Hausse des prix :

Salon de la Maison : les entreprises pas (tout à fait) à la fête


Publié / Actualisé
Du samedi 30 avril au dimanche 8 mai 2022 s'est tenue la 33ème édition du Salon de la Maison au Parc des expositions de Saint-Denis. 300 exposants étaient présents. Tous espéraient remplir leur carnet de commandes dans un contexte de crise. Si l'organisation se félicite des 90.000 visiteurs venus sur le Salon, les entrepreneurs regrettent une "faible affluence". Crise Covid à part, il n'annonce pas aussi rentable que ceux des autres années (Photo rb/www.ipreunion.com)
Du samedi 30 avril au dimanche 8 mai 2022 s'est tenue la 33ème édition du Salon de la Maison au Parc des expositions de Saint-Denis. 300 exposants étaient présents. Tous espéraient remplir leur carnet de commandes dans un contexte de crise. Si l'organisation se félicite des 90.000 visiteurs venus sur le Salon, les entrepreneurs regrettent une "faible affluence". Crise Covid à part, il n'annonce pas aussi rentable que ceux des autres années (Photo rb/www.ipreunion.com)

Le constat est fait par plusieurs entreprises réunionnaises, comme celle de Serge Mas, gérant des cuisines Schmidt. "On ne peut pas parler d’affluence. On sent un frémissement mais ce n’est pas reparti comme dans les salons qu’il y avait il y a trois ou quatre ans", constate-t-il. "C’est encore un peu mou. On a du monde mais moins qu’avant" dit-il.

Il estime la baisse de fréquentation à environ 15%. Avec cette affluence moindre, le carnet de commandes est-il tout de même rempli ? "La situation est comme en Métropole, en raison de la situation économique les gens hésitent à faire des des achats", explique Serge Mas. "On ne peut pas dire qu’on ne vend pas, on a beaucoup de devis mais ce n’est pas l’euphorie d’avant", dit-il encore.

Selon les chiffres des organisateurs, fournis ce dimanche soir, 90.000 personnes ont foulé les allées de la Nordev cette année. Une fréquentation effectivement en baisse par rapport à l'année 2019. Pour rappel, en 2020, la Salon n'avait pas eu lieu en raison de la crise sanitaire. En octobre 2021, 52.000 visiteurs s'étaient déplacés mais le contexte de crise permet difficilement de comparer la fréquentation de cette année à celle de l'an passé.

Lire aussi - Le Salon de la Maison 2022 était un "Salon de la reprise"

- Réticence des clients -

Le chef d'entreprise Serge Mas le sait bien, la cuisine est un achat important. "Tout le monde veut avoir sa cuisine mais le renouvellement ne se fait pas comme il se faisait dans les années antérieures." Pour Serge Mas, la réticence des clients vient également de la hausse des prix. "Les tarifs ont tellement augmenté... Nous sommes tributaires du coût du transport, en forte hausse. Nous avons donc dû accroitre le prix de 6%." Il ajoute : "les devis étant plus élevés, cela freine certains acheteurs". Écoutez :

- Les commandes se maintiennent (difficilement) -

Dans ce contexte de hausse des prix donc, les visiteurs du Salon de la Maison se sont donc fait plus rare que les années précédentes, affirment les exposants. "Il y a eu une fréquentation correcte mais ce n’est plus les belles années où les allées étaient remplies de monde", appuie Stéphan Patrouix, directeur de la Maison de la Literie à Sainte-Clotilde.

Cependant, même si le public est moins nombreux, les personnes qui viennent ont souvent un projet bien réfléchi en tête. Une réalité pour Stéphan Patrouix. "On reprend en 2022 et on voit que les clients qui viennent ont un projet immédiat dans les trois à six mois à venir", explique-t-il. "Nous avons moins de passage dans les allées, moins de volumes, mais des clients qui achètent."

Les tarifs parfois hauts ne semblent pas freiner les clients de ce stand. "Les personnes veulent se faire plaisir en termes de canapés, de lits. Les gens investissent et montent en gamme", indique le directeur de la Maison de la Literie à Sainte-Clotilde. "On se bat avec le fabriquant pour essayer de maintenir le prix actuel mais après le Salon, il y aura une augmentation sur les matières premières comme le bois ou le métal", précise-t-il. Une augmentation qui se répercutera forcément - à nouveau - sur le prix d’achat des matelas. Écoutez :

Aucun secteur ne semble épargné. L’entreprise Sun Set Piscine où travaille Mickaël Thooris, commercial, ressent également la hausse des prix. "Les gens ont des réticences avec le coût de la vie qui augmente" dit-il. Cependant, malgré cette augmentation des tarifs, l'entreprise arrive à avoir de l’activité. "Nous arrivons toujours à avoir des commandes, même si c’est moins que les années précédentes."

Pour l’entreprise de piscines, le pic a eu lieu l’année passée. "Il y a eu un gros boum, Covid oblige, car les gens ont eu des économies et voulaient être bien chez eux avec un spa ou une piscine", note-t-il. Des visiteurs moins nombreux en 2021 mais à en croire les entrepreneurs, plus enclins à l'achat. Concernant les prix, Mickaël Thooris explique que "tout a augmenté, le fret, la coque en pétrole, les matières premières. Mais on essaye d’absorber les frais pour éviter une augmentation trop élevée pour les clients".  Écoutez :

- Le plaisir d'être là malgré tout -

Si l’affluence au Salon de la Maison est plus faible, les Réunionnais croisés lors de cet événement sont ravis d’être là. C’est également ce que constate les vendeurs, comme Yassine Mohamed, commercial chez Atlas. "Les Réunionnais sont contents de profiter du Salon de la Maison. Il y a plus de commandes." Pour faire profiter les clients, la marque essaye de garder des prix attractifs. Écoutez :

"Nous essayons au mieux de garder nos prix pour faire profiter les personnes de tarifs intéressants malgré la crise", explique Yassine Mohamed. Cette 33ème édition du Salon de la Maison est, comme le décrit le commercial, "l’occasion pour les entreprises de se relever après la crise sanitaire et la guerre en Ukraine. C’est le salon du renouveau", conclut-il avec le sourire.

Un avis partagé par l'organisation. "Le Salon a été marqué par la bonne humeur, le plaisir de se retrouver et de retrouver sa vie d’avant", note Mickaël Martin, directeur de la Nordev. "Le fait de ne plus avoir de masque, de retrouver le Salon sur une configuration presque normale, tout le monde était heureux", ajoute-t-il.

ma.m/www.ipreunion.com / [email protected]

   

2 Commentaire(s)

ZembroKaf, Posté
A part la "Nordev" qui essai de trouver quelques satisfaction... le salon de la maison commence a ressemblé aux archaïques "braderies" des "centre ville"...rien d'innovant !!! le seul gagnant c'est la "Nordev" qui encaisse les location, les sponsors, les subventions, la billetterie... !!! Bon à St Pierre cette semaine il y a le salon du livre "Athéna" beaucoup plus intéressant "intellectuellement" !!! @"ZIP" ++++++1
ZIP, Posté
On parle de salon, de cuisine, de piscine....Pourquoi il a peu d'information sur l'aménagement des salles de bain avec une population vieillissante où l'accessibilité doit être pris en compte pour nos gramounes. Et les aides qui existent , il faut en parler et ne pas attendre que nos vieux où vieilles ne peut plus enjamber leur baignoire pour voler à leur secours .