000 euros par an.

Pour mémoire, la population canine dans l’espace public est estimée à environ 73.000 chiens dont environ 42.000 chiens errants sans propriétaire et 31.000 chiens divagants. En moyenne 8.000 chiens et 2.500 chats sont capturés chaque année par les fourrières dont "la grande majorité est euthanasiée, faute d'avoir pu retrouver le propriétaire ou de pouvoir les faire adopter via les associations locales".


 

   

2 Commentaire(s)

Léon, Posté
les chiens errants doivent être capturés, mis en fourrière et euthanasies si personne ne les réclame.
Missouk, Posté
La Préfecture peut rappeler tout ce qu'elle veut, il se trouve que plusieurs élevages sont toujours la cible de hordes de chiens errants. Donc... le problème reste entier !