Assemblée générale de la CCIR :

Le budget rectifié 2014 a été adopté


Publié / Actualisé
L'assemblée générale de la chambre de commerce et d'industrie de La Réunion s'est tenue ce mardi 30 septembre 2014. Après plus de 3 heures de débats, les élus de la CCIR ont adopté à une large majorité le budget rectifié 2014. Quatre représentants, notamment des membres du Medef et de la CGPME, ont voté contre.
L'assemblée générale de la chambre de commerce et d'industrie de La Réunion s'est tenue ce mardi 30 septembre 2014. Après plus de 3 heures de débats, les élus de la CCIR ont adopté à une large majorité le budget rectifié 2014. Quatre représentants, notamment des membres du Medef et de la CGPME, ont voté contre.

Ibrahim Patel ressort satisfait de cette assemblée générale. Le vote du budget rectifié - qui était à l’origine de débats houleux en juin dernier - a été voté à une large majorité. "Sur l’ensemble des pôles, la chambre de commerce présente un budget excédentaire à tous les niveaux", assure le président de la CCIR.

Un avis que ne partage pas vraiment Pascal Plante, son principal opposant au sein de la chambre de commerce et d’industrie. "Les sources de produit se tarissent de jour en jour. La CCIR est en déficit. On ne gère plus la chambre, on fait de la gestion politique de cette maison. Or, la chambre a besoin d’un gestionnaire", affirme l’élu consulaire de la CGPME qui a voté contre l’approbation du budget rectifié 2014.

"Nous sommes dans une situation très difficile. Il faut prendre des mesures managériales et créer de l’activité afin de faire face à nos charges", continue-t-il. A ce sujet, le président de la CCI est en partie d’accord : "nous sommes inquiets pour les années à venir, car nous seront délestés de 36,1 % de taxes. Nous serons obligés de mettre en place une réduction de la masse salariale, ainsi que certaines charges externes afin de ne pas avoir à faire de plan social."

L’avenir de la chambre de commerce et d’industrie de La Réunion est-il pour autant menacé ? Non, répond Ibrahim Patel. "Nous avons les moyens de tenir nos engagements, mais malheureusement l’Etat a pondu une loi en 2013 qui n’est pas favorable à l’ensemble des chambres de commerce et d’industrie du pays", regrette-t-il.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !