Action symbolique ce mercredi :

Les entrepreneurs réunionnais crient au feu dans l'économie


Publié / Actualisé
Les acteurs économiques de La Réunion (CCIR, chambre des métiers et de l'artisanat, CGPME Réunion, UPA, ADIR, CAPEB, La Réunion Économique, Medef, ARTIC, FRBTP, FRCA) crient au feu. Dans un communiqué publié en fin d'après-midi ce lundi 14 octobre 2013, ils invitent les entreprises à déclencher, ce mercredi 16 octobre, un exercice "incendie", "idéalement à 12 heures 30" afin d'alerter sur la situation critique de l'économie et de l'emploi à La Réunion. "Les commerçants, artisans, professions libérales et tous sympathisants pourront s'associer à cette action au travers de rassemblements organisés devant les mairies", soulignent-ils.
Les acteurs économiques de La Réunion (CCIR, chambre des métiers et de l'artisanat, CGPME Réunion, UPA, ADIR, CAPEB, La Réunion Économique, Medef, ARTIC, FRBTP, FRCA) crient au feu. Dans un communiqué publié en fin d'après-midi ce lundi 14 octobre 2013, ils invitent les entreprises à déclencher, ce mercredi 16 octobre, un exercice "incendie", "idéalement à 12 heures 30" afin d'alerter sur la situation critique de l'économie et de l'emploi à La Réunion. "Les commerçants, artisans, professions libérales et tous sympathisants pourront s'associer à cette action au travers de rassemblements organisés devant les mairies", soulignent-ils.

Avec cette action symbolique, il s’agit, pour les représentants du monde économique, de sensibiliser l’ensemble des Réunionnais, des pouvoirs publics, des collectivités, sur la situation des entreprises réunionnaises.

"En effet, déjà fragilisé par nos handicaps structurels et alors le chômage dépasse les 30%, à La Réunion, notre territoire est très lourdement pénalisé par une instabilité fiscale et sociale permanente, une augmentation continue de la fiscalité, une aggravation des charges pesant sur les entreprises, un accroissement permanent de la complexité administrative qui étouffe toutes initiatives entrepreneuriales, et une absence systématique de concertation et de non prise en compte des spécificités du territoire réunionnais", expliquent-ils.

Selon eux, "le recentrage annoncé des exonérations de charge est caractéristique de cet état d'esprit démissionnaire de nos élus". "Ces augmentations de charge ne s'accompagnent d'aucune reprise de l’activité à la Réunion, mais témoigne davantage d’un recul important des investissements publics. Dans le même temps, la diminution des marges des entreprises depuis plusieurs années réduit nombre d'entre elles à une agonie certaine, à un moment où elles auraient au contraire un besoin vital de compétitivité", poursuivent-ils.

Par ailleurs, les acteurs du monde économique soulignent que leurs "différentes demandes au plus haut niveau de l'Etat sont à l’heure actuelle demeurées lettres mortes". "Nous avons l’horrible sentiment de ne pas être écoutés, encore moins d’être entendus", concluent-ils, avant de noter que cette action est le "seul moyen légitime de capter l'attention de nos interlocuteurs politiques qui n'ont toujours pas compris que la colère gronde, que le chaos menace, que nos entreprises sont réellement en danger".

   

1 Commentaire(s)

Ru Do, Posté
C'est malheureux quand même ça fait des mois voire des années qu'on entends ces messages d'alerte et rien ne bouge...... les pauvres (entrepreneurs)...pas sur qu'ils récoltent les fruits de leurs actions..
En même temps, la chose positive, c'est que les entreprises de "Charlots" disparaîtront, ça fera du bien au marché local...