Malgré la crise sanitaire :

Une situation économique globalement stable pour les PME


Publié / Actualisé
Réunie pour sa conférence de presse de rentrée ce mercredi 20 janvier 2020, la Confédération des petites et moyennes entreprises dresse un bilan plutôt correct de la situation économique des PME réunionnaises pour l'année 2020. Malgré l'impact conséquent de la crise sanitaire sur leur activité, qui a provoqué une baisse de leurs chiffres d'affaires, un baromètre élaboré par la CPME permet de constater que celles-ci s'en sont bien sorties ces derniers mois. Ainsi, les aides publiques s'avéreraient avoir été particulièrement utiles, notamment concernant la préservation des emplois au sein des entreprises. Aujourd'hui dans l'anticipation, la CPME entend s'appuyer sur cinq piliers pour accompagner au mieux les PME dans les semaines à venir. (Photo d'illustration : vl/www.ipreunion.com)
Réunie pour sa conférence de presse de rentrée ce mercredi 20 janvier 2020, la Confédération des petites et moyennes entreprises dresse un bilan plutôt correct de la situation économique des PME réunionnaises pour l'année 2020. Malgré l'impact conséquent de la crise sanitaire sur leur activité, qui a provoqué une baisse de leurs chiffres d'affaires, un baromètre élaboré par la CPME permet de constater que celles-ci s'en sont bien sorties ces derniers mois. Ainsi, les aides publiques s'avéreraient avoir été particulièrement utiles, notamment concernant la préservation des emplois au sein des entreprises. Aujourd'hui dans l'anticipation, la CPME entend s'appuyer sur cinq piliers pour accompagner au mieux les PME dans les semaines à venir. (Photo d'illustration : vl/www.ipreunion.com)

Un an après le début de la crise sanitaire, les petites et moyennes entreprises tentent tant bien que mal de maintenir à flot leur activité. Malgré des derniers mois compliqués sur le plan économique, la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) constate que les PME réunionnaises ont maintenu une activité relativement "correcte", en dépit d'une baisse de leurs chiffres d'affaires.

"2020 a été une année très particulière", note Eric Leung, président de la CPME. "Malgré la crise Covid, les indicateurs économiques sont au beau fixe. Le taux de chômage est en recul, les indicateurs de création d'entreprises sont en légère augmentation, mais il ne faut pas oublier que nous avons perdu 28 % d'activité économique  sur les deux mois du confinement. Le tourisme a perdu 48 % de son chiffre d'affaires pour 2020. Mais les aides de l'Etat et des collectivités ont servi à sauvegarder majoritairement les entreprises. Cette perfusion va néanmoins s'arrêter, et là nous devrons être présents pour être à leur écoute et les préserver, avant de penser à la relance."

- Un baromètre en guise d'éclaireur -

Pour bénéficier d'une vision plus claire de la situation des PME, la CPME Réunion a réalisé un baromètre relatif à leur santé en partenariat avec les étudiants de l'Université de l'IUT de Saint-Pierre. L'objectif était de recueillir le ressenti des chefs d'entreprise et mesurer l'impact économique et social de la crise. L'étude s'appuie sur un panel de 32 entreprises, dont 75 % composées de moins de 10 salariés, représentant les quatre secteurs d'activité (commerce, artisanat, industrie/BTP, services). Du 12 octobre au 17 novembre 2020, ces entreprises ont ainsi fait l'objet de plusieurs entretiens téléphoniques.

Cinq constats ont dès lors pu être établis. Le premier indique, comme mentionné précédemment, que l'ensemble des entreprises ont pu maintenir une situation économique stable, voire favorable, en dépit d'une baisse généralisée des chiffres d'affaires. Ensuite, les aides publiques ont globalement été plébiscitées par les chefs d'entreprise interrogés. Deux tiers d'entre-eux affirment en avoir perçu au moins une. Ces aides se veulent certes utiles en cette situation d'urgence, mais pas forcément adaptées à une relance pérenne de l'activité.

Un point positif notable concerne l'absence de licenciement. Il résulte essentiellement de la mise en place du chômage partiel. Il demeure néanmoins un indicateur fragile et susceptible d'évoluer à court terme. Un intérêt particulier aurait en outre été accordé à la qualité de vie au travail par les chefs d'entreprise. Plus de la moitié d'entre-eux ont su adapter leurs conditions de travail au respect des mesures sanitaires et deux tiers ont maintenu un temps de travail stable pour leurs collaborateurs. Enfin, les perspectives pour l'année 2021 restent incertaines. Un manque de visibilité est remarquable chez les chefs d'entreprise, qui craignent un éventuel reconfinement.

- "Lier la parole aux ACTES" -

Devant faire face à la crise sanitaire, la CPME doit composer avec un contexte économique instable. Dès lors, elle ne peut pour l'instant se projeter à longs termes et élaborer un plan stratégique sur plusieurs années. Néanmoins, ses actions vont se structurer autour de cinq piliers afin d'accompagner au mieux les entreprises. Pour cela, elle compte "lier la parole aux ACTES", comme l'indique son président, Eric Leung. Le terme "ACTES" n'est pas choisi par hasard, puisqu'il se veut être l'anagramme de ce projet en cinq points : Activité, Compétences, Trésorerie, Engagement et Solidarité.

Parmi ces cinq piliers, plusieurs idées sont proposées par la CPME pour permettre aux entreprises d'avoir des outils efficaces en vue de la préservation de leur activité. Elle souhaiterait par exemple mettre en place un "chèque artisanat, à l'image de ce qui a pu être fait avec le "chèque tourisme". "Nous partons du principe que les CSP+ ont reporté leur budget voyage sur la rénovation de leur habitation. Là nous pensons aux autres Réunionnais qui n'ont pas ces budgets et qui pourraient se lancer dans un projet de rénovation. Nous leur proposons la mise en œuvre d'un chèque artisanat pour qu'ils participent à la relance de la consommation. Nous allons échanger avec nos partenaires pour travailler à la mise en œuvre de ce dispositif, notamment avec le conseil régional", explique Pascal Plante, vice-président services de la CPME.

Pour ce qui est de la trésorerie des PME, la CPME travaille à la création d'une nouvelle aide à travers un "prêt de consolidation", visant à soulager leur remboursement de dettes. "La période de la sauvegarde a engendré des emprunts, des reports de dettes fiscales, sociales et bancaires", détaille Eric Leung. "On prône ainsi un prêt de consolidation pour permettre aux chefs d'entreprise d'y agglomérer ces dettes et de les amortir sur plusieurs années pour décaler les remboursements. Les collectivités locales sont sollicitées pour sa mise en place. Nous sommes actuellement en train de discuter avec la Région sur cette mesure."

Ces idées ne sont encore aujourd'hui pas à un stade avancé, mais les représentants de la CPME souhaitent que leurs mises en œuvre potentielles puissent intervenir dans les plus brefs délais. Eric Leung espère retrouver de la "sérénité" pour 2021. "Les temps sont durs, mais il nous faut être combatifs, agiles et réactifs", ajoute-t-il.

vl/www.ipreunion.com / [email protected]

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !