Tribune libre du président de la Chambre de commerce :

L'implication des établissements bancaires est attendue


Publié / Actualisé
Monsieur le Président,
Vous avez pris connaissance tout comme moi de la décision du Président de la République de prolonger la période de confinement jusqu'au 11 mai prochain. Comme vous le savez cette prolongation va renforcer les difficultés des Très Petites Entreprises réunionnaises qui sont déjà pour beaucoup en détresse économique, n'ont plus de trésorerie et ne pourront que très difficilement, voire pas du tout, faire face au règlement de leur charges. Leur survie est désormais engagée.
Monsieur le Président,
Vous avez pris connaissance tout comme moi de la décision du Président de la République de prolonger la période de confinement jusqu'au 11 mai prochain. Comme vous le savez cette prolongation va renforcer les difficultés des Très Petites Entreprises réunionnaises qui sont déjà pour beaucoup en détresse économique, n'ont plus de trésorerie et ne pourront que très difficilement, voire pas du tout, faire face au règlement de leur charges. Leur survie est désormais engagée.

Lors d'une réunion organisée la semaine dernière avec les représentants d'Associations, j'ai été interpellé sur les difficultés qu'ont de nombreux chefs d'entreprises à obtenir de la part de leur banque le Prêt Garanti par l'Etat (PGE).

Toutes ont vivement exprimé le sentiment de ne pas avoir leurs banques à leur côté ce qui en période de crise, vous en conviendrez, n'est pas supportable.
En tant que représentant des Banques de La Réunion, votre intervention est nécessaire et attendue pour faire évoluer et simplifier le traitement des dossiers afin de faciliter la mobilisation du PGE, qui je le rappelle est garanti à 90 % par l'Etat et abondé par la Région Réunion pour les 10 % restants et ne représente aucun risque pour vos établissements.

Comme l'a rappelé hier le Président de La République, il me parait essentiel que les Banques réunionnaises soient pleinement associées à cet effort de solidarité national et fassent preuve comme l'a rappelé le Président de La République lors de son allocution télévisée " de plus de diligence pour reporter les prêts en cours et d'accorder les prêts garantis par l'État ".

L'implication des établissements bancaires est attendue car, vous le savez tout comme moi, sans un soutien fort dans ces moments difficiles, des milliers d'entreprises seront amenées à disparaître.

Vous sachant sensible à la survie de ces dernières et dans l'attente de votre tervention, je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, l'expression de mes sincères salutations

Ibrahim Patel

   

1 Commentaire(s)

La vérité si je mens !, Posté
Seule arme : la menace de l'arrêt du soutien de l'Etat en cas de coup dur à ces banques , des vampires